Tribunal de Bab El Oued : 18 mois de prison ferme requis contre 5 détenus du drapeau amazigh    25 479 travailleurs non déclarés recensés au premier semestre de 2019    Real Madrid: Zidane reste optimiste pour Hazard    Ligue 1: Le programme des rencontres de ce mercredi    7 postulants ont pris rendez-vous    Les Kurdes ont quitté la zone de sécurité    La Russie se replace en Afrique    La Tunisie veut forcer son destin    Les étudiants empêchés de rallier le tribunal de Sidi M'hamed    Des manifestants exigent la fermeture du bureau des élections    Mahrez dans la liste des 30 nominés    Chita de retour    Les exclus du logement social bloquent la route    TBC pour atténuer le "terrorisme routier"    Les villageois d'El-Guelta Zerga dans le dénuement    Un guide pour évaluer le handicap    Entre les salles familiales et le reste !    Les jeunes cinéastes en vedette    Promouvoir et encourager les jeunes cinéastes    Le dernier sourire de Larbi Ben M'hidi ou le peuple algérien en son miroir    Incendie à l'Ecurie royale de Turin, site Unesco    "Dans mes œuvres, j'exprime les affres vécues par les réfugiés"    Début des Procès des détenus du hirak à Alger : Ferveur et émotion à Sidi M'hamed    Hôpital Mustapha Bacha : Organisation de la circulation des véhicules    Justice militaire : Djebbar Mehena placé sous mandat de dépôt    Le taux d'inflation à 2,4% sur un an    Tlemcen: Le rôle des médias en question    Situation socioéconomique, politique et perspectives de l'Algérie 2020/2030    Ouverture du Salon Hassi-Messaoud Expo 2019    Ligue des champions d'Europe: Gros choc à Milan, Ajax et Barcelone pour la confirmation    Le NB Staouéli dans le groupe 2    Une femme à la tête de la Ligue de football de la wilaya    Ludovic Batelli a échoué, il s'en va, ses références dénoncées    Bensalah se rend à Sotchi    «Elargir le champ des investigations sans se passer du contrôle de la justice»    USA: Trump déclare son amour aux russes    Brexit: Boris Johnson ne s'avoue pas vaincu malgré les obstacles    Omnisports : Signature d'un accord-programme de pratique sportive au sein des universités    Libye SOS Méditerranée cherche de nouveau un port sûr pour 104 migran    Election présidentielle : Un nouvel Etat de droit issu de la volonté du peuple    Présidentielle Rabehi met en garde les professionnels de l'information contre les "fake news"    Sétif: A la recherche des modalités pour harmoniser et réduire les inégalités entre les territoires    Transport: Tassili Airlines renforce ses dessertes vers le Grand Sud à partir de novembre    Fin de l'info box : Une sensation verte à Glaris    M. Zitouni " 90% des dossiers gelés de moudjahidine ont été traités "    Publication: "Aperçu de la culture et les chants amazighs dans les Aurès, Ouargla et la Kabylie", nouveau livre de Salim Sahali    237 détenus libérés pour désengorger les prisons    "Nous n'avons pas fermé d'églises"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La démarche à deux vitesses du président français
À son retour, il recevra les rapatriés d'Algérie à l'Elysée
Publié dans Liberté le 03 - 12 - 2007

En Algérie, Nicolas Sarkozy viendra en VRP des entreprises françaises pour signer des contrats, mais de retour en France, il recevra les porteurs d'un passé qu'il nous propose de mettre entre parenthèses.
Hasard du calendrier présidentiel ? En tout cas, ce hasard a une curieuse manière de souligner l'ambivalence de la rhétorique mémorielle de Nicolas Sarkozy. Le chef de d'Etat français, en effet, de retour d'une visite officielle qu'il effectuera à partir d'aujourd'hui en Algérie, recevra, presque à sa descente d'avion, le 5 décembre, des représentants d'associations de rapatriés d'Algérie. Entre harkis et pied-noirs, ils sont près de 300 à être conviés au palais de l'Elysée par Nicolas Sarkozy à parler histoire en ce jour anniversaire de la fin de la guerre d'Algérie.
