Covid-19: le ministère de l'Agriculture distingue les ingénieurs agronomes    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Bloqué à Johannesburg depuis 4 mois : L'énième cri de désespoir de Makhloufi    La DGSN commémore le 58e anniversaire de l'indépendance par un riche programme    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    ALGER : 7909 logements AADL livrés le 5 juillet    Lancement d'une nouvelle version du site web officiel du MDN    Coronavirus : 441 nouveaux cas,311 guérisons et 6 décès en Algérie durant les dernières 24h    CORONAVIRUS ALGERIE : Benbouzid se prononce sur le ‘'reconfinement''    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    441 nouveaux cas confirmés et 6 décès en Algérie    AFFLUENCE RECORD D'ESTIVANTS A ORAN : La plage de Kristel prise d'assaut    BANQUE D'ALGERIE : Emission de nouveaux billets et pièces de monnaie    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Poussée populaire et promesse d'une nouvelle Algérie    Laskri compte piloter une liste    Incertitudes sur le rituel du sacrifice du mouton    Sachez-que    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Trudeau hésite à aller à Washington pour un sommet sur le nouvel Aléna    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    La «longue liste» des auteurs retenus dévoilée    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie et la France doivent affronter le problème de la Mémoire qui hypothèque les relations bilatérales    Un activiste devant la justice    Banque Mondiale : L'Algérie passe à la catégorie pays à revenu intermédiaire inférieur    "Oran doit s'attendre à un 4e pic de contamination"    26 décès et 1 500 personnes infectées    Benrahma inscrit un triplé contre Wigan    "Je ne spéculerai pas sur l'avenir de Messi"    Voici le contenu de la mise au point    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    MO Béjaïa: Club en quête d'assainissement    Meilleurs joueurs africains (1ère partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Chlef: La CNAS veut améliorer ses prestations    L'Emir Abdelkader : « Un guerrier, un homme d'Etat, un apôtre de la paix »    Nouvelles approches sur les crimes de «la Main rouge» contre les Algériens    A quoi sert un musée ?    Les journalistes indésirables dans la salle d'audience    L'infrangible lien...    Marche de la diaspora algérienne à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une menace pour le développement des pays du Sud
Fuite des cerveaux
Publié dans Liberté le 29 - 06 - 2005

Les efforts de développement des pays du Sud sont menacés par l'“exode” de leurs élites vers les pays développés, ont averti, hier, à Alger des experts lors d'un atelier sur la migration en Méditerranée occidentale, et préconisé des solutions pour atténuer les conséquences de cette hémorragie de la matière grise. “Le risque est grandissant de voir nos efforts en matière de développement lourdement affectés par l'exode d'experts, d'universitaires et d'autres compétences vers les pays de la rive nord”, a souligné le directeur général des affaires consulaires au ministère des Affaires étrangères,
M. Boualem Hassan, dans une allocution à l'ouverture de l'atelier. “Il s'agit, pour les pays de la rive sud, d'un volet qui nous préoccupe au plus haut point”, a ajouté M. Hassan.
La migration des cadres maghrébins et ses répercussions constituent un “défi qu'il y a lieu de relever, en associant les pays de la rive nord qui ne cessent de nous interpeller avec insistance, lorsqu'il s'agit de lutter contre l'immigration clandestine”, a indiqué le diplomate algérien. “Dans les années 1970 et 1980, les pays du Sud encourageaient la migration de leurs cadres, pour qu'ils
puissent acquérir les connaissances qui seraient utiles au développement de leur pays, et ce projet faisait l'objet de tous les espoirs”, a rappelé un représentant de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), M. Gervais Appare. Mais, “au fil du temps, ces espoirs se sont amenuisés face au problème de la fuite des cerveaux”, a ajouté l'expert mauricien, qui a affirmé que “la problématique s'est accentuée” ces dernières années. “Dans une planète mondialisée, il n'est pas possible d'empêcher le départ des compétences des pays du Sud, surtout que les pays développés leur fournissent toutes les facilités d'accueil, de travail et de bien-être”, a relevé
M. Appare.
L'objet de l'atelier d'Alger, dont l'OIM est associée à son organisation, est de “voir comment ces compétences peuvent bénéficier à leur pays d'origine”, a-t-il indiqué. “Face à une situation plus ou moins récente, mais qui connaît une accélération préoccupante dans certains secteurs technologiques et de pointe, il semble de plus en plus urgent d'engager une réflexion commune pour le traitement de ce volet crucial de la migration migratoire”, a, en outre, ajouté
M. Hassan. Il a préconisé des “dispositifs compensatoires” pour “atténuer les effets négatifs de cet exode”. Le responsable algérien a notamment proposé l'adoption rapide de “formules de financement” en vue d'assurer la prise en charge de ces experts pour de courts séjours dans leur pays d'origine. “C'est à l'aune de la concertation régionale sur ces différents volets d'action et de réflexion, que se mesurera la réelle volonté d'asseoir un espace géographique apaisé et prospère, en tenant compte des attentes des différents partenaires, dans une démarche qui se veut réaliste, solidaire et intégrée”, a-t-il conclu.
L'atelier d'Alger sur “la migration et le développement en Méditerranée occidentale” s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des recommandations de la IIIe Conférence ministérielle des pays du dialogue “5+5” sur la migration, tenue à Alger les 15 et 16 septembre 2004.
La Conférence ministérielle d'Alger avait recommandé “l'organisation et la multiplication de rencontres et séminaires d'experts des deux rives de la méditerranée occidentale sur la gestion et le traitement des flux migratoires, et l'initiation de campagnes de sensibilisation”.
N. F. /APS


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.