Les assemblées locales appelées à s'affranchir de la bureaucratie    7e réunion de haut niveau des Parlements du groupe de dialogue 5+5, demain à Alger    Les syndicalistes de l'UGTA montent au créneau    Pièce de rechange auto : il n'a jamais été question de suspendre l'importation    Evaluation des politiques publiques : Une pratique en quête d'institutionnalisation    Le désenchantement s'est installé. Il faut réformer l'appareil de l'Etat    Tunisie : Un 7e anniversaire de la révolution au goût amer    Catalogne : Les indépendantistes récupèrent la présidence du Parlement    Ligue 1 : Derby de la peur au 20 Août 1955    Mondiaux de la médecine : Préparation perturbée pour les Algériens    ASMO : Qui veut pousser Laoufi à partir ?    Les usagers ont accepté ces augmentations symboliques puisque leur impact sur leur pouvoir d'achat est minime    «Je suis spécialiste... je galère»    Le front social ne décolère pas    La société algérienne est défaite et l'ordre institutionnel a reculé    Dans les coulisses de... : Spectacle de Nawell Madani    Cherif Kheddam de A à Z    Claude Puel : «Je ne pense pas que Slimani restera avec nous»    Jumia Travel organise l'African Travel Awards dans huit pays    Maroc : la réforme du régime de change est une décision "souveraine" (Banque centrale)    Algérie : Les militants du FFS à Ghardaia ont été tous acquittés    Projet de réalisation d'un parking de voitures de 5 étages à Sétif    Pétrole : L'EIA prévoit un nouveau record de production en 2018    MCO / Mekkaoui : «Cette fois, on battra le Paradou !»    NAHD / Khiat : «On fera plaisir à nos supporters ce samedi»    L'ex-ministre de la Défense de Gbagbo condamnés à 15 ans de prison    Un virus mutant créé dans l'espoir d'un vaccin plus efficace    La CEDEAO surveille le processus politique en Gambie    Etats-Unis : Première victoire pour un défenseur des sans-papiers    HSBC écope d'une amende de plus de 100 millions de dollars    Algérie : Ouyahia n a pas encore dit son dernier mot au sujet des privatisations    CN du RND : Ouyahia élude la question de l'ouverture du capital des entreprises publiques    RENCONTRE NATIONALE DES P/APC ET DES P/APW    Ã‰NERGIES RENOUVELABLES    Constantine - Tirage au sort des 1.550 logements sociaux: Des manifestants dénoncent leur exclusion de la liste    A travers l'UNRWA c'est le peuple palestinien qui est visé    Ouyahia: Premier ministre ou coordonnateur de l'action gouvernementale ?    Revendications des médecins résidents: Un comité de suivi installé ce dimanche    CRB-USMH, derby algérois à grand enjeu    Habitations précaires : Les programmes de logements se poursuivront jusqu'à leur éradication    Zidane face à une campagne médiatique    "L'instruction du Président n'est pas un redressement"    Le chef de l'ONU inquiet des conditions du retour    Récital de la cantatrice algérienne Faïrouz Oudjida    Education Ouyahia reçoit le DG de l'ALESCO    L'inscription du raï en bonne voie    Des illusions algéroises    Exposition chez Bouffées d'Art    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La science pour en éclaircir les mystères
Publié dans La Nouvelle République le 13 - 08 - 2017

Pour percer tous les secrets des pyramides et de la civilisation égyptienne, les savants emploient tout un arsenal de nouvelles technologies comme la thermographie infrarouge et la simulation 3D. Certains affirment que ces moyens techniques ne doivent pas se substituer aux archéologues.
