La bataille vitale que les jeunes doivent mener est celle de la conscience    JM: médaille d'or pour le nageur Syoud    JM/Escrime: médaille d'or pour Saoussen Dlindah Boudiaf    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Université: Plus de 5 millions de diplômés formés en 60 ans    La Cour constitutionnelle célèbre le 60e anniversaire de l'indépendance    Mise en garde contre l'escalade marocaine au Sahara occidental occupé    Il y a 2 ans, les crânes des symboles de la résistance algérienne retrouvaient leur terre natale    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Hydrocarbures: 4,4 mds USD consentis par Sonatrach dans l'exploration-production en 2021    Canicule annoncée lundi, sur plusieurs wilayas du pays    Le ministère de la Santé appelle au respect des mesures de prévention durant l'Aïd El-Adha    «Le Maroc essaie d'effacer les preuves»    Président libanais: le Sommet arabe d'Alger revêt une importance capitale    Deux unités de production de médicaments anticancéreux et de stylos à insuline inaugurées à Alger    JM / Athlétisme (2e journée): résultats techniques des finales    Ecole nationale supérieure d'Agronomie: sortie de la 57e promotion d'étudiants    Célébration du 60e anniversaire de l'Indépendance : Un grand concert de musique andalouse à Alger    Deux clubs espagnols se disputent Isco    Feuille de route admissible ?    Pièces de rechange automobiles: «Pas de rupture d'approvisionnement»    El Tarf: Renforcement du réseau d'électricité    «Les attributions de logements ne vont pas s'arrêter»    Le partage du mouton et du repas    La tenue des gymnastes olympiques et le délire collectif    Sahara occidental: L'émissaire de l'ONU en tournée dans la région    Libye : des manifestants investissent le siège du Parlement    Tiaret - Match gala pour Tahar Benferhat: Dans l'attente d'un Mémorial    Sidi Bel Abbès: Le festival de danse populaire tient ses promesses    Deux repentis de Boko Haram se rendent à l'armée    Le Hamas salue un rapport de l'ONU    Makri avance sa proposition    «La jeunesse algérienne sait bâtir»    Le directeur de l'Anad placé en garde à vue    Les clés de l'indépendance    Les déchets ménagers inquiètent    Le sens et les messages d'un défilé    Bilal Afer crée la sensation    Les pros ou les charlatans?    Le bout du tunnel    «C'est un superbe cadeau!»    Oran vibre au rythme de la mode algérienne    Il était une fois le rai d'antan!    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    Grand Prix Assia Djebar du Roman: Les lauréats distingués    «C'est un écrin de l'esprit de Novembre»    Oran sous psychotropes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Aminatou Haïdar espionnée par le Maroc via Pegasus
INTERNATIONAL A REVELE QUE LA MILITANTE SAHRAOUIE A ETE CIBLEE
Publié dans Liberté le 10 - 03 - 2022

Les révélations sur les entités et personnalités espionnées se poursuivent alors que le Maroc n'a pas encore rendu de comptes. La dernière en date est la militante sahraouie, Aminatou Haïder, a révélé hier Amnesty International (AI).
La militante sahraouie des droits de l'Homme, Aminatou Haïdar, a été espionnée par le Maroc via le logiciel Pegasus de l'entreprise israélienne NSO Group, a affirmé, hier, Amnesty international (AI) qui a dénoncé ces violations et plaidé pour la mise en place d'"un moratoire" sur la vente des logiciels d'espionnage.
Le Maroc a ciblé toute personne, (responsable politique, journaliste, militant des droits de l'homme et bien entendu les militants sahraouis), qu'il estime représenter un danger pour sa politique.
C'est le cas d'Aminatou Haïder dont l'activisme empoisonne le royaume. "La militante sahraouie, Aminatou Haïdar, a été la cible du logiciel espion Pegasus", a indiqué AI dans un communiqué.
"L'analyse réalisée par le Security Lab de l'ONG a conclu que deux téléphones appartenant à Aminatou Haïdar, ont été ciblés et infectés tout récemment, en novembre 2021, quelques mois seulement après les révélations du Projet Pegasus qui ont choqué le monde entier", écrit l'ONG des droits de l'homme.
En effet, après avoir reçu des alertes de sécurité par courriel émanant d'Apple l'avertissant que ses téléphones étaient peut-être ciblés par des "attaquants parrainés par l'Etat", Aminatou Haïdar a pris contact avec la Fondation Right Livelihood, qui l'a dirigée vers le Security Lab d'Amnesty international pour une analyse technique, explique AI.
En juillet 2021, une enquête publiée par un consortium de 17 médias internationaux avait conclu que 12 pays dont le Maroc, clients de NSO Group, ont recouru au logiciel espion.
Malgré ces révélations, "NSO Group n'a pris aucune mesure afin de prévenir les violations des droits humains causées par ses outils au Maroc", rappelle Amnesty international, ajoutant que "la société sioniste doit rendre des comptes pour son rôle dans le fait qu'Aminatou Haïdar a été prise pour cible par son logiciel, tout comme d'autres militants courageux au Maroc et au Sahara occidental".
Pour l'ONG, "il ne fait aucun doute que la société civile au Maroc et au Sahara occidental continue d'être illégalement prise pour cible par le logiciel espion Pegasus".
"Des attaques qui s'inscrivent dans le cadre d'un durcissement de la répression contre la dissidence pacifique au Maroc", accuse-t-elle encore. Et de pointer du doigt l'"incapacité des autorités marocaines à respecter et protéger les droits à la liberté d'expression, d'association et de réunion pacifique".
Devant ces violations, Amnesty international plaide pour "un moratoire" sur la vente des logiciels d'espionnage. "On ne peut pas faire confiance à des entreprises qui fabriquent des logiciels espions comme NSO Group pour s'autoréguler.
Aussi, nous demandons qu'un moratoire sur la vente, le transfert et l'utilisation des logiciels d'espionnage soit instauré sans délai, jusqu'à ce qu'un cadre réglementaire de protection des droits humains soit mis en place", a déclaré Danna Ingleton, directrice adjointe d'Amnesty Tech.
Connue pour son militantisme pacifique en faveur de la cause sahraouie, Aminatou Haïdar a reçu le Prix Robert-F. Kennedy des droits de l'homme en 2008, le Prix du courage civil en 2009 et le Right Livelihood Award en 2019.

R. I./APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.