Une nouvelle nécropole exhumée à Aqua Tibilitana    Les précisions d'un des ex-associés    Appel à la relance du projet de loi criminalisant la colonisation    Un parti marocain crique sévèrement le Makhzen    Le représentant spécial de la Cédéao déclaré persona non grata    Le départ de Stambouli presque consommé    Les joueurs en grève    La place du malade comme enjeu central    Erratum    Le photographe Karim Bouchetata décroche la 3e place au Festival arabe du film du patrimoine    "Faim blanche", le nouveau roman d'Amin Zaoui    L'auteur Youssef Bendekhis décroche le grand prix    Objectif : diversifier l'économie nationale    Vers le plafonnement des prix de l'hôtellerie    Le prince écolo et la biodégradabilité des corps !    Pression pour la Lazio, Coupe pour le Bayern    Les tribunaux administratifs trancheront vendredi    Le cri d'alarme de Benbouzid    Installation d'une commission technique chargée du dossier    Jongler entre l'envie de... et celle de...    Belaribi ordonne le transfert de la gestion des réservoirs d'eau à l'ADE et Seaal    Enième coup d'Etat militaire    Le sort de Julian Assange suspendu à la décision de la justice britannique    Une voix d'outre-tombe    La guerre oubliée d'Algérie : les débuts de la conquête et de la colonisation (1re partie)    Haydée Santamaría, une femme dans la révolution cubaine, aux côtés de Fidel Castro    «Les constantes et les variables dans les Constitutions algériennes», thème d'un ouvrage de Mohamed Saïd Boussadia    Simple formalité pour les Algériennes    Une question d'Etat de droit    LNFA - Ligue 2: Trente-deux postulants pour deux places    Un tracteur se renverse sur oued Serdias, le conducteur sauvé    Le président du CNESE dénonce: «De la surfacturation à la sous-facturation»    Tlemcen: Protéger l'agriculture des risques climatiques    La continuité des coups d'Etat    Mobilis, Djezzy et Ooredoo avertis    Un renvoi et ensuite ?    50000 Arbres plantés    Immenses dégâts matériels    Report, au 15 novembre, du procès de Mohamed Hattab    Le verdict rendu le 7 novembre    Mystères et certitudes du gouvernement    L'Arabie saoudite fait flamber le baril    4/4 Pour les Algériens    Le gazoduc, Sonelgaz et les migrants    «L'Algérie a toujours soutenu les causes justes»    Goudjil reçoit l'ambassadeur de l'Etat de Palestine en Algérie    "COMME UN MIROIR BRISE"    MERIEM    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le nouvel amenokal des Touareg connu
Ahmed Adabir remplace Moussa Akhamokh
Publié dans Liberté le 05 - 03 - 2006

M. Adabir, député RND, est issu, tout comme Akhamokh d'ailleurs, de la noble et suzeraine tribu des Kel Ghela qui se revendique généalogiquement de Tin-Hinan, la reine mythique des Touareg.
Les tribus touarègues, en conclave depuis quelques semaines, viennent de désigner un successeur à Hadj Moussa Akhamokh, l'amenokal bien connu du peuple du désert, décédé en décembre dernier. C'est désormais à Adabir Ahmed Ben Mohamed, actuellement député à l'Assemblée nationale sur la liste du Rassemblement national démocratique (RND), que revient l'honneur de devenir le guide des Touareg conformément à la tradition des Hommes Bleus. Le nouvel amenokal, âgé de 59 ans, a été officiellement installé à ce poste, vendredi dernier, lors d'une cérémonie qui s'est déroulée à Tamanrasset. Les chefs des tribus touarègues ont, après moult discussions, finalement opté pour ce député qui était en concurrence avec Mohamed Akhamokh, le fils de Moussa Akhamokh, dans la course à ce titre, aujourd'hui considéré beaucoup plus honorifique qu'autre chose. Au cours de cette cérémonie, tenue conformément aux us et mœurs des tribus touarègues, il a été procédé à la lecture du communiqué final de la dernière réunion des chefs de tribu sanctionnant une série de rencontres consultatives à partir desquelles il a été procédé à la désignation à l'unanimité, de M. Adabir Ahmed Ben Mohamed. Ce dernier a appelé, après son installation, tous les Touareg à contribuer à “œuvrer au développement de l'Algérie”. Il a précisé être investi “d'une lourde responsabilité” soulignant la nécessité de l'aide de tous “dans l'intérêt du pays et des citoyens”. M. Adabir, comme d'ailleurs Moussa Akhamokh, est issu de la noble et suzeraine tribu des Kel Ghela qui se revendique généalogiquement de Tin-Hinan, la reine mythique des Touareg. Le fait que M. Adabir soit député RND semble avoir pesé dans le choix fait par les tribus touarègues. En agissant de la sorte, ces dernières perpétuent les vœux de leur ancien amenokal, Akhamokh, qui a été l'un des fondateurs de la formation d'Ahmed Ouyahia. Toutefois, le nouveau chef spirituel des tribus touarègues du Sahara central est loin d'avoir l'envergure ou l'aura dont disposait Akhamokh qui était devenu avec le temps un personnage dont la notoriété dépasse la frontière. Même engagé politiquement avec le RND, lui qui a toujours représenté le FLN, Akhamokh avait demeuré ce guide spirituel toujours obéi et respecté. Mais il faut toutefois préciser que la société targuie qui était, auparavant, unie derrière lui dans toutes les circonstances, est aujourd'hui partagée quant à la place que doit justement occuper l'amenokal. La société targuie a, en effet, subi de profonds changements, qui se sont répercutés sur l'organisation et le fonctionnement même de la communauté. D'aucuns se posent, en effet, la question de savoir si le nouveau sultan de l'Ahaggar aura les capacités d'être ce porte-voix dont ont besoin plus que jamais les Hommes Bleus. Son affiliation politique au RND sera-t-elle un obstacle pour ce député presque anonyme qui par-dessus tout est censé être le rassembleur des Touareg dans toutes leurs différences ?
Hamid Saïdani


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.