Deux nouveaux chefs pour la Sûreté de Aïn-Séfra et Mécheria    Le FFS va-t-il se retirer du PAD ?    Kafkaien    Alerte aux pesticides périmés à Blad-Touahria    La nouvelle feuille de route    A la croisée des chemins, l'Otan aurait-elle «perdu le Nord» ?    Les vérités de Boukadoum    La Grande Khalouta !    Un recrutement en catimini    «Des dérogations seront accordées pour certaines activités»    Près de 20 000 personnes verbalisées pour non-respect du confinement    Le Syndicat des directeurs accuse la tutelle    Les nouveautés, en temps de pandémie    Hourof El Jenna, un spectacle de calligraphie arabe lumineuse    Saison blanche au Sénégal et au Gabon    La direction charge Sonatrach et le wali d'Alger    Les pro-démocratie ouvrent les primaires pour les législatives à Hong Kong    Mouvement de contestation au Mali : Escalade à Bamako    Algérie Poste de la wilaya de Tipasa : Plus de 100 TPE installés à la mi-mai    Une voiture dans un sac à dos    Aveu d'échec    On vous le dit    Leur coût de production a pourtant baissé de 90% : Les énergies renouvelables, ces mal-aimées    ASO – ES FIRME : Saïdi, un dirigeant hors pair s'en va    Kaci Hadjar, Moudjahid. Professeur en gynécologie-obstétrique décédé le 13 juillet 2019 : Le professeur qui rajoutait de la vie aux années    Edward Saïd, une pensée de l'exil    Zabor ou les psaumes : langage et liberté    Covid-19: L'Aïd de toutes les incertitudes    CS Constantine: Rachid Redjradj poussé vers la sortie    Brentford: Benrahma frappe de nouveau    Le SNAPO et l'association des consommateurs exigent plus: Les publicités «mensongères» des compléments alimentaires interdites    FIFA - Coronavirus: Amendement du code de l'éthique    Victimes de plus en plus d'agressions: Les gardes forestiers réclament des armes    ASILE DE FOUS    Taisez-vous Marine Le Pen !    Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire    Tebboune préside aujourd'hui un Conseil des ministres    TLS Contact Algérieréaménage ses RDV- visas    Commerce: Rezig préside une réunion avec les cadres centraux    Boukadoum réaffirme le rejet par l'Algérie de toute ingérence étrangère en Libye    La liste de Hakim Belahcel à la tête de l'instance présidentielle    10 ANS DE PRISON REQUIS CONTRE UN COUPLE : Vaste escroquerie immobilière à Oran    Kaïs Saïed met en garde contre un danger interne    Le barreau s'engage à défendre les droits de la victime    Le port de Skikda et les instructions d'Amar Ghoul    Nouvelle lune de miel entre Alger et Paris    "Tout geste unilatéral serait diplomatiquement malheureux"    Le général-major Omar Tlemsani, nouveau commandant de la 4e Région militaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Boussaâda : La «cité du bonheur»
Publié dans Info Soir le 05 - 08 - 2017

Héritage - Grâce à un fonds, aussi dense que riche, constitué de génération en autre, la famille Guettaf représente la mémoire photographique de la ville de Boussaâda, cette "Cité du bonheur" immortalisée à travers des clichés d'une valeur inestimable et qui sont, par ailleurs, précieusement préservés.
Située au détour d'une des artères principales du centre-ville de Boussaâda, le local de Lakhdar Guettaf, dont l'enseigne indique qu'il s'agit d'un photographe de portraits, est bien plus que cela: le lieu renferme une précieuse collection de clichés datant du siècle précédent et se rapportant à cette ville pittoresque de la Hodna:
Des scènes de la vie quotidienne de cette époque révolue, des personnages locaux et autres, des édifices historiques maintenus dans leur usage depuis ou transformés pour une autre utilité publique, etc. L'on peut distinguer, entre autres, de vieux clichés de cireurs de chaussures, au milieu d'une placette publique, fréquentée par des passants indigènes en burnous et pieds nus, pour certains.
D'autres, de bus à deux niveaux reliant Boussaâda à Bordj-Bou-Arreridj ou indiquant la fonction de "service des marchés", le tout rappelant l'ère coloniale et le joug de l'occupation française.
Une autre photo, tout aussi bien conservée que les autres, renseigne sur la vocation initiale de l'actuel siège de la police judiciaire de la ville: celui-ci abritait un hôpital, tandis que l'on distingue dans un autre cadre-photo l'école de Sidi Thameur, datant du siècle précédent et destinée encore aujourd'hui à l'enseignement. Il en est de même pour des édifices comme l'hôtel "Les Oasis" et autres. Lakhdar Guettaf est également ravi de compter dans ses précieuses archives photographiques, des reproductions des œuvres originales d'Etienne Dinet datant de 1902 et qu'ils a pu se procurer en France.
Autant de "documents" qui occupent les étagères des présentoirs en verre ou accrochés, pour certains, sur les murs de la propriété de ce passionné de photographie, héritée de son défunt père, Mohamed, et acquise au lendemain de l'indépendance."Mon père a appris tout jeune les rudiments de ce métier auprès d'un Espagnol durant la colonisation mais aussi de son propre père qui a été lui-même formé par un photographe français. Je garde encore en mémoire les conditions dans lesquelles il exerçait, comme l'absence de l'électricité et les moyens rudimentaires.
A l'époque, Il était le seul photographe à Boussaâda et par conséquent, très sollicité", se souvient Lakhdar. Il se remémore, en outre, que durant les premières années de son apprentissage, le développement des clichés photos se faisait au moyen de plaques et les retouches à apporter d'un crayon spécial.
e lancement de sa carrière, en solo, s'est effectué dès 1978 et aujourd'hui, tout comme son père en son temps, il est considéré comme étant le plus ancien photographe de la ville. Dans son activité, il est soutenu par son fils ainé qui a acquis, à son tour et par la même occasion, les principes de ce métier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.