Gaïd Salah: «Le complot a commencé en 2015»    Les étudiants toujours mobilisés    Dans le cadre d'une enquête anti-corruption: Rebrab incarcéré à la prison d'El Harrach    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour : CRB - CSC, aujourd'hui à 16h00 - Un duel ouvert à tous les pronostics    Football - Ligue 1: Les deux extrémités du tableau en ébullition    CR Témouchent: Une accession méritée en division amateur    Les cinq victimes de l'effondrement de l'immeuble de la Casbah enterrées hier     Skikda: Tentative de meurtre, quatre arrestations    Préparatifs des JM 2021 à Aïn El Turk: Une campagne de sensibilisation pour un séjour agréable aux hôtes de l'Algérie    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Etudiants et enseignants au rendez-vous    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La démarche à deux vitesses du président français
À son retour, il recevra les rapatriés d'Algérie à l'Elysée
Publié dans Liberté le 03 - 12 - 2007

En Algérie, Nicolas Sarkozy viendra en VRP des entreprises françaises pour signer des contrats, mais de retour en France, il recevra les porteurs d'un passé qu'il nous propose de mettre entre parenthèses.
Hasard du calendrier présidentiel ? En tout cas, ce hasard a une curieuse manière de souligner l'ambivalence de la rhétorique mémorielle de Nicolas Sarkozy. Le chef de d'Etat français, en effet, de retour d'une visite officielle qu'il effectuera à partir d'aujourd'hui en Algérie, recevra, presque à sa descente d'avion, le 5 décembre, des représentants d'associations de rapatriés d'Algérie. Entre harkis et pied-noirs, ils sont près de 300 à être conviés au palais de l'Elysée par Nicolas Sarkozy à parler histoire en ce jour anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie.
Prisonnier d'un discours électoraliste qui s'était allègrement emparé du petit jardin du Front national, Nicolas Sarkozy est-il aujourd'hui incapable en tant que président de développer une vision cohérente sur le contentieux historique qui oppose la France à l'Algérie ? Dans cette veine, on a toutes les raisons de croire que si le président français s'interdit toute référence à la guerre de mémoire, dans son périple algérien, ce n'est que partie remise, pour mieux parler “affaires” avec le président Abdelaziz Bouteflika. Est-ce pour autant qu'on doit accorder des circonstances atténuantes à la culture d'une duplicité de langage, qui pourrait épouser les contours d'un affreux dilemme que Nicolas Sarkozy traduit par une véritable fuite en avant ? À moins que le président français ait quelque intention de transformer un deal conjoncturel en accord définitif qui déchire carrément les pages de l'histoire commune à l'Algérie et la France. Ce qui n'est sûrement pas dans les intentions de notre président de la République qui a toujours souligné qu'il voudrait bien tourner la page et non la déchirer.
En effet, il est difficile de regarder autrement l'avenir en convoquant séance tenante un passé douloureux. Sur ce point, les deux chefs d'Etat semblent être tombés d'accord puisqu'ils avaient décidé de mettre entre parenthèses les sujets qui fâchent le temps d'aligner sur la même fréquence capitaines d'industrie française et économie algérienne. Et tout porte à croire que, désormais, Alger et Paris vont jouer sur différents registres avec des politiques modulables à souhait, selon les intérêts du moment. C'est ce qui équivaut à peu de choses près au terme en vogue aujourd'hui de “realpolitik”. Une explication, pourquoi pas à cette ambivalence dans le propos de Nicolas Sarkozy du moins si l'on admet que celui-ci sert un discours à la carte selon qu'il s'adresse à l'Algérie officielle ou aux rapatriés d'Algérie. Autant dire que le président français joue sur deux registres à la fois. En développant deux discours : le premier destiné à regagner pour la France le terrain perdu en Algérie face aux autres puissances économiques mais aussi d'assurer pour son pays la sécurité en approvisionnement énergétique.
Le second à consommation interne qui le met en phase avec plus de trois millions de rapatriés qui ont fortement contribué à son élection à la présidence française. Sarkozy a particulièrement séduit pied-noirs et harkis par ses positions tranchées sur la question de repentance. À son retour d'Algérie, il aura, en recevant les rapatriés d'Algérie, assurément la partie relativement facile, puisque d'un commun accord avec Abdelaziz Bouteflika ce sujet délicat sera mis entre parenthèses à Alger. Ce qui fait qu'il n'aura aucune prise de position à justifier à son retour, auprès des harkis et des pied-noirs. Reste à savoir comment le président français va gérer l'avenir du contentieux historique avec des responsables algériens qui lui ont bien fait comprendre qu'ils ne comptent pas lâcher du lest sur cette question. Car il faut bien admettre que Sarkozy et Bouteflika se sont accordés pour ainsi dire un sursis qu'ils ne pourraient pas reconduire à volonté. D'autant mieux qu'il s'agit d'un compromis qui reste quand même fragile, car il est en net décalage des positions de principes des deux présidents.
En effet, la réhabilitation du passé colonial de la France est devenue une constance dans le discours de l'UMP et un projet politique pleinement assumé par Nicolas Sarkozy.
La reconnaissance par la France des crimes contre l'humanité et les crimes de guerre commis au cours de la période coloniale, une donne fondamentale dans le projet politique de Abdelaziz Bouteflika. Ce qui n'a pas empêché les deux chefs d'Etat de trouver un terrain où ils peuvent s'entendre.
Zahir Benmostepha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.