Le SG de l'OPEP souligne les efforts de l'Organisation et ses alliés pour la stabilité du marché    Football / Algérie : la FAF approuve la mise en place d'un collège technique national    Ministère de la Communication: renforcer la coopération sur la base du référent religieux national    Mahieddine Tahkout condamné à seize ans de prison et tous ses biens confisqués    Le FCE appelle à la refonte du système bancaire    «Le paiement mobile via QR Code sera lancé avant la fin de l'année»    Au moins 12 morts dans des combats opposant l'Arménie et l'Azerbaïdjan    Les troupes américaines se retirent de cinq bases    Elyes Fakhfakh présente sa démission    Dites Oui et nous serons heureux !    Entre conditions sanitaires, économiques et raison d'Etat    Reprise samedi prochain    La double peine !    Le confinement partiel reconduit au 27 juillet en Algérie    Les éleveurs réclament des points de vente des moutons    Riz à la crème fraîche    Installation d'un nouveau chef de Sûreté de wilaya    Un portrait à l'effigie de Mohamed El Badji    Carlos Gomes et ces Européens qui ont marqué l'Histoire du football en Algérie    La culture et l'entreprise    Fête de l'indépendance : le Président Tebboune reçoit de nouveaux messages de vœux    M'sila: placement sous mandat dépôt de deux jeunes pour agression sur le personnel de l'EPH Ain El Melh    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Le NAHD saisit le TAS    Ouyahia, Sellal, Benyounès et Yousfi hospitalisés    Lancement officiel d'un Guide de protection des enfants en ligne    "La décennie 2020 sera celle de l'automobile"    Sahara occidental : le MRAP appelle l'ONU à porter une attention particulière aux violations systématiques du Maroc    Tout savoir sur les promotions de Peugeot    12 décès et 554 nouveaux cas en 24 heures    3 personnes décédées par asphyxie    La tension monte entre Washington et Pékin sur Hong Kong    Les guichets itinérants rétablis    Les habitants soulagés    L'énigme Bouchouareb    La femme qui embrasse les pieds de son homme !    "L'écriture se vit comme un rêve"    L'œuvre de Frantz Fanon à l'honneur à Avignon    La candidature de la Tunisie confirmée    Débat sur la Réforme constitutionnelle 2020    On vous le dit    MOUTON, POLITIQUE ET RELIGIEUX CONFONDUS    Skikda: Le P-DG du port, 28 fonctionnaires et 4 opérateurs économiques sous contrôle judiciaire    MC Oran: Sonatrach entretient l'espoir    Tlemcen: Des ressources minières qui dorment à Honaine    Comment écoper la mer avec une cuillère à café ?    Tebboune demande l'élaboration d'une loi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La famille Guettaf, ou la mémoire de la cité
Publié dans La Nouvelle République le 07 - 08 - 2017

Grâce à un fonds, aussi dense que riche, constitué de génération en autre, la famille Guettaf représente la mémoire photographique de la ville de Boussaâda, cette «Cité du bonheur» immortalisée à travers des clichés d'une valeur inestimable et qui sont, par ailleurs, précieusement préservés.
Située au détour d'une des artères principales du centre-ville de Boussaâda, le local de Lakhdar Guettaf, dont l'enseigne indique qu'il s'agit d'un photographe de portraits, est bien plus que cela: le lieu renferme une précieuse collection de clichés datant du siècle précédent et se rapportant à cette ville pittoresque de la Hodna: Des scènes de la vie quotidienne de cette époque révolue, des personnages locaux et autres, des édifices historiques maintenus dans leur usage depuis ou transformés pour une autre utilité publique, etc. L'on peut distinguer, entre autres, de vieux clichés de cireurs de chaussures, au milieu d'une placette publique, fréquentée par des passants indigènes en burnous et pieds nus, pour certains. D'autres, de bus à deux niveaux reliant Boussaâda à Bordj-Bou-Arréridj ou indiquant la fonction de «service des marchés», le tout rappelant l'ère coloniale et le joug de l'occupation française. Une autre photo, tout aussi bien conservée que les autres, renseigne sur la vocation initiale de l'actuel siège de la police judiciaire de la ville: celui-ci abritait un hôpital, tandis que l'on distingue dans un autre cadre-photo l'école de Sidi Thameur, datant du siècle précédent et destinée encore aujourd'hui à l'enseignement. Il en est de même pour des édifices comme l'hôtel «Les Oasis» et autres. Lakhdar Guettaf est également ravi de compter dans ses précieuses archives photographiques, des reproductions des oeuvres originales d'Etienne Dinet datant de 1902 et qu'ils a pu se procurer en France. Autant de "documents" qui occupent les étagères des présentoirs en verre ou accrochés, pour certains, sur les murs de la propriété de ce passionné de photographie, héritée de son défunt père, Mohamed, et acquise au lendemain de l'indépendance. «Mon père a appris tout jeune les rudiments de ce métier auprès d'un Espagnol durant la colonisation mais aussi de son propre père qui a été lui-même formé par un photographe français. Je garde encore en mémoire les conditions dans lesquelles il exerçait, comme l'absence de l'électricité et les moyens rudimentaires. A l'époque, Il était le seul photographe à Boussaâda et par conséquent, très sollicité», se souvient Lakhdar. Il se remémore, en outre, que durant les premières années de son apprentissage, le développement des clichés photos se faisait au moyen de plaques et les retouches à apporter d'un crayon spécial. Le lancement de sa carrière, en solo, s'est effectué dès 1978 et aujourd'hui, tout comme son père en son temps, il est considéré comme étant le plus ancien photographe de la ville. Dans son activité, il est soutenu par son fils aîné qui a acquis, à son tour et par la même occasion, les principes de ce métier. Développant une préférence particulière pour la photo ancienne et en noir et blanc, ce dernier dévoile fièrement sa collection amassée au fil des années dans son studio. Si bien que lorsqu'on y entre, l'on ne peut s'empêcher de marquer une longue pause devant certaines photos. «Souvent, des touristes nationaux et étrangers, dont des diplomates, affichent leur intérêt à découvrir le vieux Boussaâda», souligne-t-il, avant d'insister sur l'importance de préserver "la mémoire" de cette ville et de ses habitants. Il déplore, néanmoins, que depuis un moment le métier de photographe semble être «en phase de déclin», arguant de «l'invasion» du numérique qui fait sensiblement reculer le besoin de se prendre en photo «comme cela se faisait avant». Et de faire observer que même pour certains documents administratifs, comme le passeport, les photos sont prises à la Daïra. Pour autant, il ne peut s'empêcher d'entretenir l'espoir d'un éventuel rapide retour des «beaux jours» de ce métier, considéré, par ailleurs, comme une expression artistique en soi.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.