Bayern : Le père d'Alaba dément pour le Real Madrid    Mondial de Handball: l'Algérie s'incline face au Portugal (26-19)    Milan AC : C'est officiel pour Mandzukic    Dalila Touat condamnée à 18 mois de prison ferme    Relaxe pour les hirakistes d'Oran    Le verdict en appel de trois activistes renvoyé au 25 janvier    Situation kafkaïenne des souscripteurs    Hausse des prix des pâtes alimentaires : Certains opérateurs pointés du doigt    Les raisons de la pénurie    Instruction aux walis    Importation des véhicules neufs : Qu'est-ce qui retarde la délivrance des agréments provisoires ?    Signature d'une convention de partenariat avec l'Inapi    La décision de Trump en cours d'examen par le staff de Biden    "Biden ne fera pas de bouleversements exceptionnels"    Des dizaines de victimes au Darfour-Sud    Le président Touadéra officiellement réélu en Centrafrique    La mouture de la commission Laraba favorise les partis de l'ancienne majorité : Les écueils aux changements maintenus    Chanegriha supervise l'exercice tactique «Al-Hazm 2021»    Brahim Laâlami reste en prison    L'Algérie s'impose face à la Libye    La FAF a-t-elle enfreint le décret exécutif 15-73 ?    Des soucis pour Dumas    «L'acquisition de plusieurs vaccins est une bonne décision»    Sit-in de protestation des étudiants de 3e année de médecine    Secteur de l'éducation à Béjaïa : Entre grands besoins et sept nouveaux projets notifiés    Affichage d'une liste provisoire des bénéficiaires de 1 146 logements    Opération «les trottoirs pour les piétons»    Les prestations suspendues jusqu'au 8 février    Rêver à perdre la raison !    L'artiste Reche Safia honorée par les siens    L'IFA lance son premier appel à projets cinématographiques 2021    Joe Biden : Le «rassembleur» à l'épreuve d'une Amérique meurtrie    Les technologies embarquées bousculent la mécanique d'autrefois    Donald Trump : La fin de son mandat lui coûte une fortune    Kamala Harris, une vice-présidente historique    Edition amazighe à Béjaïa : L'APW offre 11 000 livres pour les établissements scolaires    Ineffable Art et Culture, le magazine culturel digital 100 % algérien : Figourra, un concept « brosseur » de portraits    OM Arzew: Le CSA, ou la source des problèmes    Mostaganem: Saisie de boissons alcoolisées, une arrestation    Le procès en appel du DG d'Ennahar reporté au 1er février    TRUMP ET LES DEMONS DE LA GUERRE DE SECESSION    Projet de révision de la loi électorale: Le candidat à la présidentielle doit déposer une garantie financière    La solidarité ne va qu'aux nécessiteux    MC Alger: L'appétit vient en mangeant    Dossier mémoriel Algérie-France: Le rapport Stora remis demain à l'Elysée    Lettre à une jeune étudiante    Restauration de la mosquée du Pacha: Lancement des travaux le mois de mai prochain    259 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'aide de l'UE aux réfugiés sahraouis conforme aux principes humanitaires
Publié dans La Nouvelle République le 08 - 04 - 2017

La réalisation en 2015 des principaux projets financés par l'Union européenne (UE) dans le cadre de l'aide humanitaire apportée aux réfugiés sahraouis dans les cinq camps de Tindouf a entraîné, en 2016, une révision à la baisse de cette aide qui reste, néanmoins, conforme aux principes humanitaires, a affirmé le Commissaire européen chargé de l'aide humanitaire, Christos Stylianides.
«En 2016, l'enveloppe a été réduite à 9 millions d'euros, principalement en raison du fait que le cycle des investissements importants a été réalisé, notamment les entrepôts et les systèmes d'eau qui avaient été finalisés en 2015», a-t-il expliqué dans sa réponse à l'eurodéputé Enrique Guerrero Salom qui s'inquiétait des conséquences de la «réduction drastique» de l'aide européenne au profit des réfugiés sahraouis. Toutefois, le Commissaire Stylianides a assuré que l'aide apportée par l'UE aux réfugiés sahraouis répond aux exigences de l'outil d'identification des crises oubliées (FCA) qui permet de définir le niveau de l'aide humanitaire, et à l'évaluation qualitative effectuée par les experts humanitaires de la Commission. Le service de la Commission européenne à l'aide humanitaire et à la protection civile (ECHO) a mis au point un cadre pour évaluer et analyser les besoins spécifiques de chaque pays et de chaque crise. Ce cadre fournit les fondements factuels nécessaires à la priorisation des besoins, l'allocation des fonds, et au développement de plans d'exécution de l'aide humanitaire (HIP). «Afin de promouvoir une approche régionale plus stratégique, depuis 2016, le plan d'exécution de l'aide humanitaire (HIP) inclut tous les pays d'Afrique du Nord (sauf l'Egypte) et ne se concentre pas exclusivement sur la crise sahraouie», a-t-il fait savoir, assurant que cette nouvelle démarche de l'UE «n'affecte pas le niveau de financement alloué à la crise sahraouie». Selon le Commissaire européen à l'aide humanitaire, l'UE a consacré plus de 220 millions d'euros d'aide humanitaire à cette crise. «De 2012 à 2015, le soutien de l'UE a été stable à 10 millions d'euros par an, soit environ 40% de l'ensemble du financement international consacré à cette crise», a-t-il ajouté. Dans une question écrite adressée à la Commission européenne, l'eurodéputé Enrique Guerrero Salom a affirmé que la révision à la baisse de l'aide humanitaire apportée par l'UE aux réfugiés sahraouis a entrainé «un manque important» dans les approvisionnements nécessaires pour satisfaire les besoins de base de milliers de réfugiés qui résident dans les cinq camps. Pour Enrique Guerrero Salom, l'absence d'analyse, d'évaluation permettant l'identification des besoins des réfugiés sahraouis et la révision à la baisse du nombre de réfugiés nécessitant une assistance a été à l'origine de cette «réduction drastique» du montant de l'aide. Situation des réfugiés sahraouis: une crise oubliée pour l'UE Selon le service aide humanitaire et protection civile (ECHO) de la Commission européenne, le financement total de l'UE au titre de l'aide humanitaire aux réfugiés sahraouis n'était que de 9 millions d'euros en 2016, contre 10 millions par le passé. Pourtant, la Commission européenne a qualifié la situation de ces réfugiés de «crise oubliée» en raison de peu de fonds qui lui sont consacrés par la communauté internationale.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.