Le président Tebboune et son homologue turc coprésident les travaux de la première session du Conseil de coopération conjoint de haut niveau    Gestion budgétaire: Le système intégré permettra de gérer efficacement les deniers publics    Coopération parlementaire algéro-russe: Viktor Bondarev en visite, mardi, en Algérie    Le Président Tebboune s'entretient en tête-à-tête avec le Président Erdogan    JM-Oran 2022 : "Merci à l'Algérie de nous donner l'opportunité de se retrouver"    Chanegriha préside l'ouverture d'un colloque national sur "l'eau au cœur des conflits internationaux"    Position de l'UE sur le Sahara occidental: vaine tentative de Rabat de contourner la légalité internationale    Dimajazz de Constantine: la troupe ONB et Samira Brahmia en clôture    Man City : Grealish prend la défense de Mahrez    Campagne de prévention et de sensibilisation sur les risques liés à la saison estivale    Le Mali annonce son retrait de tous les organes et instances du G5 Sahel    Ligue 1 (30e j): l'USMA s'offre le derby face au MCA (1-0)    Covid-19: une bonne hygiène de vie recommandée    PSG : Mbappé a fait son choix    HCLA : la fierté linguistique n'est pas synonyme de renfermement    Fluctuations des données    Ligue 1: Un championnat professionnel dites-vous ?    Poutine et la victoire de l'Ukraine à l'Eurovision    Partenariat: Les raisons de l'abandon du projet « Desertec »    Centre d'enfouissement de Hassi Bounif: Une autonomie financière grâce à la valorisation des déchets    Khenchela: 5 morts et 2 blessés dans une collision    Les plages de la corniche passées au peigne fin: Les constructions illicites, les espaces verts et l'éclairage en ligne de mire    Cour d'appel du Tribunal militaire: Peines confirmées pour Bounouira, Belekcir et Zitout    Révision des subventions: La commission installée dans les prochains jours    L'école et l'arche sociale mouvante    La culture du vivre-ensemble commence à l'école    Tlemcen: Un «Souk Okadh» avec une touche locale    Brèves Omnisports    La Turquie prête à discuter    Affrontements entre groupes armés à l'ouest de la capitale    Entre l'Eurovision et Marioupol    Le produit national à l'honneur    Coups de théâtre à la cour d'Alger    Un réseau de trafic de psychotropes démantelé    Un test de taille pour l'Exécutif    Le nouveau plan de circulation    «Nous amorçons une nouvelle étape»    L'Algérie assure ses arrières    6 ans de prison pour deux douanières    De nouvelles lignes de transport    Salah rassurant avant la finale    Chams Eddine Djebassi en concert    Sortie à Alger    Comment valoriser le legs ancestral    Ouargla/Tamanrasset: large affluence du public aux portes ouvertes sur la santé militaire    Chanegriha installe le nouveau DGDSE    A quels scénarios s'attendre ?    Biatour annonce sa candidature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Maroc : Un logiciel d'espionnage israélien utilisé contre un journaliste
Publié dans El Watan le 23 - 06 - 2020

L'ONG Amnesty International a affirmé hier que le logiciel d'espionnage controversé de la firme israélienne NSO avait été utilisé pour espionner un journaliste marocain en janvier.
Le groupe NSO, une société israélienne spécialisée dans l'espionnage informatique, produit notamment Pegasus, un logiciel permettant non seulement d'accéder aux données d'un smartphone, mais de prendre le contrôle de la caméra ou du micro.
Selon l'organisation de défense des droits humains, les autorités marocaines ont utilisé Pegasus pour espionner le téléphone de Omar Radi, un journaliste marocain. «Il est clair qu'on ne peut pas faire confiance au groupe NSO. Alors que la société tente d'améliorer son image par une campagne de relations publiques, ses logiciels permettent d'espionner de manière illégale le journaliste Omar Radi», déclare Danna Ingleton, directrice adjointe d'Amnesty Tech, dans un communiqué de l'ONG. Selon, Amnesty, M. Radi a été «systématiquement pris pour cible par les autorités marocaines en raison de son journalisme et son militantisme».
En mars, un tribunal marocain avait condamné M. Radi à quatre mois de prison avec sursis pour avoir critiqué un juge sur Twitter. «Si les autorités marocaines sont, en fin de compte, responsables du piratage illégal de militants et de journalistes comme Omar Radi, NSO Group a contribué à ces abus en gardant le gouvernement marocain comme client actif au moins jusqu'en janvier 2020», a ajouté Amnesty, qui a demandé à un tribunal israélien de révoquer la licence d'exportation du ministère de la Défense de la firme NSO à la suite des affaires de piratage. L'affaire est en cours et Amnesty a indiqué hier qu'elle attendait bientôt une décision.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.