Explosion de Beyrouth: quatre avions d'aides décollent d'Alger    Hommage à Gisèle Halimi: une halte en reconnaissance à ceux qui ont soutenu l'Algérie    Constantine: réception prochaine du projet de raccordement du CW1 à la RN 27    75 ans après Hirochima, le désarmement reste un vœu pieux    Covid-19: 571 nouveaux cas, 436 guérisons et 12 décès    Procès du journaliste Khaled Drareni : L'absurde devient ordinaire par lassitude    Ligue 1-ES Sétif: l'entraîneur Kouki OK pour prolonger son contrat de 2 saisons    Explosion de Beyrouth: Chanegriha présente ses condoléances    Feux de forêts : la Protection civile déploie un important dispositif    L'Italie prêtera main-forte à la France avec 200 soldats    Trump envisage un discours depuis la Maison Blanche pour officialiser sa candidature    La bataille du siège entre au tribunal    Le prêt de Benchaâ au CCS prolongé    Huit ambitieux et seulement quatre billets pour Lisbonne    Fin de l'été 2017 : la fausse victoire de l'oligarchie    Les enjeux hydrauliques et leur impact sur l'agriculture    Presse indépendante : 30 ans de combat et de sacrifice    La défense exige la présence du secrétaire particulier de Bouteflika    L'Alliance des designers algériens professionnels voit le jour    Gilles Lapouge, l'amoureux du Brésil    L'Unesco va réhabiliter le patrimoine de Bandiagara, victime du conflit    Attar plaide pour une "Opep du gaz"    Deux Algériens légèrement blessés    Tizi Ouzou, Drâa Ben Khedda et El-Tarf reconfinées    Le féminicide, un crime silencieux    Pertamina lorgne les actifs d'OXY en Algérie    Le général-major Meftah Souab en soins à l'étranger    La défense compte saisir le chef de l'Etat    Le désert agraire    Nacer Boudiaf demande la réouverture du dossier    Opéré de nouveau à Lille : Benzia espère un retour en janvier    CRB : Djerrar opéré avec succès    JS Kabylie : Relance de la webradio du club    Nedjma TV, l'environnement comme priorité    Un enfant de 4 ans se noie dans une retenue d'eau    FAUSSES SAINTETES    Prophéties de chaos    Le harrag anonyme ou le marigot des caïmans    Tiaret: Livraison de plus de 1.000 véhicules Mercedes-Benz    Les grands axes du protocole du MESRS    Des travaux pour améliorer l'AEP et l'assainissement    L'apocalypse à Beyrouth    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Washington condamne la présence militaire étrangère en Libye    Un néonazi avoue le meurtre d'un élu régional    "L'Euthanasie, entre légalisation et incrimination", nouvel ouvrage du chercheur Djamel Eddine Anane    Le parcours du pianiste Nassim Kahoul, un exemple de détermination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Theresa May s'accroche au pouvoir en s'appuyant sur un parti extrémiste
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 06 - 2017

La Première ministre a constitué un nouveau gouvernement, vendredi, au lendemain de la perte de sa majorité absolue, en s'alliant aux unionistes nord-irlandais.
Comme si de rien n'était, ignorant les appels à sa démission, la Première ministre britannique, Theresa May, a constitué un nouveau gouvernement, vendredi 9 juin, au lendemain de la perte de sa majorité absolue au Parlement lors de législatives anticipées dont elle avait elle-même pris l'initiative. Se disant garante de la « sécurité » dont le pays a besoin, Mme May prétend mettre l'exécutif en ordre de bataille pour débuter les négociations sur le Brexit, censées commencer le 19 juin. Mais son alliance forcée avec le Parti unioniste démocratique (DUP), formation extrémiste protestante d'Irlande du Nord, seule à même de lui apporter le complément de sièges pour pouvoir disposer d'une majorité et gouverner, risque de faire de la chef de l'exécutif l'otage de ses positions ultra-conservatrices et europhobes et de ses pratiques financières douteuses. Au risque de déstabiliser non seulement la province irlandaise, mais aussi les négociations sur le Brexit. Ne disposant plus que de 318 sièges (contre 330 auparavant) aux Communes, la première ministre n'avait qu'une seule issue : passer un accord avec le DUP, seul parti susceptible de la soutenir. Les dix élus de cette formation nationaliste et très hostile à l'Union européenne (UE), vont lui fournir l'appoint. « Maintenant, au travail» La mine marquée par l'adversité, Mme May n'a pourtant pas fait la moindre allusion à ses déconvenues lorsque, flanquée de façon inhabituelle de son époux, elle a pris la parole devant ses bureaux du 10 Downing Street, à Londres, en début d'après-midi. Elle venait de passer vingt-cinq minutes au palais de Buckingham avec la reine – qui est chef de l'Etat –, dont elle avait sollicité formellement l'autorisation de former un nouveau gouvernement. La Première ministre britannique, Theresa May, a annoncé vendredi la formation d'un nouveau gouvernement avec le soutien du parti nord irlandais unioniste démocrate (PUD) qui lui a permis de compléter les 8 sièges manquant à sa majorité parlementaire. Theresa May annonce la formation d'un nouveau gouvernement Appelée à démissionner par l'opposition après avoir perdu sa majorité parlementaire lors des législatives anticipées de jeudi, Mme May a assuré que les conservateurs qui ont obtenu le plus grand nombre des sièges, "assureront la stabilité" du pays. Les conservateurs ont décroché 318 sièges, le PUD 10. Le nombre total des siège de la chambre des communes est de 650. Une majorité de 326 sièges est indispensable à la formation du gouvernement. Theresa May a convoqué des législatives anticipées dans l'espoir d'avoir une plus large majorité afin de négocier, à l'aise, la sortie britannique de l'Union européenne (UE). Elle détenait 330 sièges dans l'ancienne chambre des communes, soit une majorité de 17 sièges, elle en a perdu12. La presse britannique rappelle que le parti conservateur a déjà été soutenu par un parti irlandais pour avoir une majorité parlementaire. En 1996, l'ancien Premier ministre John Major avait été soutenu par les députés de l'Ulster Unionist Party pour former son gouvernement. En 2010, le prédécesseur de Theresa May, David cameron, a fait de même avec les libéraux démocrates. Par ailleurs, la Première ministre a annoncé que les négociations avec l'UE sur le brexit commenceront dans dix jours, comme prévu. Le nouveau gouvernement "mènera à bien le Brexit", a-t-elle dit. La Première ministre écossaise, Nicola Sturgeon, a estimé que Theresa May doit "abandonner son projet de Brexit dur après son échec aux élections législatives", ajoutant que Mme May "a perdu toute autorité et toute crédibilité". Le chef du parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, l'Ukip, Paul Nuttall, a par contre, annoncé sa démission. Son parti se trouvant à la tête des partisans du brexit dur, n'a obtenu aucun siège. Le leader du Labour Party, Jeremy Corbyn, le "grand vainqueur" des législatives, comme relevé par toute la presse à Londres, a estimé que Theresa May devrait "laisser la place à un gouvernement vraiment représentatif". Les travaillistes ont décroché 261 sièges, soit, 32 élus supplémentaires. Le nouveau Parlement devra siéger le 13 juin. La cérémonie d'ouverture est prévue le 19 juin, au cours de laquelle la reine Elisabeth prononcera un discours.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.