Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Akhamoukh, le sage de l'Ahaggar, tire sa révérence
Il est décédé, hier, à l'âge de 84 ans
Publié dans Liberté le 29 - 12 - 2005

Hadj Moussa Akhamoukh, le sage de l'Ahaggar et l'amenokal des Touaregs, est décédé, hier matin, en son domicile en plein centre de la ville de Tamanrasset à l'âge de 84 ans, après avoir lutté contre la maladie qui l'a contraint à se retirer de la vie politique en 1998. Né en 1921, Akhamoukh est issu de la tribu des Kelghela qui se revendique généalogiquement de Tin-Hinan, la reine mythique des Touaregs.
Ancien combattant de la guerre de libération nationale, Hadj Mousssa Akhamoukh est devenu chef spirituel des Touaregs en 1975, succédant à son frère Bey Soltane décédé après 25 ans de règne. Durant trois mandats successifs (1977-1992), il est élu à l'assemblée nationale avant d'être choisi comme membre au sein du Conseil consultatif national créé pour parer à la vacance de l'APN suite à l'arrêt du processus électoral de fin décembre 1991.
à la création du Rassemblement national démocratique (RND), il rejoint le parti comme membre fondateur.
La formation d'Ahmed Ouyahia comptait bien évidemment beaucoup sur l'aura de ce chef spirituel des tribus touaregs pour s'assurer une assise parmi cette communauté affiliée traditionnellement au frère ennemi, le FLN. Ce qu'il a pu en partie réaliser.
Lorsque nous l'avons rencontré en mai 2002 en son domicile, à la veille des élections législatives, Hadj Moussa Akhamoukh, qui avait jusque-là habitué son monde à la grande réserve s'agissant de son ancienne formation politique et du pouvoir en général, fait une sortie spectaculaire et tire sans ménagement sur eux (lire Liberté du 22 mai 2002). Lui, qui était considéré par sa communauté comme son représentant puisque chargé de faire entendre sa voix au sein des institutions du pays afin d'atténuer un tant soit peu la misère dans laquelle elle survit, ne pouvait se taire davantage devant l'indifférence des pouvoirs publics. “Nous avons fait la guerre pour libérer le pays de l'injustice et de la misère, et les gens ont laissé derrière eux leurs enfants et leurs biens. Mais l'Etat ne s'est pas occupé d'eux et les a abandonnés. En revanche, ceux qui n'avaient même pas pris les armes se présentent, aujourd'hui, comme des moudjahidine”.
Terriblement déçu par la mauvaise gestion des affaires du pays et la corruption qui a gangrené les hautes sphères du pouvoir, l'homme en avait gros sur le cœur et ne pouvait plus contenir la colère qui l'avait envahi. “Les affaires ont été gérées avec le mensonge, la hogra et, pire, c'est qu'il n'y a pas de contrôle, ça continue”, nous disait-il.
En dehors de ses activités politiques et de ses interventions pour le règlement des contentieux au sein de la communauté touareg, Hadj Moussa Akhamoukh est connu pour être un fin connaisseur du grand-sud. Il a en effet activement contribué aux recherches sur la faune et la flore du Tassili.
Hamid Saïdani


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.