Haut Conseil de Sécurité : Rachad et MAK classés «organisations terroristes»    Coronavirus: 208 nouveaux cas, 133 guérisons et 7 décès    EdF: Benzema, Di Meco comprend Deschamps    Paix en Libye: Boukadoum appelle le CPS de l'UA à unir ses efforts avec l'ONU    Médiateur de la République: fin de fonction de Karim Younes, nomination de Brahim Merad    JSMB - RCA, duel entre le leader et son dauphin    MCO-WAT en vedette    "Nous ne sommes pas encore qualifiés"    Des directives pour parer à l'urgence    Le cafouillage    Algérie-Egypte: pour une coopération dans le domaine des micro-entreprises    Sous le sceau de la pandémie    La normalisation avec l'Etat d'Israël cautionne les crimes de l'occupant sioniste    L'AC Milan freinée dans sa course à la LDC    Dimanche de penalties et d'accusations    Education: La révision des statuts des travailleurs débattue    «La prévention reste le meilleur moyen», selon le Pr Yacine Kitouni    Campagne de contrôle des motocyclistes    C'est parti pour les épreuves d'éducation physique et de sport (EPS)    Sous le thème «Musée et Mémoire. Les objets racontent votre histoire»    Pierre Augier, Mouloud Mammeri, Frantz Fanon, Germaine Tillon et beaucoup d'autres    Les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Une autre nuit d'horreur à Ghaza    Un fonds spécial pour l'argent détourné    "Des labos d'analyses seront installés dans les aéroports"    Un vrai casse-tête    Découverte de la galère portugaise    Qui part, qui reste ?    L'EXAMEN DU DOSSIER DE LOUNÈS HAMZI DE NOUVEAU REPORTE    38 hirakistes condamnés de 6 à 18 mois de prison ferme    "Faire obstacle aux discours haineux"    Clôture de la 4e session de printemps de l'AP-OTAN avec la participation du CN    Les pays normalisateurs devraient avoir honte de leur position face aux crimes de l'occupant sioniste    Le parti de "Sawt Echaâb" plaide pour une solidarité mondiale avec la Palestine    Inauguration de l'exposition "expressions artistiques de terre et de feu"    Le dénuement du portemonnaie    Hydrocarbures: Sonatrach signe avec le norvégien Equinor    Une solution pour Ghaza !    Samir Hadjaoui est décédé    Une loi «spécifique et exhaustive»    La communication fait défaut    Les indépendants chez Charfi    Les mercenaires de la politique    Début des vaccinations à grande échelle en Afrique du Sud    Cinq terroristes présumés tués près de la frontière algérienne    De quoi sera fait l'après-Covid?    Frida à l'affiche    Boudjima renoue avec le Salon du livre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La bataille de Ghaza dans le collimateur du Hezbollah
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 07 - 2014

L‘offensive israélienne contre la bande de Ghaza occupe le devant de la scène internationale malgré les développements dangereux dans le reste des pays arabes. D'aucuns estiment toutefois que tous les fronts de bataille qui secouent la bande de Ghaza, l'Irak et la Syrie notamment sont liés de façon ou d'une autre, compte tenu que l'entité sioniste est le premier bénéficiaire de l'affaiblissement de ces pays.
Le Hezbollah suit attentivement la bataille de Ghaza et ses moindres détails. Certes, pour ce parti de résistance, il ne s'agit pas simplement de se solidariser avec les Palestiniens. Une réaction pareille n'est pas à la hauteur du statut du Hezbollah dans le système de la résistance et ne convient pas à son mode de réflexion. En effet, le secrétaire général du Hezbollah Sayed Hassan Nasrallah avait donné plus d'un signe sur le fait que la résistance ne se contenterait pas de condamner les agressions israéliennes, surtout que l'axe de la résistance est un ensemble uni sur le plan stratégique. Et pour Israël aussi, la Syrie, l'Iran, le Hezbollah, le Hamas et le Djihad islamique constituent un seul ennemi et une seule source de menace existentielle. Donc, toute bataille menée par l'un des éléments de cet ensemble aura des effets sur le reste des éléments. Partant de là, nous pouvons constater que le Hezbollah se voit un partenaire dans la bataille de Ghaza, que ce soit au niveau des expertises et des potentiels fournis à la résistance palestinienne par le passé ou encore actuellement, ou au niveau de son influence directe par les résultats de la bataille sur le plan politique et militaire. Il est vrai que le parti libanais consacre une bonne partie de ses capacités et sa force dans la guerre en Syrie. Il est vrai qu'il mène depuis des jours une violente bataille dans le Qalamoun et dans le jurd d'Ersal avec les groupes radicaux, mais tout le monde réalise que le Hezbollah excelle dans la répartition des missions sur plusieurs fronts de façon à les séparer l'une de l'autre. On pourra ainsi confirmer que les services chargés du dossier israélien au Hezbollah suivent les moindres détails dans ce domaine, et peut-être ne prêtent aucune attention à ce qui a lieu au nord du Liban. De ce fait, le Hezbollah demeure dans un état de vigilance maximale aux frontières au Sud Liban pour riposter à tout développement ennemi. Il est certain que le Hezbollah suit attentivement la nouvelle expérience balistique des factions de la résistance palestinienne dans le bombardement des régions occupées et analyse les atouts de force et de faiblesse dans les tactiques de la résistance sur le terrain. Le Hezbollah étudie également l'impact du survol des drones de surveillance «Ababil» des territoires occupés en vue de renforcer ses capacités en cas d'une nouvelle guerre israélienne. Probablement, le Hezbollah étudie la réaction du front interne israélien aux tirs de roquettes palestiniennes ainsi que la politique militaire et politique de la direction sioniste. Israël a de nouveau choisi de faire la guerre contre Ghaza en juillet, malgré toutes les défaites subies par son armée en 2006 au Liban. Une fois encore, les indices montrent que l'entité sioniste glisse vers un nouveau bourbier similaire à celui du Liban il y a huit ans. Sachant que les experts militaires israéliens craignent l'arsenal balistique et les expertises militaires du Hezbollah, qui dépassent ceux des factions palestiniennes confinées dans la bande de Ghaza. Pour cette raison, de nombreux dirigeants israéliens appréhendent la prochaine confrontation avec la résistance libanaise. Face aux réalités nées de la bataille de Ghaza, une question se pose?: la possibilité d'une guerre israélienne contre le Liban est-elle de plus en plus improbable.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.