223 ressortissants étrangers arrêtés lors des marches populaires    Mali: le processus de paix entre dans une nouvelle phase de stabilisation    ENIEM: arrêt technique des activités le 2 février prochain pour contraintes financières    Le camembert Tassili n'est pas contaminé : La laiterie de Draa Ben Khedda nous écrit    Goudjil refuse d'entériner le départ de Bensalah    Juventus : Can d'accord avec Dortmund !    GENERAL-MAJOR SAID CHENGRIHA : ‘'L'armée déterminée à soutenir les démarches du Président''    LES ENSEIGNANTS DU PRIMAIRE MAINTIENNENT LA PRESSION : Le ministère s'engage à affronter la situation    ILS ONT CIBLE PLUS DE 10 VEHICULES : Deux voleurs quinquagénaires arrêtés à Mascara    ORAN : Saisie de 12 quintaux de viandes blanches avariées    Mettre en place des mécanismes de traduction des textes de théâtre algérien    «Il y a beaucoup d'argent pour les collectivités locales»    France : les actes antimusulmans ont augmenté de moitié    HRW dénonce la poursuite de la répression    Le meurtrier interjette appel    Abdelmadjid Tebboune au MDN    Boxe/Championnats arabes : avec 12 médailles dont 5 en or    "C'est le moment de trouver un nouveau président pour la JSK"    Mouaki rejoint l'ES Sahel    CRB-CABBA décalé au lundi 3 février    Les étudiants fidèles au "22 février"    Les entreprises publiques ont boudé l'événement    Des acheteurs allemands chez des fournisseurs algériens    Un nouveau système d'information pour la douane    Fermeture dans la nuit de mardi à vendredi minuit    Cinq pays au 10e Festival international du théâtre de Béjaïa    ACTUCULT    Lumières sur un super-héros, très secret et réel    Une foire internationale de la production à Alger proposée par l'Union arabe    Hand/Tournoi de qualification olympique: l'Algérie débutera face à la Slovénie    Zitouni exhorte les jeunes à l'unité pour faire avancer l'Algérie    El-Bayadh: Le logement passé au peigne fin    Selon le Professeur Tahar Ryan: «Le système de santé est malade»    Oran: Le procès de Kaddour Chouicha de nouveau reporté    Oum El Bouaghi: Deux morts dans le crash d'un avion militaire    Les étudiants toujours mobilisés    JS Kabylie: Yamen Zelfani nouvel entraîneur    Coronavirus: Le président ordonne le rapatriement des Algériens établis à Wuhan    La pointe extrême du singulier    Allez à Ghaza et criez «plus jamais ça !»    Le parc d'attraction rouvre ses portes    Vivre le (dés) espoir d'une mère nigériane    2 millions d'Irakiens manifestent contre la présence des USA    La collection «Continents Noirs» fête ses 20 ans    Découverte d'un bain romain à Ferkane (Tébessa)    Le chiffre d'affaires de la CNMA s'est établi à 15 milliards de dinars    «L'équipe a retrouvé sa confiance et sa stabilité après le départ de Lavagne»    Les militairesisraéliens frappent une cible du Hamas    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une approche humaine du problème
CONFERENCE MINISTERIELLE DES 5+5 SUR LA MIGRATION CLANDESTINE
Publié dans L'Expression le 11 - 12 - 2006

L'Algérie prendra part à la 5e conférence ministérielle du Dialogue des 5+5 sur la migration en Méditerranée occidentale, prévue les 12 et 13 décembre à Algésiras (Espagne). La délégation algérienne sera conduite par M.Abdelakader Messahel, ministre délégué chargé des Affaires maghrébines et africaines, a indiqué, hier, un communiqué du ministère des Affaires étrangères.
Le thème de cette conférence, la migration clandestine, s'inscrit dans le programme de la feuille de route du forum des 5+5 qui est un cadre de dialogue informel qui regroupe les dix pays de la Méditerranée occidentale. Le phénomène a pris, ces dernières années, une dimension étendue avec un flux de plus en plus important jusqu'à devenir une menace réelle qui pèse sur la stabilité des pays de la rive nord de la Méditerranée. L'Espagne et l'Italie, plus particulièrement, sont les cibles de ce mouvement migratoire intense. L'Algérie a, de tout temps, milité pour une approche appropriée, pour la résolution de ce problème d'essence socioéconomique, c'est-à-dire une solution qui, au-delà de l'aspect sécuritaire, propose une approche «équilibrée et intégrée, prenant en considération, tout à la fois, le lien entre migration et développement».
Elle se voit, aujourd'hui, suivie dans sa lecture du phénomène, par l'ensemble de la communauté internationale qui a pris conscience de façon affirmée, «de la nécessité de traiter les problèmes de la migration dans le cadre d'une approche globale, basée principalement sur le développement». Une vision constamment défendue par la diplomatie algérienne, notamment à l'occasion du Dialogue de haut niveau sur la migration et le développement, tenu à New York, sous l'égide de l'ONU, les 14 et 15 septembre 2006.
Cette conférence, qui se tient à Algésiras, fait suite aux précédentes réunions, tenues, respectivement, à Tunis (2002), Rabat (2003), Alger (2004) et Paris (2005). Cette fois, il s'agit de prendre des mesures urgentes pour tenter de réduire les drames qui accompagnent ce phénomène qui est l'expression d'un ordre économique mondial inique, qui profite exclusivement, des richesses naturelles d'un continent laissé-pour-compte.
L'Algérie, partie prenante des enjeux induits par le phénomène du flux migratoire dans la région, se présente comme un espace de transit, d'accueil et d'origine de ce déplacement des masses humaines du sud vers le nord, en quête d'une vie meilleure. Les conférenciers mettront à profit ce conclave pour approfondir le dialogue autour de questions liées, notamment, à la gestion concertée des flux migratoires, à l'intégration des migrants dans les sociétés d'accueil et aux avantages économiques de la migration pour les pays d'origine. La fuite des cerveaux est un phénomène qui porte préjudice aux intérêts des pays en voie de développement alors qu'il est mis en valeur par les partenaires du dialogue 5+5 qui ont mis en place un processus de sélection des élites pour leur intégration dans l'économie locale sans contrepartie aucune.
Cette migration utile est mise en sourdine par ces pays qui n'hésitent pas à user de la politique du tout-sécuritaire pour venir à bout du phénomène.
Les discussions porteront aussi sur les voies et moyens permettant «la promotion des droits de migrants, légalement établis dans les pays d'accueil, la libre circulation des personnes par la facilitation de procédures de délivrance de visa pour promouvoir les échanges humains».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.