Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'UNPE dénonce "un chantage"
RETENTION PAR CERTAINS ENSEIGNANTS DES BULLETINS DE NOTES DU 1er TRIMESTRE
Publié dans Liberté le 21 - 03 - 2022

Face à ce qu'elle qualifie de "chantage" de certains syndicats d'enseignants, l'Union nationale des parents d'élèves (UNPE) monte au créneau pour dénoncer "la prise en otage des enfants" par le truchement des revendications des travailleurs du secteur.
Si elle assure, dans un communiqué rendu public, reconnaître la "légitimité" de certaines revendications, elle affiche un agacement face à "un chantage" exercé par "certains syndicats".
Le document cite clairement le recours à la rétention des bulletins de notes du premier trimestre. Cette situation a poussé certains élèves à se révolter, comme ce fut le cas la semaine dernière à El-Oued lorsque des élèves ont bloqué leur lycée pour réclamer leurs bulletins.
"Je suis moi-même issu du corps enseignant. Je comprends parfaitement leurs revendications. Mais il ne faut pas non plus que les élèves constituent une monnaie d'échange", a fulminé Mohand-Saïd Djaffar, porte-parole de l'UNPE, contacté par Liberté.
Malgré cela, le représentant de l'association des parents d'élèves refuse d'accabler les enseignants. Il revient aux responsables, au ministère de l'Education nationale d'"engager un dialogue sérieux qui puisse aboutir à la résolution des problèmes des enseignants", a-t-il expliqué.
"Nous sommes conscients qu'un enseignant mis dans de bonnes conditions pourra faire son travail correctement pour le bien des élèves", a ajouté le représentant des parents d'élèves.
Du côté des syndicats, on se défend d'avoir pris en otage les élèves. Pour le porte-parole du Conseil national des professeurs de l'enseignement secondaire et des personnels ternaires de l'Education (Cnapeste), Messaoud Boudiba, "les parents d'élèves ont désigné le mauvais adversaire".
"Les parents d'élèves ont le droit de protester si leurs enfants n'avaient pas de notes, n'ont pas eu de cours ou d'examens. Or, sur le plan pédagogique, les enseignants ont fait leur devoir. Tout a été assuré malgré la situation difficile que nous vivons", se défend le représentant des enseignants, qui insiste sur le fait que la non-attribution des bulletins est une "action administrative qui n'influe pas sur le travail pédagogique".
Le Cnapeste a utilisé un procédé inédit : ses adhérents ont refusé de délivrer les bulletins de notes du premier trimestre. Une action que les élèves et leurs parents contestent. La colère est plus grande chez les collégiens et lycéens des classes d'examen qui ont besoin de leurs notes pour mieux appréhender les deux examens qui restent avant les épreuves finales.
Une colère que les enseignants éludent puisque "de toute façon, les élèves ont leurs notes chez les enseignants de manière individuelle". Au niveau du département d'Abdelhakim Belabed, on préfère éviter la polémique et axer le travail sur "la concertation".
Des réunions sont régulièrement organisées avec les syndicats agréés. Mais tout ce dialogue bute sur un point essentiel : le ministère de l'Education nationale ne peut rien face aux revendications salariales des enseignants, la décision étant entre les mains du gouvernement, voire de la présidence de la République.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.