Fête de l'indépendance: le MAE rend hommage à ses diplomates et cadres décédés en fonction    JM: programme des athlètes algériens    Transport: programme spécial pour l'Aïd el Adha    Agriculture: convention Gvapro-Anade pour soutenir les projets de production    Mali: les sanctions de la Cédéao levées, le nouveau calendrier électoral dévoilé    Saïd Chanegriha promu au grade de général d'armée (Vidéo)    Yacine Selini désigné président de la commission d'instruction de l'UAJ    Man United : Ronaldo absent de la reprise de l'entrainement    Le Président Tebboune préside la cérémonie annuelle de remise de grades et de médailles aux officiers de l'ANP    Transport: métro, tramway et téléphérique gratuits à travers le pays le 5 juillet    Plate-forme "Glorious Algeria": vitrine du 60e anniversaire de l'indépendance par excellence    Saison estivale: 21 décès par noyade durant la période allant du 16 juin au 3 juillet    60e anniversaire de l'indépendance : une série de mesures adoptées pour permettre aux citoyens d'assister au défilé militaire    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain dans les secteurs de Mahbes et Hawza    Migrants africains tués par la police marocaine : le président colombien parle d'une "barbarie"    JM (8e journée) : tableau des médailles    Football - La CAN 2023 reporté à janvier-février 2024    Les préparatifs suivent leur cours: Un Sommet arabe fatidique    Le PDG de Sonatrach: Vers de nouveaux accords pour la révision des prix du gaz    Sonelgaz: Plus de 50.000 foyers raccordés au gaz et à l'électricité depuis 2020    Aïd El-Adha: Le ministère de la Santé met en garde    Plus de 5 millions de diplômés depuis l'indépendance: Les nouveaux challenges de l'Université    Affichage des listes dans les communes dans les tout prochains jours: Plus de 15.000 logements prêts à la distribution    Rejet des eaux non traitées dans les zones humides: Des contrôles réguliers dans les zones industrielles    Géostratégie en gestation    La Libye et l'espoir suspendu    60 ans et beaucoup à faire    L'armée russe a pris Lyssytchansk    Les Palestiniens ont remis la balle aux Américains    Tebboune à coeur ouvert    La loi sur l'exercice du droit syndical retoquée    La longue marche...    «Vous avez une bataille à mener»    En dents de scie    Contacts établis avec Ziyech    10e place pour Reguigui en course en ligne    «Il y a eu une FAH de criminels»    «L'Algérie est le berceau de l'humanité»    Guterres encense la diplomatie algérienne    N'en déplaise aux révisionnistes!    M. Benabderrahmane supervise le lancement officiel de la plate-forme numérique "L'Algérie de la Gloire"    Liberté syndicale et exercice du droit syndical: enrichissement du projet de loi    Emission d'un nouveau timbre-poste à l'occasion de la Fête de l'Indépendance    Revue El Djeich: Le Président Tebboune appelle le peuple algérien à resserrer les rangs pour remporter la bataille du renouveau    Béjaïa en fête    Les déchets ménagers inquiètent    1962-2022: Célébrer une libération « inachevée »?    Le DG du journal «Echaab» limogé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Briser les tabous sur la colonisation"
SERIE DOCUMENTAIRE "C'ETAIT LA GUERRE D'ALGERIE"
Publié dans Liberté le 20 - 03 - 2022

Réalisée par Georges-Marc Benamou et écrite par l'historien Benjamin Stora, cette série explique "les raisons pour lesquelles la lutte armée a servi à exprimer une désillusion réelle de tout un peuple".
C'était la guerre d'Algérie est une série documentaire de cinq épisodes réalisés par Georges-Marc Benamou et écrite par l'historien Benjamin Stora. Elle a été diffusée les 14 et 15 mars à l'occasion du 60e anniversaire de la signature des Accords d'Evian. Elle est scindée en cinq parties : L'Algérie française (1830-1945), L'Insurrection (1954-1955), La Sale guerre (1956-1957), La Bataille d'Alger (1957) et Vers l'Indépendance (1959-1962).
