Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



"Un chant du renouveau de la créativité artistique"
Vernissage de l'exposition "Algérie mon amour", à l'IMA
Publié dans Liberté le 21 - 03 - 2022

Expression d'une grande richesse de la peinture algérienne, l'exposition, qui durera jusqu'au 31 juillet, ne manquera pas de fasciner les nombreux visiteurs attendus.
Comme annoncé dans nos colonnes, le vernissage de l'exposition "Algérie mon amour" a eu lieu le 18 mars à l'Institut du monde arabe de Paris. Des toiles de plusieurs peintres algériens, toutes générations confondues, font le bonheur des visiteurs des galeries de l'IMA. Issiakhem, Benanteur, Baya, Denis Martinez, Mesli... sont présents, côtoyant des talents de la nouvelle génération comme Zoulikha Bouabdallah, Kamel Yahiaoui, Halida Boughriet et bien d'autres.
Claude Lemand, donateur de la collection à l'IMA et commissaire de l'exposition, a déclaré : "'Algérie mon amour' est un champ de la douleur de la terre et du peuple algérien colonisés et martyrisés, le chant de la culture et de l'identité algériennes niées et déracinées. C'est aussi le chant de la liberté et de l'espoir, du renouveau de la créativité artistique et littéraire et l'annonce d'une renaissance, nécessaire et tant attendue."
"Algérie mon amour" est l'expression de l'amour que tous les artistes vouent à l'Algérie, les artistes de l'intérieur et plus encore ceux de l'extérieur, tous ces créateurs de la diaspora qui peuvent dire, comme Abdallah Benanteur : "L'Algérie est en moi, seuls mes pieds l'ont quittée, mon esprit rôde en permanence parmi les miens."
Les artistes de la nouvelle génération expriment le même attachement aux racines. "Je suis très contente de participer à cette exposition sur l'Algérie qui est mon pays d'origine car mes racines se trouvent à Ghazaouat, près de Tlemcen", souligne Halida Boughriet, artiste plasticienne qui pratique la photographie, la vidéo, l'installation et la performance.
Elle ajoute : "Les toiles exposées montrent que la diaspora n'a jamais oublié ce qui s'est passé, la mémoire collective, et de cette façon-là nous existerons toujours, avec la richesse de notre double culture, celle des deux rives de la Méditerranée (...) Ces activités culturelles permettent de faire voir la
vérité historique à la société française et à la diaspora et d'aborder le sujet avec calme et intelligence pour contrecarrer les discours haineux."
Halida Boughriet, née en 1980, est diplômée de l'Ecole des beaux-arts de Paris et de la School of Visual Arts de New York, section cinéma. Un tableau attire l'attention des visiteurs par la violence apparente de corps d'où suinte du sang.
"C'est une violence maîtrisée et non à la fois, il y a du paradoxe dedans parce qu'il y a une connotation qui renvoie à une superficialité de la femme, et en même temps, vue la matière qui coule, cette couleur rouge passion renvoie au sang", explique Khalida Bouabdallah, diplômée de l'Ecole d'art de Cergy-Pantoise, ajoutant : "C'est à la fois violent et beau. Violent parce que je reprends les deux corps du Sommeil de Courbet, je reprends les silhouettes que je dépouille de leur chair et je m'attache seulement à la ligne, sachant que la ligne justement n'existe pas dans le corps, c'est là un pouvoir de l'artiste, il invente quelque chose qui n'est pas présent dans la nature." Et la violence ? "Elle s'explique aussi peut-être de façon inconsciente car je suis une artiste des années noires, il y a eu la déchirure de quitter l'Algérie.
Paradoxalement, j'avais une enfance heureuse en Algérie avant que mes parents, menacés par le terrorisme, ne soient obligés de s'exiler." Elle exprime son bonheur d'être présente à cette exposition. "Je suis très heureuse d'être parmi les artistes qui composent la collection de Claude Lemand qui a montré des artistes algériens depuis longtemps et qui le fait maintenant aussi pour ceux de ma génération.
Je suis heureuse de faire partie de cette lignée et du peuple algérien", précise l'artiste, avant d'ajouter : "Cette exposition démontre que les artistes algériens sont toujours là, ils sont dans le monde entier. J'ai aimé le titre de l'exposition 'Algérie mon amour', car on met enfin l'Algérie sur le registre des sentiments nobles, pour une fois on laisse un peu de côté son histoire violente qu'elle a pu avoir avec le France."
Une sculpture blanche se singularise dans l'ensemble pictural de l'exposition. C'est La Main du secours de Kamel Yahiaoui, artiste algérien originaire d'Azeffoun, comme son oncle Issiakhem.
"Cette sculpture exprime à la fois le geste d'un sauveteur et celui d'un prédateur", précise l'artiste, qui est heureux "d'être présent avec mes aînés, je participe avec deux installations, La Mer des tyrannies et La Main du secours".
Kamel Yahiaoui précise : "Je pense que c'est la seule exposition qui réunit presque tous les artistes modernes qui sont nés dans les années trente et ceux de notre génération. Il est vrai qu'il manque des artistes de l'entre-deux, comme Larbi Arezki, Boucetta, Djemaï, Nedjaï, etc. Mais là, c'est la donation d'un collectionneur."
Expression d'une grande richesse de la peinture algérienne, l'exposition, qui durera jusqu'au 31 juillet, ne manquera pas de fasciner les nombreux visiteurs attendus.

De Paris : Ali BEDRICI


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.