Le Bouclier de l'UNOA décerné au Président de la République    Le secteur de la communication œuvre à améliorer la communication institutionnelle    Les pouvoirs publics s'emploient à créer un climat attractif pour l'investissement empreint de confiance    Agressions sionistes à Jénine : session à huis clos au Conseil de sécurité de l'ONU    L'Algérie condamne le massacre commis par l'armée d'occupation sioniste dans le camp de Jénine    CHAN-2022 (1/4 de finales) : "Il faut être fort pour battre le Ghana"    CHAN-2022 (Quarts de finale) - Algérie - Côte d'Ivoire (1-0) : Les Verts au bout du suspens    Des pluies orageuses et chutes de grêle sur le Nord du pays jusqu'à samedi    Décès du moudjahid Zerdoumi Salah: M. Rebiga présente ses condoléances    Grève des services d'assistance à l'aéroport de Milan: le vol d'Air Algérie pourrait connaitre des perturbations vendredi    CHAN 2022/quarts de finale: Sénégal- Mauritanie: "Nous sommes déterminés à gagner"    Beni-Abbes: Merad rencontre des représentants de la société civile    El Tarf: première tranche de plus de 3 milliards DA allouée à la réalisation de 45 opérations de développement    Des cartes prépayées pour acquérir les produits Naftal en mars prochain    Biskra: Belmehdi présente ses condoléances à la famille du défunt Cheikh Abdelkader Othmani    Le Chœur de l'établissement Arts et Culture chante l'Afrique    Lila Borsali présente à Alger son spectacle "La conférence des oiseaux"    Ce cancer financier qui mine l'Algérie    Maroc: appel de soutien et de solidarité pour la libération des prisonniers politiques et des journalistes    Le revers et ses travers !    Diplomatie: Intenses activités pour régler la crise libyenne    Ils seront installés par la Sonelgaz: Des détecteurs de monoxyde de carbone gratuits pour les ménages    Projet de loi sur les stupéfiants et les psychotropes: Le SNAPO se réjouit de l'aboutissement du dossier    Trois individus arrêtés pour vol de bijoux    Tlemcen: Des réaménagements pour le futur pôle urbain    Culture et savoir-vivre    Initiatives et audaces ! Le mot d'ordre du Président aux walis    Demain à 17h00: Algérie-Côte d'Ivoire: Les Verts pour un billet au carré d'as    Demain à 20h00: Sénégal-Mauritanie: Une affiche alléchante    Moi, Roberte Thuveny et le rêve algérien de mon père    DE L'ESPRIT TRIBAL    Conseil des ministres: Trafic des psychotropes et asphyxie au monoxyde de carbone au menu    Pure idiotie    Maroc-Israël: Les manœuvres et le chantage de Rabat    Tlemcen: Le tribunal de commerce spécialisé et son président installés    Algérie, France et l'atout de savoir s'écouter    A toutes fins utiles    L'Algérie affrontera la Côte d'Ivoire en quarts de finale    Trafic difficile sur plusieurs axes routiers    Mise en garde de la Protection civile et du ministère de la Santé    Comment comprendre et faire comprendre le football    Le Général d'Armée Chanegriha en visite officielle en France    Le Président Tebboune réserve un accueil solennel à la présidente du Conseil des ministres italien    Le Burkina Faso demande le départ des troupes françaises dans un délai d'un mois    Une ONG marocaine salue l'adoption d'une résolution sur la liberté de la presse au royaume    Ouargla Pour le développement    Fatima-Zohra Hadj Ahmed expose ses photographies de La Casbah    Visite des monuments et sites archéologiques d'Annaba    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Akhamoukh, le sage de l'Ahaggar, tire sa révérence
Il est décédé, hier, à l'âge de 84 ans
Publié dans Liberté le 29 - 12 - 2005

Hadj Moussa Akhamoukh, le sage de l'Ahaggar et l'amenokal des Touaregs, est décédé, hier matin, en son domicile en plein centre de la ville de Tamanrasset à l'âge de 84 ans, après avoir lutté contre la maladie qui l'a contraint à se retirer de la vie politique en 1998. Né en 1921, Akhamoukh est issu de la tribu des Kelghela qui se revendique généalogiquement de Tin-Hinan, la reine mythique des Touaregs.
Ancien combattant de la guerre de libération nationale, Hadj Mousssa Akhamoukh est devenu chef spirituel des Touaregs en 1975, succédant à son frère Bey Soltane décédé après 25 ans de règne. Durant trois mandats successifs (1977-1992), il est élu à l'assemblée nationale avant d'être choisi comme membre au sein du Conseil consultatif national créé pour parer à la vacance de l'APN suite à l'arrêt du processus électoral de fin décembre 1991.
à la création du Rassemblement national démocratique (RND), il rejoint le parti comme membre fondateur.
La formation d'Ahmed Ouyahia comptait bien évidemment beaucoup sur l'aura de ce chef spirituel des tribus touaregs pour s'assurer une assise parmi cette communauté affiliée traditionnellement au frère ennemi, le FLN. Ce qu'il a pu en partie réaliser.
Lorsque nous l'avons rencontré en mai 2002 en son domicile, à la veille des élections législatives, Hadj Moussa Akhamoukh, qui avait jusque-là habitué son monde à la grande réserve s'agissant de son ancienne formation politique et du pouvoir en général, fait une sortie spectaculaire et tire sans ménagement sur eux (lire Liberté du 22 mai 2002). Lui, qui était considéré par sa communauté comme son représentant puisque chargé de faire entendre sa voix au sein des institutions du pays afin d'atténuer un tant soit peu la misère dans laquelle elle survit, ne pouvait se taire davantage devant l'indifférence des pouvoirs publics. “Nous avons fait la guerre pour libérer le pays de l'injustice et de la misère, et les gens ont laissé derrière eux leurs enfants et leurs biens. Mais l'Etat ne s'est pas occupé d'eux et les a abandonnés. En revanche, ceux qui n'avaient même pas pris les armes se présentent, aujourd'hui, comme des moudjahidine”.
Terriblement déçu par la mauvaise gestion des affaires du pays et la corruption qui a gangrené les hautes sphères du pouvoir, l'homme en avait gros sur le cœur et ne pouvait plus contenir la colère qui l'avait envahi. “Les affaires ont été gérées avec le mensonge, la hogra et, pire, c'est qu'il n'y a pas de contrôle, ça continue”, nous disait-il.
En dehors de ses activités politiques et de ses interventions pour le règlement des contentieux au sein de la communauté touareg, Hadj Moussa Akhamoukh est connu pour être un fin connaisseur du grand-sud. Il a en effet activement contribué aux recherches sur la faune et la flore du Tassili.
Hamid Saïdani


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.