La mort du détenu Hakim Debbazi était "naturelle", l'affaire a été traitée "conformément aux lois de la République"    Goudjil reçoit le chef de la Commission de défense et de sécurité au Conseil fédéral russe    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes, Houza et Aousserd    Formation professionnelle: le secteur apporte son appui aux dix nouvelles wilayas    L'ex international algérien Faouzi Mansouri est décédé    La taille marchande non respectée par certains pêcheurs: Baisse sensible des prix de la sardine    Justice: 10 ans de prison requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Recadrage en règle    Le G5 n'est plus!    Publication du «référentiel des prix de l'immobilier»: Fini, les sous-déclarations ?    Mondiaux féminins de boxe : Chaib rejoint Khelif en demi-finale    Football - Ligue 2: L'éthique sportive en question    Volley-ball (Nationale Une dames) : Le MC Alger sacré champion    Moula signe la 2e meilleure performance mondiale de l'année    Hydrocarbures: L'augmentation des prix des carburants pas à l'ordre du jour    Saison estivale: Lancement d'une opération de contrôle des infrastructures hôtelières    Anesthésistes et réanimateurs: Le syndicat revient à la charge    Urgences médico-chirurgicales de l'hôpital d'Oran: Une unité de Neurologie pour prévenir les séquelles des AVC    Réhabilitation des stades de plus de 10.000 places    Des gens trop polis    Précarité de la condition féminine    Un rempart pour la République    Le ministre de la Justice réagit    Chiellini fait ses adieux aux tifosi    «400 athlètes espagnols seront aux JM»    Sebgag donne le coup de starter    Le rôle prépondérant de l'ANP    Une tentative de coup d'Etat déjouée dans la nuit du 11 au 12 mai    Un statu quo des plus précaires    Les nombreux défis de la Première ministre    El Hadjar tourne en mode recyclage    La sardine entre 250 et 400 dinars    Les «ambitions» d'un ministre    Les sapeurs-pompiers veillent au grain    Des équipements médicaux à exporter    L'Algérie ne reniera jamais ses amis    40 poètes participent    Ce qu'a dit le roi des numides    Le Groupe de Genève appelle l'ONU à examiner les violations marocaines des droits humains au Sahara occidental    L'Algérie est engagée à soutenir toutes les causes justes, mue par les nobles valeurs de sa Glorieuse Révolution    10 ans de prison ferme requis contre Skander Ould Abbès et 5 ans contre Tliba    Industrie pharmaceutique: 3 médicaments sur 4 sont produits localement    L'Algérie restera "fidèle" à ceux qui l'avaient soutenue lors de la Révolution nationale    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Le Directeur de la sécurité routière de Mauritanie visite des services opérationnels de la Sûreté nationale    Un héritage civilisationnel qui refuse de disparaître    Plaidoyer pour la création d'un festival local de musique Diwane    D'autres chats à fouetter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Les retombées des suspensions des cours apparaîtront à l'université"
Bachir Hakem, pédagogue et ancien professeur de mathématiques
Publié dans Liberté le 22 - 01 - 2022

Liberté : Les écoles ont été fermées à plusieurs reprises depuis mars 2020. Quelles pourraient en être les conséquences sur le parcours scolaire des élèves ?
Bachir Hakem : En Algérie, nous n'avons jamais tenu compte des rythmes scolaires et, de ce fait, nous avons enregistré des grèves de plusieurs mois sans jamais en évaluer l'impact sur le parcours scolaire de l'élève.
Lors du premier confinement, l'année scolaire a été tronquée d'un trimestre et nous ne nous sommes jamais posé la question de l'impact car pendant que l'école ferme, les cours particuliers ne s'arrêtent jamais ; d'ailleurs, les taux de réussite au baccalauréat ont été les mêmes pendant deux années de suite.
Le vrai impact se fera ressentir à l'université, car les programmes n'ont pas été terminés dans les meilleures conditions, suivant un rythme scolaire bien établi.
Cette année, nous avons un retard sur les programmes officiels de 10+10 (10 jours pour le premier trimestre et 10 jours maintenant), c'est-à-dire de trois semaines. Etant donné que le baccalauréat est fixé à la mi-juin, il n'y a pas péril en la demeure et le retard pourra être facilement rattrapé, encore que la fermeture des écoles n'empêche pas les cours particuliers de se poursuivre. Une question reste posée cependant : à quoi sert cette rupture si les élèves se ruent sur les cours particuliers ?

Comment remédier à ces retards ?
Officiellement, les retards ne peuvent se rattraper que si on suit un rythme scolaire normal, mais comme les examens sont fixés en fonction des cours étudiés pendant l'année, sans tenir compte des acquis des élèves, cela n'est pas ressenti en fin d'année.
Mais les retards accumulés pendant ces trois années et précédemment, lorsqu'on avait créé le seuil des programmes, sont ressentis sur le niveau des étudiants et de la formation. Ce que nous pouvons constater à tous les niveaux.
Les retards accumulés pendant ces trois années sont donc récupérables...
Oui, particulièrement dans le secondaire qui doit, cependant, subir une vraie réforme pour sauver ce qui peut l'être. Un cycle secondaire de quatre années, comme en Tunisie, permettrait de rattraper les retards accumulés pendant cette pandémie. Nous pouvons également en profiter pour établir la réforme du bac qui se déroulerait en deux parties et l'examen final de la quatrième année secondaire se ferait en trois jours, avec uniquement les matières dites essentielles. Ce que nous avions proposé au niveau du CLA, à l'occasion de l'université d'été de Melbou, à Béjaïa, en 2017.
Aujourd'hui, revoir le baccalauréat, le rythme scolaire au niveau du secondaire et l'orientation s'impose, mais personne n'a le courage d'aller vers une refonte de l'éducation, particulièrement de l'enseignement secondaire.

Propos recueillis par : S. Ould Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.