L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'accord d'Alger, un instrument privilégié pour le retour de la paix et la stabilité
Publié dans La Nouvelle République le 08 - 04 - 2015

L'accord de paix et de réconciliation au Mali paraphé, il y a plus d'un mois à Alger, s'impose en tant qu'instrument privilégié et incontournable pour la restauration d'une paix définitive dans ce pays sahélo-saharien de l'avis même des parties au dialogue. Après son paraphe par les parties maliennes et la médiation internationale, conduite par l'Algérie, le document dont la signature officielle aura lieu lors d'une cérémonie à Bamako, est qualifié de «base solide» pour une paix et une stabilité durables pour le Mali ainsi que pour toute la région, sur fond de satisfaction des populations maliennes et de soulagement parmi toute la communauté internationale.
Réitérant son attachement à l'accord au bénéfice de l'Etat malien et ses populations, le gouvernement du Mali a renouvelé, la veille, dans un communiqué, sa confiance «pleine» et «entière» en l'équipe de médiation internationale, dont l'Algérie est le chef de file. L'accord paraphé le 1er mars 2015, «y compris par les représentants de la médiation internationale, dont l'Algérie est le chef de file, est un instrument privilégié porteur de paix pour le Mali et pour toute la région», a soutenu le gouvernement malien. De son côté, la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA) a exprimé, au terme d'un séjour à Alger, ses remerciements au président de la République Abdelaziz Bouteflika et au gouvernement algérien pour leur «disponibilitésans faille» et leur «hospitalité légendaire». La CMA, qui avait demandé «une pause afin de mobiliser le maximum de soutien à cet acte fondateur», a tenu des rencontres avec la médiation conduite par l'Algérie, ponctuées par des échanges «fructueux» dans le but d'accélérer le processus de paix vers son aboutissement «dans l'intérêt de l'Azawad en particulier et du Mali en général ainsi que la stabilité dans la sous-région». La coordination, qui compte en son sein le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), a suggéré des «ébauches de solutions pour surmonter les difficultés actuelles». L'accord de paix et de réconciliation obtenu après cinq rounds de dialogue, était, pour les parties aux pourparlers, «le fruit de huit mois de processus intense» de dialogue inclusif inter-malien, impliquant toutes les parties prenantes maliennes, y compris les mouvements armés et la société civile. Outre les représentants du gouvernement du Mali, six mouvements politico-militaires du nord avaient pris part au dialogue, à savoir, le Mouvement arabe de l'Azawad (MAA), la Coordination pour le peuple de l'Azawad (CPA), la Coordination des Mouvements et Fronts patriotiques de résistance (CM-FPR), le Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA), le Haut conseil pour l'unité de l'Azawad (HCUA) et le Mouvement arabe de l'Azawad (dissident). L'accord de paix définit, entre autres, les «fondements pour un règlement durable du conflit». Il vise à créer les conditions d'«une paix juste et durable au Mali», contribuant à la stabilité régionale, ainsi qu'à la sécurité internationale. Ainsi, la CMA a tenu également à remercier le représentant onusien, Mongi Hamdi, «pour son engagement personnel en faveur de la résolution du conflit et pour l'appui de la Minusma au profit du processus de paix». En outre, le gouvernement du Mali, qui s'est déclaré conscient des aspirations légitimes des populations maliennes, dans leur ensemble, est resté «déterminé» à y répondre et poursuivra «tous les efforts visant à faire partager le contenu de l'accord, tant à l'intérieur qu'à extérieur du pays, y compris dans les camps de réfugiés maliens dans les Etats voisins». «Le gouvernement du Mali, qui a toujours tendu une main fraternelle aux frères des mouvements du nord, leur renouvelle son appel afin qu'ils s'inscrivent résolument et avec courage dans la dynamique en cours pour la signature de l'accord, dans les plus brefs délais», lit-on dans son communiqué. La force et la crédibilité de l'accord de paix au Mali sont traduites également par les réactions ayant suivi le paraphe du document, soulignant notamment que le dialogue inter-malien mené à travers cinq rounds de discussion avait été «transparent, ouvert et inclusif». Les pourparlers avaient été conduits avec «détermination, lucidité, patience, dévouement et entière disponibilité par une équipe largement représentative de la communauté internationale», avait notamment indiqué la médiation internationale. «Comme souhaité par les Maliens eux-mêmes tout comme par les instances internationales et régionales, le dialogue inter-malien a été transparent, ouvert et inclusif, y compris par l'implication de la société civile. La médiation a, tout au long du processus, donné toute la latitude aux parties afin d'exprimer leurs positions», a précisé l'équipe de la médiation. L'équipe de médiation comprenait la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest(Cédéao), l'Union africaine (UA), l'ONU, l'Union européenne (UE) et l'Organisation de la Coopération islamique (OCI), le Burkina Faso, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.