Prisonnier d'un discours électoraliste qui s'était allègrement emparé du petit jardin du Front national, Nicolas Sarkozy est-il aujourd'hui incapable en tant que président de développer une vision cohérente sur le contentieux historique qui oppose la France à l'Algérie ? Dans cette veine, on a toutes les raisons de croire que si le président français s'interdit toute référence à la guerre de mémoire, dans son périple algérien, ce n'est que partie remise, pour mieux parler “affaires” avec le président Abdelaziz Bouteflika. Est-ce pour autant qu'on doit accorder des circonstances atténuantes à la culture d'une duplicité de langage, qui pourrait épouser les contours d'un affreux dilemme que Nicolas Sarkozy traduit par une véritable fuite en avant ? À moins que le président français ait quelque intention de transformer un deal conjoncturel en accord définitif qui déchire carrément les pages de l'histoire commune à l'Algérie et la France. Ce qui n'est sûrement pas dans les intentions de notre président de la République qui a toujours souligné qu'il voudrait bien tourner la page et non la déchirer.
En effet, il est difficile de regarder autrement l'avenir en convoquant séance tenante un passé douloureux. Sur ce point, les deux chefs d'Etat semblent être tombés d'accord puisqu'ils avaient décidé de mettre entre parenthèses les sujets qui fâchent le temps d'aligner sur la même fréquence capitaines d'industrie française et économie algérienne. Et tout porte à croire que, désormais, Alger et Paris vont jouer sur différents registres avec des politiques modulables à souhait, selon les intérêts du moment. C'est ce qui équivaut à peu de choses près au terme en vogue aujourd'hui de “realpolitik”. Une explication, pourquoi pas à cette ambivalence dans le propos de Nicolas Sarkozy du moins si l'on admet que celui-ci sert un discours à la carte selon qu'il s'adresse à l'Algérie officielle ou aux rapatriés d'Algérie. Autant dire que le président français joue sur deux registres à la fois. En développant deux discours : le premier destiné à regagner pour la France le terrain perdu en Algérie face aux autres puissances économiques mais aussi d'assurer pour son pays la sécurité en approvisionnement énergétique.
Le second à consommation interne qui le met en phase avec plus de trois millions de rapatriés qui ont fortement contribué à son élection à la présidence française. Sarkozy a particulièrement séduit pied-noirs et harkis par ses positions tranchées sur la question de repentance. À son retour d'Algérie, il aura, en recevant les rapatriés d'Algérie, assurément la partie relativement facile, puisque d'un commun accord avec Abdelaziz Bouteflika ce sujet délicat sera mis entre parenthèses à Alger. Ce qui fait qu'il n'aura aucune prise de position à justifier à son retour, auprès des harkis et des pied-noirs. Reste à savoir comment le président français va gérer l'avenir du contentieux historique avec des responsables algériens qui lui ont bien fait comprendre qu'ils ne comptent pas lâcher du lest sur cette question. Car il faut bien admettre que Sarkozy et Bouteflika se sont accordés pour ainsi dire un sursis qu'ils ne pourraient pas reconduire à volonté. D'autant mieux qu'il s'agit d'un compromis qui reste quand même fragile, car il est en net décalage des positions de principes des deux présidents.
En effet, la réhabilitation du passé colonial de la France est devenue une constance dans le discours de l'UMP et un projet politique pleinement assumé par Nicolas Sarkozy.
La reconnaissance par la France des crimes contre l'humanité et les crimes de guerre commis au cours de la période coloniale, une donne fondamentale dans le projet politique de Abdelaziz Bouteflika. Ce qui n'a pas empêché les deux chefs d'Etat de trouver un terrain où ils peuvent s'entendre.
Zahir Benmostepha


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.