Du haut des pyramides du plateau de Guizeh, les mystères de l'Egypte antique narguent encore l'humanité. Mais les savoirs anciens de cette culture ne resteront pas d'éternels secrets. Des cohortes de scientifiques armés d'instruments de plus en plus sophistiqués font tout pour décrypter cette fabuleuse civilisation. Depuis plus de 200 ans maintenant, les égyptologues utilisent la science pour percer les secrets enfouis dans le sable du désert égyptien depuis des millénaires. Le 1er juillet 1798, le général Bonaparte débarquait à Alexandrie avec 40 000 hommes pour bloquer la route des Indes aux Anglais. Il était accompagné de dizaines de savants et artistes qui ont jeté les bases de l'égyptologie moderne. Aujourd'hui, pour accomplir leur tâche pharaonique, les scientifiques installent des dispositifs bardés d'électronique ou font appel aux dernières techniques chimiques pour la datation. Si la chimie a encore besoin d'échantillons même infimes, les techniques employées aujourd'hui se veulent non-invasives pour ne pas endommager les vestiges archéologiques. Mystères et spéculation ScanPyramids est l'un des plus ambitieux projets visant à percer les mystères de la pyramide de Khéops, sur le plateau de Guizeh près du Caire, l'une des sept merveilles de l'Antiquité construite il y a 4.500 ans. Pour cela, les savants qui participent à ce programme emploient tous les moyens techniques disponibles: Thermographie infrarouge, muographie ou imagerie basée sur la détection de particules muons, et simulation 3D. ScanPyramids a déjà annoncé en octobre que la grande pyramide pourrait receler des cavités inconnues. «Tous les dispositifs qu'on a mis en place sont destinés à savoir où se situe exactement la cavité. On sait qu'il y en a une mais nous cherchons à savoir où elle se situe exactement», explique Mehdi Tayoubi, président et cofondateur de Hip-Institute qui pilote le projet. Les dispositifs de muons sont soit des émulsions chimiques mises en place par l'Université de Nagoya, soit des capteurs électroniques du laboratoire de recherche sur les particules japonais KEK, soit des télescopes à muons du CEA français. Les résultats obtenus doivent ensuite être confrontés aux relevés infrarouges et 3D. Le mystère entretient les spéculations autour de la construction des pyramides depuis des siècles. C'est le cas aussi pour Néfertiti, la reine d'Egypte à la beauté légendaire, épouse d'Akhenaton née il y a près de 3 400 ans. On n'a jamais retrouvé de manière certaine sa momie et chacun y est allé de sa théorie sur la localisation de ses restes. Préciser la chronologie égyptienne L'égyptologue britannique Nicholas Reeves est convaincu qu'ils sont cachés dans la tombe de Toutankhamon, dans la vallée des rois près de Louxor. À l'automne 2015, les autorités égyptiennes ont fait procéder à un examen radar de la tombe du célèbre pharaon. Devant l'absence de résultats probants de cette opération ultramédiatisée, le débat s'est enlisé. Pour en avoir le cœur net, une équipe de l'Université Politecnico de Turin doit faire prochainement des mesures avec d'autres méthodes: la tomographie, une technique utilisée dans l'imagerie médicale, la magnétométrie ou mesure du champ magnétique, et le géoradar conçu pour sonder les sols. Mais pour l'archéologue égyptien Zahi Hawass, il n'y a pas de chambre secrète dans la tombe de Toutankhamon. Il explique notamment que Néfertiti, adepte du dieu Aton, n'aurait jamais pu être enterrée dans la vallée des rois. Chambre secrète ou pas, ni le ministère des Antiquités égyptien, ni Politecnico n'ont souhaité s'exprimer, sans doute échaudés par le fiasco médiatique des dernières expériences. Loin de l'agitation médiatique, le laboratoire de datation de l'Institut français d'archéologie orientale (IFAO) au Caire, travaille à un grand projet: rendre plus précise la chronologie de l'Egypte ancienne. Travail de fourmi La vénérable institution installée dans la capitale égyptienne depuis 1880 abrite un laboratoire de datation et un autre pour l'étude des matériaux. «Pour l'Egypte ancienne, la chronologie n'est pas clairement définie. On utilise une chronologie relative, on va parler d'Ancien, de Moyen, de Nouvel empire, on va se référer à des règnes, à des dynasties, mais on ne sait pas exactement de quand ça date», explique Anita Quilès, responsable du pôle archéométrie à l'IFAO. Le travail de fourmi qui allie sciences physiques et chimie durera plusieurs années. La science a toutefois ses limites et Zahi Hawass insiste: elle ne doit pas se substituer aux archéologues. «Ces 10 dernières années, il y a eu de bonnes choses apportées par la technologie dans l'archéologie, mais nous ne pouvons pas laisser les scientifiques annoncer des découvertes sans qu'elles soient passées en revue par les archéologues», conclut-il.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.