Eliminatoires de la CAN 2021: L'Algérie connait ses adversaires    Bahloul échoue aux élections du conseil exécutif de la CAF    Amar Ghoul placé en détention provisoire à la prison d'El Harrach    L'état de santé de Lakhdar Bouregâa inquiète ses avocats    Sonelgaz recourt à l'emprunt international    «Les pays émergents doivent leur essor au secteur privé producteur de richesses»    Trump accusé de racisme par le Congrès    13 personnalités proposées pour le dialogue    Sit-in devant la cour d'Alger pour la libération des détenus : La solidarité s'élargit    A la conquête de la seconde étoile !    Vendredi particulier en Algérie et au Caire    Baccalauréat 2019 : Les résultats connus aujourd'hui    Relogement de 71 familles    Arrestation de plusieurs malfaiteurs dans différentes localités    Arrestation de trois étudiants en flagrant délit de chantage    Révolution populaire : mémoire, identité et avatars constitutionnels    ACTUCULT    La mise en œuvre de l'Accord d'Alger sur le Mali toujours «en cours»    «La SPA Soprovi est le seul opérateur agréé dans le montage des véhicules en Algérie»    La France se dote d'un commandement de l'espace    La protection de l'enfance, «une responsabilité collective»    Brèves de Boumerdès    Oran : Un vaste réseau de trafiquants de véhicules démantelé    La campagne lancée à la veille du match de la finale de la CAN    Des personnalités conduiront le processus    Concours Cheikh Abdelhamid Benbadis    Bouira retrouve son ambiance nocturne    Village Sahel (Bouzeguène) : Ouverture, demain, du Festival Raconte-arts    LE JUSTE MILIEU    ASMO - Malgré les instructions du wali: Le bricolage se poursuit    Des habitants tirent la sonnette d'alarme: Oran impuissante face aux chiens errants !    Doit-on s'inquiéter du mode de gouvernance de Sonatrach ?    A quand le «provisoire» de ce «gouvernement» ?    Transition, débat politique et euphorie footballistique : mobilisations collectives et fluidité politique    Des points de vente pour l'approvisionnement des boulangers: 33 minoteries fermées à Oran    Chlef: Du nouveau pour les chemins communaux    La footballisation des esprits ou la défaite de la pensée    Algérie : «Pour enchaîner les peuples, on commence par les endormir»*    L'épuration ou le crime d'« indignité nationale »    Pour accompagner la dynamique nationale de développement : Nécessité de renforcer la production de l'énergie électrique    Récompense : Des tablettes des avancées technologiques du jeu remises aux quarts-de-finaliste    Niqab en Tunisie: "Montrez-moi patte blanche ou je n'ouvrirai point"    Saisie en 2012 : L'OMC donne raison à la Chine contre les USA    Syrie : Les combats s'intensifient à Idleb aggravant la situation humanitaire    Banques : Wells Fargo accroît son bénéfice, la marge d'intérêts sous pression    Le calvaire des usagers    Les 13 personnalités du Forum civil    Les élues démocrates répondent à Trump    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une menace pour le développement des pays du Sud
Fuite des cerveaux
Publié dans Liberté le 29 - 06 - 2005

Les efforts de développement des pays du Sud sont menacés par l'“exode” de leurs élites vers les pays développés, ont averti, hier, à Alger des experts lors d'un atelier sur la migration en Méditerranée occidentale, et préconisé des solutions pour atténuer les conséquences de cette hémorragie de la matière grise. “Le risque est grandissant de voir nos efforts en matière de développement lourdement affectés par l'exode d'experts, d'universitaires et d'autres compétences vers les pays de la rive nord”, a souligné le directeur général des affaires consulaires au ministère des Affaires étrangères,
M. Boualem Hassan, dans une allocution à l'ouverture de l'atelier. “Il s'agit, pour les pays de la rive sud, d'un volet qui nous préoccupe au plus haut point”, a ajouté M. Hassan.
La migration des cadres maghrébins et ses répercussions constituent un “défi qu'il y a lieu de relever, en associant les pays de la rive nord qui ne cessent de nous interpeller avec insistance, lorsqu'il s'agit de lutter contre l'immigration clandestine”, a indiqué le diplomate algérien. “Dans les années 1970 et 1980, les pays du Sud encourageaient la migration de leurs cadres, pour qu'ils
puissent acquérir les connaissances qui seraient utiles au développement de leur pays, et ce projet faisait l'objet de tous les espoirs”, a rappelé un représentant de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), M. Gervais Appare. Mais, “au fil du temps, ces espoirs se sont amenuisés face au problème de la fuite des cerveaux”, a ajouté l'expert mauricien, qui a affirmé que “la problématique s'est accentuée” ces dernières années. “Dans une planète mondialisée, il n'est pas possible d'empêcher le départ des compétences des pays du Sud, surtout que les pays développés leur fournissent toutes les facilités d'accueil, de travail et de bien-être”, a relevé
M. Appare.
L'objet de l'atelier d'Alger, dont l'OIM est associée à son organisation, est de “voir comment ces compétences peuvent bénéficier à leur pays d'origine”, a-t-il indiqué. “Face à une situation plus ou moins récente, mais qui connaît une accélération préoccupante dans certains secteurs technologiques et de pointe, il semble de plus en plus urgent d'engager une réflexion commune pour le traitement de ce volet crucial de la migration migratoire”, a, en outre, ajouté
M. Hassan. Il a préconisé des “dispositifs compensatoires” pour “atténuer les effets négatifs de cet exode”. Le responsable algérien a notamment proposé l'adoption rapide de “formules de financement” en vue d'assurer la prise en charge de ces experts pour de courts séjours dans leur pays d'origine. “C'est à l'aune de la concertation régionale sur ces différents volets d'action et de réflexion, que se mesurera la réelle volonté d'asseoir un espace géographique apaisé et prospère, en tenant compte des attentes des différents partenaires, dans une démarche qui se veut réaliste, solidaire et intégrée”, a-t-il conclu.
L'atelier d'Alger sur “la migration et le développement en Méditerranée occidentale” s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la IIIe Conférence ministérielle des pays du dialogue “5+5” sur la migration, tenue à Alger les 15 et 16 septembre 2004.
La Conférence ministérielle d'Alger avait recommandé “l'organisation et la multiplication de rencontres et séminaires d'experts des deux rives de la méditerranée occidentale sur la gestion et le traitement des flux migratoires, et l'initiation de campagnes de sensibilisation”.
N. F. /APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.