Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les chasseurs de diplômés algériens à Londres
Forum de l'emploi
Publié dans Liberté le 19 - 11 - 2007

De grandes compagnies comme Cevital, British Petrolum, Wataniya Telecom et HSBC ont pris part à cet événement inédit dans la capitale britannique.
Les universités occidentales sont un vivier de compétences algériennes. Les grands groupes économiques et financiers, nationaux et étrangers ayant des investissements dans notre pays en ont conscience. Sans doute, l'immersion des étudiants algériens à l'étranger très tôt dans l'univers des entreprises est un atout qui les distingue de leurs camarades sur le territoire national. Les étudiants au Royaume-Uni ont un avantage supplémentaire qui consiste dans la maîtrise parfaite de la langue de Shakespeare. “Le seul problème peut-être auquel nous sommes confrontés en Algérie est que très peu de gens maîtrisent l'anglais”, avoue Philipe Barbe, directeur commercial de la filiale algérienne de la banque britannique HSBC. Samedi dernier, il prenait part à Londres, avec d'autres groupes économiques d'envergure, au premier forum dédié au recrutement de cadres formés en Grande-Bretagne. L'organisation de cette rencontre inédite revient à Interprofils, un cabinet-conseil en ressources humaines. Son représentant en Algérie, M. Khelifi, dit avoir adressé des invitations à beaucoup d'entreprises qui ont accueilli l'initiative très favorablement. “Certaines n'ont pas pu envoyer des représentants pour des problèmes de visa. Mais nous allons rééditer cette expérience l'année prochaine et nous ferons en sorte qu'il y ait plus de compagnies”, promet le responsable de Interprofils. Un des salons de l'hôtel Marriott où s'est tenue la rencontre s'est avéré très exigu pour contenir les étudiants, les universitaires et de jeunes cadres très nombreux, venus s'enquérir des offres d'emploi. “Pour nous, l'idéal est de pouvoir retourner travailler en Algérie, mais au préalable, nous devons connaître quelles sont les perspectives qui nous sont offertes”, expliquent trois jeunes cadres dans les secteurs de l'informatique, des finances et du pétrole. Certains des présents sont venus de France. “Il y a des profils très intéressants, très pointus”, constate Akli Brihi, directeur général de British Petrolum en Algérie. Pendant toute la journée, des CV se sont amassés sur le stand de la compagnie. BP Algérie recherche surtout des personnels techniques, des ingénieurs spécialisés dans les domaines de l'exploration et l'exploitation. Son but étant d'abord économique et vise à remplacer petit à petit la centaine de travailleurs britanniques expatriés. “Il n'y a pas mieux que les Algériens pour comprendre la mentalité de leurs compatriotes”, ajoute M. Brihi. En outre, il estime qu'il est important d'offrir des opportunités aux jeunes qui veulent apporter quelque chose à leur pays. La directrice des ressources humaines de la filiale Samha, du groupe Cevital, est du même avis. Elle considère qu'il faut aller à la rencontre de la compétence algérienne à l'étranger où elle se trouve. L'occasion était aussi pour Cevital de faire connaître l'ensemble de ses filiales et les opportunités d'emploi qu'elles procurent. “Les gens restent concentrés sur la filiale agroalimentaire, alors que le groupe dispose de beaucoup d'autres activités”, explique la DRH. À La HSBC, la stratégie de recrutement se base sur l'emploi de personnels locaux. “Partout dans le monde, 99% de nos effectifs sont des travailleurs locaux”, révèle M. Barbe et de renchérir : “Ce n'est pas une gestion décentralisée, mais d'intégration au pays.”
Le directeur commercial de la banque britannique a eu à prendre part à un forum similaire à Paris récemment. Outre sa présence au stand, il a animé une des conférences programmées. La dernière était tenue par le Dr Chahid Fourali, du Chartered Institute of Marketing. Ce spécialiste dans l'identification des besoins des entreprises en matière de marketing affirme que cette notion fait souvent défaut aux compagnies algériennes, alors qu'elle est la clé de leur réussite.
S. L.-K.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.