Forte d'images d'archives et grâce aux "témoignages poignants d'Algériens", la série raconte cette montée de ressentiment envers le colonisateur et "explique les raisons pour lesquelles la lutte armée a servi à exprimer une désillusion réelle de tout un peuple".
Côté français, C'était la guerre d'Algérie donne la parole à d'anciens militaires et aux pieds-noirs qui ont été "forcés" de quitter cette terre natale qu'ils "aimaient". Georges-Marc Benamou estime qu'il fallait briser des tabous sur la colonisation et la guerre d'Algérie. "Il y a eu énormément d'images sur la guerre d'Algérie, des images du CPAD (armée) qui a joué un rôle important dans la fabrication du documentaire", explique Benjamin Stora, avant d'ajouter : "Mais ces images ont été rarement montrées parce qu'elles ont été censurées et parce que les Français avaient envie d'oublier cette guerre ; on était dans une autre société." Près de 500 000 photographies de la guerre d'Algérie sont déposées au fort d'Ivry (CPAD). Il y a eu par le passé quelques tentatives pour "briser ce blocus", mais "il fallait faire plus encore et remonter à 132 années de colonisation, c'est-à-dire inscrire toutes ces images dans une temporalité beaucoup plus longue".
Le réalisateur Georges-Marc Benamou précise que la série documentaire se base sur "l'idée de lever tous les tabous, de dire tout sur cette guerre, toutes les vérités, ne plus censurer". "On découvre que pendant la Seconde Guerre mondiale, il y avait en Algérie un fort sentiment antigaulliste, les Européens préféraient Giraud, de Gaulle on l'appelait 'la grande Zohra' dans les milieux ultras de la colonisation, les pieds-noirs n'aimaient pas beaucoup de Gaulle parce qu'ils le soupçonnaient d'être un 'bradeur d'empire', comme d'ailleurs Pierre-Mendes France", explique Benjamin Stora, ajoutant : "Dans ce film, on découvre que les occasions de solution politique étaient bloquées. On plongeait vers des situations qui allaient déboucher inexorablement sur la violence."
Benamou en impute la responsabilité à ce qu'il appelle un mensonge : "La création de la IIIe République fut un grand mensonge avec, d'un côté, l'universalisme républicain et, de l'autre côté, les contradictions insupportables du colonialisme. Ferhat Abbas et Messali tapaient à la porte de la France pendant 30 ans" pour arracher des droits aux Algériens, mais elles "vont rester fermées. On proposait de donner la citoyenneté française à 24 000 Algériens sur une population de plusieurs millions d'habitants" et les députés vont faire avorter le projet de loi. Et cette attitude française continuera jusqu'à 1954.
Pour Benamou, "en Algérie, il y avait plusieurs chemins : assimilationniste de Ferhat Abbas, ouvrier démocratique et pluraliste de Messali Hadj, mais les radicaux, les militaires français bloquaient toutes les voies".
Le souci des auteurs du film était de "montrer les deux côtés, signaler la souffrance algérienne avec le déplacement de 2 millions de paysans algériens, ce qui est colossal, la destruction de milliers de familles, l'utilisation du napalm, la torture, les exactions, cela a marqué considérablement l'imaginaire algérien, et c'est montré dans le film".
Mais, ajoute Stora, "ce qui est montré aussi, c'est l'exil, l'exode, l'arrachement de tous ces Français d'Algérie qui sont nés là-bas sur plusieurs générations et qui n'ont pas pu rester dans ce pays compte tenu de l'engrenage de la violence extraordinaire, de la cruauté, du fleuve de sang qui a coulé entre les deux communautés".
C'est de tout cela que les auteurs ont voulu témoigner. Cependant, précise Benjamin Stora, "ce n'est pas la succession d'images qui crée une Histoire, il faut donner un sens à tout cela et le sens, c'est la politique, et ce documentaire est un film d'histoire". Voilà, résumée par ses auteurs, la quintessence de la série C'était la guerre, diffusée actuellement en France.

Ali BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.