Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





“Les émigrés peuvent transférer 40 milliards de dollars vers l'Algérie”
Camille Sari, spécialiste financier, à Liberté
Publié dans Liberté le 19 - 04 - 2007

Dans cet entretien, cet économiste aborde l'avenir du marché parallèle de la devise, la convertibilité du dinar et la problématique des transferts de capitaux vers l'Algérie.
Liberté : Comment analysez-vous le marché de changes national ?
Camille Sari : On assiste à une quasi- extinction du marché parallèle et une sorte d'officialisation de ce marché. On se demande dans ce contexte pourquoi les autorités n'ouvrent pas des bureaux de change. Il faut que des bureaux de change soient autorisés dans le pays, du moins dans certains endroits (hôtels…). Cela pourrait éteindre plus rapidement le marché parallèle. Actuellement, l'écart entre les taux parallèle et officiel sont faibles, quasi nuls du fait que les réserves de change de l'Algérie se situent à 80 milliards de dollars. Il n'y a pas de pénurie de devises. Les opérateurs économiques peuvent se procurer facilement les devises par le canal bancaire et financer leurs importations (convertibilité commerciale du dinar).Il faut tout de même constater des retards dans la généralisation des paiements modernes. Retirer, payer avec sa carte. Ce système reste encore difficile à mettre en œuvre
Comment est déterminée la valeur du dinar ?
La cotation du dinar est toujours administrée. Il n'y a pas en Algérie un marché des changes libres. Ce n'est pas la loi de l'offre et de la demande qui détermine la valeur du dinar. Le dinar n'est pas une monnaie convertible (totalement). La convertibilité totale du dinar sera réalisée lorsqu'on pourra échanger le dinar contre d'autres monnaies dans le monde. La valeur du dinar est fixée en fonction d'un panier de monnaies. La formule de ce panier est gardée secrète. Ce sont les autorités qui fixent le taux de change du dinar par rapport aux autres monnaies. Pour le dollar, l'euro, le yen et d'autres monnaies des pays développés, c'est le marché qui fixe leur valeur. Pour la plupart des pays en développement, ce sont les autorités qui fixent cette valeur suivant une formule gardée secrète. Pour le dinar, dans ce panier, la relation dollar/euro prédomine. Quand l'euro monte par rapport au dollar, le dinar se déprécie par rapport à l'euro et s'apprécie par rapport au dollar. On peut constater depuis quelques années que les taux changent entre le dinar et l'euro, le dinar et le dollar ne connaissent pas de variations importantes. L'euro est toujours entre 90 et 100 (90 dinars pour un euro). Les autorités monétaires globalement ont la main sur la situation. Le dinar avait été surévalué à une époque. Le marché parallèle n'a pas accepté cette surévaluation, d'où le développement d'un écart important entre le taux du marché parallèle et le taux officiel. Aujourd'hui, la situation est différente. Le marché parallèle va s'éteindre. À partir du moment où l'écart tombe à 23%, il n'y a aucune utilité à s'aventurer à recevoir de faux billets. Les particuliers et opérateurs se procureront les devises sur le marché bancaire. La difficulté d'obtenir des visas fait qu'il y a moins de candidats à l'émigration. La demande diminue en défaveur du marché parallèle. Par ailleurs, un autre facteur pousse à l'extinction du marché parallèle : la libéralisation du commerce extérieur. On a un excédent des réserves en devises importantes. Les opérateurs cherchent directement des devises sur le marché officiel. Ce processus d'extinction du marché parallèle sera favorisé par la suppression des entraves aux échanges extérieurs : diminuer les taxes douanières, pour dissuader les mouvements frauduleux transfrontaliers, instituer des tarifs douaniers préférentiels au niveau maghrébin à l'instar des autres pôles économiques régionaux (Union européenne, Mercosur, Alena…)
Faut-il revoir à la hausse la valeur du dinar, compte tenu de la bonne santé financière actuelle du pays ?
La surévaluation du dinar a diminué le coût des importations. Dans le cas de l'Algérie, cela peut pénaliser les exportations hors hydrocarbures…
Comment soutenir un dinar fort ?
Il faut développer d'autres ressources génératrices de devises comme le tourisme. L'Algérie a un potentiel dans ce domaine. Il s'agit de développer des zones touristiques sur toute la côte en partenariat avec des chaînes internationales pour drainer un flux de touristes plus important. Il s'agit également d'installer des banques algériennes à l'étranger, en particulier en France pour capter l'argent des émigrés. La communauté marocaine basée en Europe, elle, transfère 35 milliards de dollars vers le Maroc. On peut estimer qu'il y a un potentiel équivalent concernant la communauté algérienne établie sur le Vieux Continent. Les banques marocaines pour encourager les transferts ont accordé jusqu'à 12% de taux d'intérêt. Il faut appliquer des bonus pour que les ressortissants nationaux transfèrent leur argent vers l'Algérie, leur donner la possibilité d'acquérir des biens immobiliers en Algérie, en les accompagnant s'il le faut financièrement. Les banques marocaines ont établi des succursales en Europe en partenariat avec des banques françaises. Cela facilite les transferts. L'Algérie peut drainer 40 milliards de dollars correspondant aux transferts de la communauté algérienne basée en Europe pour peu qu'une politique d'accompagnement soit mise en place.
N. R.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.