Assassinat de Ali Tounsi: Chouaïb Oultache condamné à la prison à perpétuité    Boukadoum: nécessité de renforcer le dialogue et la concertation avec l'UE    Affaires religieuses: la question de la prière des Tarawih "en cours d'examen"    Un journaliste marocain appelle à un procès contre le régime marocain pour grave violation des droits de l'Homme    Référendum d'autodétermination: la cause sahraouie s'appuie à une base "juridique solide"    Zones d'ombre: les programmes de développement dénotent d'une approche visionnaire    La pensée de Feraoun victime de la censure des autorités coloniales    Annaba: une délégation sahraouie pour évoquer l'évolution de la situation au Sahara occidental    Manchester City: les effets de la folie Mahrez en Algérie !    Bayern Munich: une offre de 45 M€ pour Koulibaly ?    OPEP+: maintien des volumes, l'Arabie saoudite prolonge ses coupes, la Russie et le Kazakhstan épargnés    RND: nécessité de renforcer le front interne pour l'édification de l'Algérie nouvelle    Saadi: l'organisation d'élections locales et législatives le même jour difficile sur le plan pratique    Festival du court-métrage d'Imedghassen: les meilleures œuvres primées    Liverpool: Klopp ne veut pas d'excuses    Terrorisme et déchéance de la nationalité    Levées d'alertes au tsunami après des évacuations massives à travers le Pacifique    Les Etats-Unis ne retrouveront pas le plein emploi en 2021    Les Etats-Unis déterminés à résoudre la crise au Yémen    L'accident d'hélicoptère est survenu à cause du « mauvais temps »    Spectacle théâtral « Nedjma » à Ain Fouara    Covid-19: six nouveaux cas du variant britannique découverts en Algérie    L'Opep+ décide de maintenir son niveau de production actuel jusqu'à fin avril    MES PREALABLES AU RAPPORT DE BENJAMIN STORA.    Le théâtre d'Oran reprend ses activités après une année d'arrêt    Coronavirus: 168 nouveaux cas, 148 guérisons et 6 décès    Mouassa s'en va déjà    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    Mahrez, étincelant    Démantèlement d'un réseau activant à Tipasa    Le Front Polisario invite la Minurso à l'impartialité    L'ambassade de France s'explique    Le corps d'un des deux pêcheurs disparus retrouvé    "Les élections ne sont pas une priorité"    Tebboune reçoit les présidents de trois partis politiques    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    La victoire ou l'élimination    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Salon national du livre d'Alger : Un livre, une vie    Beldjoud insiste sur le principe de l'égalité    1.020 DA pour le bidon de 5 litres    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La mafia du foncier dénoncée    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une grande manifestation spirituelle en Andalousie au XIIe siècle (I)
Publié dans La Nouvelle République le 27 - 07 - 2013

Lorsque nous parlons d'al-Andalus, nous nous référons évidemment à l'étape la plus féconde, sur le plan culturel et spirituel, que connut au cours de son histoire la péninsule ibérique (aujourd'hui Portugal et Espagne).
Etape pendant laquelle, du VIIIe au XVe siècle (après J.-C.), l'Islam s'est consolidé et a fleuri grâce à un grand nombre d'hommes et de femmes andalous célèbres qui surent imprimer à leur vie les valeurs islamiques les plus profondes, comme celles de se consacrer à la recherche de la voie menant au Dieu unique, tout en encourageant le dialogue avec d'autres cultures et d'autres formes de pensée, se trouvant proches d'eux dans leur environnement géographique, et faisant leur la prémisse coranique : « Il n'existe pas de coercition en matière de foi» (Coran, 2, 256). C'est ainsi que al-Andalus est devenu le maillon fort de la chaîne de transmission du savoir islamique et oriental à destination de l'Occident. Maillon sans lequel l'apogée scientifique de la Renaissance européenne n'aurait pas été possible. Au cours de l'étape qui nous occupe, le XIIe siècle, al-Andalus a connu de nombreuses vicissitudes, avec des avancées importantes de la reconquête chrétienne sur les terres hispano-musulmanes. Ce furent des temps de controverses entre les musulmans eux-mêmes, du fait de leur préoccupation face à la percée des Chrétiens et l'installation dans la Péninsule des dynasties maghrébines, almoravide et almohade, en provenance de Marrakech et du sud du Maroc actuel. Ces dynasties arrivèrent tout d'abord pour aider leurs frères andalous, mais décidèrent ensuite de se fixer en al-Andalus, pratiquant un islam orthodoxe, car ils considéraient que les souverains andalous vivaient dans une grande dissipation, politique et personnelle. Néanmoins, l'application rigide, à la lettre, de la loi coranique, l'effervescence créée par tous ces avatars politiques et, en particulier, l'énorme division et l'inimitié existant entre les chefs musulmans, plongèrent la population de l'al-Andalus dans une grande confusion et incertitude que ne purent apaiser certaines réussites économiques et culturelles obtenues à l'époque. En réaction à cette crise politico-sociale et religieuse au sein d'une société musulmane divisée et antagonique, on vit surgir en terres ibériques un mouvement mystique se fondant au niveau spirituel sur l'Islâm le plus pur : le soufisme. La raison d'être de ce mouvement se trouvait dans les écrits du Coran, base et pilier de sa doctrine, et dans les traditions prophétiques, suivant les enseignements et l'exemple du Prophète de l'Islam (qsssl), l'Homme Parfait (al-insân al-kâmil), d'où provient la Chaîne mystique. Or il n'existe de soufisme hors de la Sunna et le Coran, et le soufisme contient l'essence même de 1'Islâm. Les principaux paradigmes des mystiques furent les versets du Coran comme celui qui affirme : « De Dieu est l'Est et l'Ouest ; et là où vous vous tournerez, vous trouverez la face de Dieu. » (Coran, 2, 115). Ou les maximes du Prophète de l'1slâm : « Celui qui se connaît lui-même connaît son Seigneur ». Ces hommes et ces femmes du soufisme ont souhaité se dénommer ahl al-haqq (Gens de la Vérité), entendu comme étant le contenu du message coranique et prophétique islamique dont le cœur de la doctrine fut l'amour divin, la lumière, le savoir, la sincérité, l'équilibre avec ce qui nous entoure et la paix qui implique l'exercice de tout ce qui précède. Message encore susceptible d'être appliqué de nos jours, au milieu des convulsions et des confusions que nous vivons, si nous mettons en pratique la méthode appropriée. Car il s'agit là d'une vérité universelle, immuable, qui ne connaît ni frontières ni particularités culturelles. Ceci dit, il est certain que le soufisme est, de par sa nature, une énigme que seules très peu de personnes ont pu déchiffrer au fil de l'Histoire. Une grandeur que l'on ne peut cependant acquérir à travers les livres. Le soufisme est un océan de sagesse, comme le reflètent les textes spécialisés, où se perdent les limites imposées par la raison ou par les rituels. Pour cela, l'analyse du soufisme d'une perspective purement intel- lectuelle, a parfois contribué à dénaturer et à banaliser sa signification. Il existe, par ailleurs, beaucoup de confusion, et une grande dose de manipulation, qui tend à associer le soufisme, ou la mystique musulmane, avec une hérésie ou un mouvement sectaire. Nous pouvons donc extraire des exemples pour notre société actuelle, de l'expérience des mystiques musulmans au long de l'Histoire, mais prétendre les imiter sans plus, n'est pas donné à tout le monde. Les soufis ont été rares et précieux en toute époque. (Aà suivre)

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.