Rassemblement devant le tribunal de Sidi M'hamed pour réclamer la libération des manifestants détenus à El Harrach    Mauritanie: El-Ghazouani élu président, l'opposition conteste    Une récolte de plus de 2 millions de quintaux attendue    Le constat amer du FJL    Le niet de Ghoul    Les gesticulations d'un gouvernement en partance    L'ex-P-DG d'Algérie Télécom devant le procureur jeudi    Le ministre de l'énergie inaugure le 6e Symposium de l'AIG    Premiers incidents post-congrès    "Ça n'a plus de sens que Bensalah propose quoi que ce soit"    Le président Keïta prépare le dialogue politique inclusif    Erdogan perd définitivement la municipalité d'Istanbul    L'Iran fait état d'un incident précédent avec un drone américain    Garder l'entraîneur et réviser les salaires des joueurs    L'état interpellé à s'impliquer… dans les affaires du club    Au rythme des surprises    Karim Ziani, le fils du peuple !    Large vague de dénonciation    1 281 morts et 12 914 blessés en 5 mois    Un fonctionnaire arrêté en flagrant délit de corruption    Plus de 6 quintaux de drogue saisis au niveau de l'autoroute Est-Ouest    Vers l'annulation de 6 zones d'expansion touristique    Vers le durcissement des sanctions    Lounès Matoub, la révolution dans l'âme    Les trois manifestants arrêtés à Tamanrasset libérés    Curieuse distribution gratuite du Coran dans la rue    Paroles et images de femmes    Lancement au Maroc d'une exposition itinérante    Les études se poursuivent pour la reconversion de la prison de Serkadji en musée    EN : Bounedjah remercie les supporteurs et leur fait une promesse    Ammal : Une cinquantaine de familles oubliées du relogement    Nouvelles de l'Ouest    Annoncée pour cet été à la Casbah : Où en est l'opération d'ouverture d'espaces pour l'artisanat ?    CAN-2019: Maroc 1 - Namibie 0 - Les Marocains ont sué    Habitat: L'agrément des promoteurs immobiliers désormais du ressort des walis    L'ATTENTE ET LES EXIGENCES DE SOI AUSSI    CRB Abdelmalek Ramdane: La présidente du club dénonce un complot    Les papys font de la résistance    Avec une croissance à la peine : Le marché pétrolier s'inquiète de la demande    Sahara occidental : Des eurodéputés interpellent le Maroc sur le sort de militants sahraouis    L'Algérie et la ZLECAF : Une occasion pour conquérir le marché africain    Police aux frontières : Des instructions pour fournir les meilleures prestations sécuritaires au citoyen    Entretien : La Tunisie et Naïm Sliti veulent "passer un cap"    "La banqueroute de Lehman Brothers paraîtra une simple gaminerie": Deutsche Bank lutte pour sa survie ?    Bourses : L'Europe termine en baisse avec les tensions USA-Iran    Reddition d'un terroriste    Mandat de dépôt pour 18 manifestants    Les Houthis affirment avoirabattu un avion militaire saoudien    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Nouvelle orientation concernant les jeunes
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 03 - 2017

Le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a déclaré jeudi que «la nouvelle orientation» de son département consiste à subventionner les «projets cinématographiques à coût limité des jeunes», estimant "infructueux désormais de produire des films à coût élevé".
«L'ère du financement à cent pour cent des films par l'Etat est révolue», a affirmé M. Mihoubi dans un entretien au journal «El Khabar" avant de préciser que les films à coût élevé étaient des «projets stratégiques» qui s'inscrivent en dehors «des critères retenus par le ministère de la Culture à travers la subvention du nouveau cinéma». Il a indiqué que l'Etat interviendra en tant que "partenaire" dans la production d'œuvres cinématographiques avec la participation de différentes autres parties, soulignant que la tutelle "contribuera avec un taux précis" à la subvention du film. Evoquant le film "l'Emir Abdelkader", M. Mihoubi a rappelé de nouveau, que le travail "est gelé" car exigeant "un degré élevé de qualité et de maîtrise" et un scénario qui renferme les différents aspects de la personnalité de l'Emir et une société de production "sérieuse" y compris algérienne et jouissant d'"une vision précise pour produire un film international". "Il n'y a aucun inconvénient" à faire appel à un partenaire étranger pour la production du film, a-t-il dit réitérant que l'examen de ce projet aura lieu après la production par le ministère des deux films "Ben M'hidi" et "Ben Badis". Lors d'une plénière en février dernier à l'Assemblée populaire nationale (APN), le ministre de la Culture a relevé que le film sur l'Emir Abdelkader est actuellement gelé en raison de l'absence d'un "bon scénario" pouvant retracer la personnalité "singulière" de l'Emir et de son financement. S'exprimant sur la contribution du privé à l'activité culturelle, il a estimé que les investisseurs privés en Algérie n'avaient pas la culture de l'investissement dans ce domaine comme le cinéma, le théâtre, les arts plastiques et autres même "si rien ne les empêche de le faire". Il a insisté à ce propos, sur la nécessité de "sensibiliser" ces investisseurs en les invitant à investir dans le secteur de la culture, rappelant l'existence d'initiatives dans ce domaine, d'Algériens et d'étrangers, et tout particulièrement dans le cinéma. D'autre part, M. Mihoubi a jugé impératif de "réviser la loi sur le cinéma" qui comporte certaines "entraves" inhibitrices de la capacité des sociétés cinématographiques algériennes dans le domaine de commercialisation, de tournage et de distribution. Les lois doivent être "plus souples et à l'extrême même" comme c'est le cas des textes de lois sur le cinéma dans les pays voisins, a-t-il poursuivi. En réponse à une question sur la projection de films internationaux confiée à l'Office national de la culture et de l'information (ONCI), M. Mihoubi a annoncé que des accords ont été conclus entre l'office et certains distributeurs cinématographiques mondiaux pour la projection de nouveaux films dans les "salles de cinéma à Alger, Constantine et Oran et autres villes". "Il existe plus de vingt salles de cinéma" relevant de la cinémathèque habilitées à présenter ces projections "outre les 67 autres salles" du ministère de la Culture et certaines communes disposées à céder des salles au ministère dans un cadre commercial, a-t-il renchéri.Par ailleurs, le premier responsable du secteur a rassuré que l'Office détenait dorénavant un registre qui "lui permet de faire son entrée dans le monde de la distribution à grande échelle" et ce à travers le développement des salles de cinéma en les dotant d'équipements modernes, estimant que cela s'inscrivait dans le cadre "la réforme du système cinématographique à commencer par la distribution". Concernant les initiatives de certains artistes algériens à créer des syndicats, il a rappelé que la Constitution algérienne "autorise l'activité syndicale" et il est du droit des intellectuels et artistes d'en avoir afin d'"améliorer leur situation". Enfin, M. Mihoubi a ajouté que le secteur de la culture avait besoin de "réformes profondes", tous azimuts, qu'il s'agisse de "la révision des lois" en vue d'une adaptation aux grands changements de par le monde ou alors en "mettant fin" à l'idée selon laquelle l'Etat façonne à lui seul la culture.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.