Clôture des travaux de la 8e session de la Grande commission mixte algéro-égyptienne    Migrants tués par la police marocaine : le chanteur nigérian Seun Kuti annule un concert au Maroc    Boughali propose la création d'un mécanisme diplomatique préventif de soutien à la sécurité internationale    Mostaganem: le moudjahid Djelloul Benderdouche n'est plus    Le Président Tebboune reçoit la PDG de la compagnie américaine "Occidental Petroleum Corporation"    Goudjil appelle les Algériens à resserrer les rangs et à adhérer à l'initiative du Président de la République    PAP: Abdelmadjid Azzedine élu président du Groupe géopolitique de l'Afrique du Nord    JM/handball/ dames Gr.B : le point après la 1re journée    JM/ Tennis de table: Bouloussa éliminé en quart après un parcours honorable    Pétrole: l'Algérie augmentera sa production de pétrole de 16.000 b/j en août    Infirmières agressées à Beni Messous: le suspect placé en détention provisoire    La mission de l'ONU au Mali prolongée d'un an    Sonelgaz: l'exportation de l'électricité s'effectue quotidiennement    JM: tableau des médailles    Grâce au nouveau gisement de gaz: L'Algérie pourra honorer ses nouveaux engagements d'exportation    L'ennemi n'est-il plus le même ?    L'enjeu des Jeux    L'art subtil du mensonge face aux enjeux de vérité: De la stratégie de l'araignée à la politique de l'autruche (1ère partie)    Affaires religieuses: l'Aïd El Adha célébré le samedi 9 juillet    En attendant des solutions adaptées: 600.000 élèves quittent les établissements scolaires chaque année    22 carrières enveniment le quotidien des habitants de Sidi Ben Yebka: Des élus locaux réclament un changement de l'itinéraire des camions    Cinq personnes arrêtées: Démolition de constructions illicites à Haï Ellouz    L'AUBAINE DU GAZ    L'Algérie pouvait-elle mieux faire ?    Sidi Bel-Abbès: Le Festival international de danse populaire de retour    Les noms de lieux : grands témoins d'une culture plurilingue    Galtier s'est mis à dos le vestiaire niçois    JM : ouverture de journées du théâtre méditerranéen    Darradji va coûter cher au club    Fin d'aventure pour les Algériens    Les contractuels maintiennent la pression    Guterres appelle à des efforts pour désamorcer les tensions    Au moins 22 terroristes neutralisés dans le sud-ouest    Les Parlements rivaux tentent l'alibi    Alger rebat les cartes    La grande vadrouille    Ooredoo au chevet des démunis    À qui profitera l'Aïd?    «Les guerres hybrides ont aboli les frontières»    Comment reconstituer le front intérieur    Les vertus de la communication interactive    Une autre victoire pour l'Algérie    Kessié en salle d'attente    Adam et les amours contrariés    Voyage à travers l'histoire des monnaies anciennes    L'Algérie à l'écran    Justice: Ould Abbes et Barkat condamnés à 6 et 4 ans de prison    «Rachad», ses sources de financement et le «MAK»: Le grand déballage de Benhalima se poursuit    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Fethi Ghares retrouve la liberté
IL PROMET DE POURSUIVRE SON COMBAT POLITIQUE
Publié dans Liberté le 23 - 03 - 2022

Après 9 mois de détention, le porte-parole du Mouvement démocratique et social, Fethi Ghares, a quitté, hier, en début d'après-midi, la prison d'El-Harrach. Dans la matinée, la cour d'Alger l'avait condamné en appel à une année de prison dont six mois avec sursis.
Lorsqu'il a franchi le portail de la prison d'El-Harrach en début d'après-midi, Fethi Ghares s'est retrouvé face à deux comités d'accueil qui l'attendaient : le premier constitué de ses proches, les militants de son parti, des représentants d'autres formations politiques et des hirakistes ; le second composé de policiers. Ces derniers ont empêché toute prise de parole de l'ancien détenu devant les militants, qui l'attendaient en scandant : "Nous sommes libres dans notre pays."
Pour éviter tout débordement, Fethi Ghares, accompagné de son épouse, Messaouda Cheballah, se dirige alors vers la voiture qui devait le ramener chez lui. C'est là qu'il a enregistré ses premières paroles d'homme qui venait tout juste de retrouver sa liberté.
"J'étais dans une prison où je faisais face à une détention arbitraire pour me retrouver face à la police qui m'attendait à ma sortie. Nous allons désormais affronter une grande prison qui s'appelle le système politique actuel."
Sans transition, Ghares retrouve ses reflexes de militant ; manifestement, sa détention n'a pas entamé sa détermination.
"Nos objectifs sont clairs. Nous n'allons pas nous arrêter jusqu'à ce qu'on se débarrasse de cette injustice du système. Nous allons construire l'Algérie de Novembre, celle des hommes libres", a-t-il encore défié, ajoutant que "l'Algérie est un legs (...) parce que la terre des martyrs n'accepte pas d'être gouvernée par l'impudence".
S'il a retrouvé la liberté au bout de 9 mois de détention, Fethi Ghares et ses proches n'oublient pas qu'il a été "condamné pour ses activités politiques", a indiqué sa femme.
Amnesty International, qui s'est réjoui de la libération du coordinateur du MDS, estime que "rien ne justifie de poursuivre des militants politiques" et appelle les autorités "à cesser leurs attaques contre les libertés fondamentales".
Arrêté le 30 juin dernier chez lui, Fethi Ghares a été accusé d'"atteinte à la personne du président de la République", "outrage à corps constitués", "diffusion au public de publications pouvant porter atteinte à l'intérêt national", "diffusion d'informations pouvant porter atteinte à l'unité nationale", "diffusion d'informations pouvant porter atteinte à l'ordre public".
Comme pièces à conviction, la justice a recouru à des déclarations publiques et à des écrits de l'homme politique sur les réseaux sociaux.
Jugé une première fois en décembre dernier par le tribunal de Baïnem, le coordinateur national du MDS avait écopé de 2 ans de prison ferme et de 100 000 DA d'amende.
Il a fait appel de son jugement avant d'être jugé en appel par la cour d'Alger. Son procès a dû être reporté à trois reprises, le prévenu ayant refusé de comparaître par vidéoconférence.
Le jour de son procès, le 26 décembre, il avait affiché sa colère face au juge parce que "lorsqu'il s'agit de fêter, dans les rues de la capitale, la victoire de l'équipe nationale en Coupe arabe, l'épidémie de coronavirus n'existe pas, mais quand c'est le procès de Fethi Ghares, le même régime convoque le même virus pour interdire aux nombreux citoyens, venus à Baïnem, d'assister à son procès".
Sur le fond, le coordinateur national du MDS n'a pas regretté ses déclarations publiques. "Je suis un homme politique. Mon rôle est de porter la critique sur la place publique. Ce que j'ai dit et écrit, je le pense encore. Je milite pour l'avènement d'un changement radical. Pour une rupture avec le régime autoritaire et corrompu. Je ne change rien à ce que j'ai dit", avait-il répondu.
"La justice à tort d'interférer dans le débat politique car il s'agit bien de la criminalisation de l'exercice politique", avait-il asséné.

Ali BOUKHLEF


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.