Manchester City: Guardiola chipe un record à Mourinho    32e anniversaire de la disparition Dda Lmulud : l'apport de Mammeri à la préservation de la poésie populaire    Qualifications CAN: dates et lieux des matchs Algérie - Zambie et Algérie - Botswana fixés    Une obligation, pas un choix    Cour de justice, délits de la contrebande et moyens de lutte en débat    Il y a 50 ans, les nationalisations des hydrocarbures    Les 12 commandements de la phase transitoire    Tensions à Rangoun où la police disperse une manifestation    Pékin et New Delhi discutent d'une nouvelle désescalade sur leur frontière    Louisa Hanoune dénonce le projet de code électoral    Un vendredi sans heurts    La Saoura passe en tête, l'USMA et le NAHD se rebiffent !    Le Chabab à Dar Es-Salam depuis jeudi    «Les joueurs doivent imposer leur football»    Nice - Gouiri : "Le plus important, c'est le collectif"    Alerte au variant britannique    Plusieurs forêts décimées en février    Goudjil, l'APN, le 24 Février et la Grande Mosquée d'Alger    Report du procès de Saïd Djabelkhir    Rebondissement dans le limogeage de l'ex-directeur de la radio locale    «Les femmes sont présentes dans les combats mais pas dans les acquis»    Le hirakiste Karim Ilyès relâché    Neuf militaires tués au Mali    Défaillance de 12 entreprises versées dans le domaine de la pêche    UN DRAME ET DES ZONES D'OMBRE    Les résidents attendent leurs actes de propriété depuis 38 ans    Les litiges fonciers en débat    Un sparadrap sur une jambe de bois ?    Intrigant limogeage du directeur de la radio de Jijel    Diwaniya Art Gallery représente quatre artistes algériens et étrangers    Focus sur l'insertion professionnelle des jeunes handicapés    AG élective de la FAA : Boukais révèle les irrégularités    Un jeune youtubeur disparu depuis mercredi dernier : La ville d'Oran en état d'alerte    Pénurie d'eau à Boumerdès : Vive tension dans plusieurs communes    Keddara : Création d'un marché de l'artisanat    MOB : Bouchebah tacle la FAF et accuse    Coopération algéro-française : Appel à projets du programme Profas C+    Raffinerie de Skikda: Démarrage de la récupération des gaz torchés    Après une interruption de près d'une année: Retour des marches du vendredi    Le bon grain et l'ivraie    Bouira: Un mort et 9 blessés dans 3 accidents de la route    Infortunée sardine    Télécommunications: Les débits minimums vont passer à 4 Mbps    Un gâchis irrécupérable ?    Mohamed Bazoum, élu président du Niger    Le CICR appelé à protéger les Sahraouis dans les territoires occupés    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Les nouveaux dirigeants libyens bientôt en Algérie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les régimes politiques turcs avant les deys
Publié dans La Nouvelle République le 17 - 08 - 2017

Après la mort d'Euldj-Ali, qui s'était montré toute sa vie ennemi déclaré de l'Espagne, les tentatives d'accommodement, que celle-ci faisait près de la porte rencontrèrent au grand divan plus de faveur que par le passé ; en même temps, les relations amicales avec la France se refroidissaient ; MM. de Germigny et de Lancosme, penchant vers les idées de la Ligue, décriaient l'alliance turque, que les d'Aramont et les Noailles avaient si soigneusement entretenue.
La réunion des Etats barbaresques en un seul faisceau ne parut donc plus avoir sa raison d'être ; les grands vizirs craignirent même qu'elle ne fît courir un jour des dangers à l'unité de l'empire ottoman, et il fut résolu dès lors que les pachaliks d'Alger, de Tunis et de Tripoli seraient indépendants les uns des autres, et administrés, comme les autres provinces, par des gouverneurs nommés pour trois ans. Se méprenant étrangement sur la différence des situations, le grand divan ne vit pas que ce qui était facile en Turquie d'Europe et en Asie Mineure allait devenir impossible à Alger. En effet, là où les pachas n'avaient qu'à commander à des raïes soumis ou à de paisibles populations, ils ne disposaient que de forces insignifiantes, et se seraient bien gardés de se révolter contre le sultan, ou seulement de lui désobéir ; leurs soldats pensaient de même, et les ordres venus de Constantinople étaient sacrés pour tous. Le régime des pachas triennaux instauré en 1588, allait durer jusqu'en 1659. Disons tout de suite qu'il devait produire des effets inverses de ceux souhaités. Loin de favoriser le rattachement de l'Algérie à l'Empire ottoman, il allait confirmer sa relative indépendance. En effet, l'avènement des pachas marque le début de la primauté politique de l'Odjaq. Aucun pacha ne pourra véritablement gouverner s'il n'est pas investi de la confiance des janissaires. Cette confiance ne lui sera maintenue que dans la mesure où les actes du pacha vont dans le sens de l'intérêt de l'Odjaq. Les nombreuses révoltes qui jalonnent cette période montrent à quel point les janissaires sont jaloux de leur indépendance. Un seul pacha, Khider, eut le courage de s'opposer à l'odjaq dont il ordonna le massacre en 1596, mais il ne sut pas profiter de son avantage. Le Divan est composé des officiers de l'Odjaq. Il se réunit quatre fois par semaine pour délibérer sur les affaires de la régence ; une séance particulière (celle du samedi) est consacrée aux affaires extérieures. Les décisions sont prises souverainement par acclamation ; le Divan se soucie rarement de savoir si elles sont conformes aux vœux du Sultan. Lorsque le sultan essaye de faire respecter sa politique, ses émissaires sont souvent insultés et parfois même menacés de mort, ce sera le cas, en particulier, du capidji Mustapha Agha, au début du XVIIe siècle. Toujours durant cette période apparaissent les principaux clivages sociaux. L'élément turc – ce terme devant être pris au sens large – se scinde en trois catégories : l'Odjaq, la Taïfades raïs, les Couloughlis. La Taïfa des raïs connaît ses plus belles heures de gloire. La course est alors à son apogée. L'économie d'Alger est subordonnée au produit des expéditions entreprises par les corsaires. L'esclavage devient une pratique permanente. Les captifs tantôt seront employés à des besognes diverses par le pacha et de simples particuliers, tantôt serviront de monnaie d'échange, pour obtenir la libération d'équipages turcs capturés, ou même, plus simplement, seront libérés contre paiement d'une rançon. Sur le plan politique, la Taïfa des raïs semble s'être désintéressée du gouvernement de la Régence. Les profits de la course l'attirent d'avantage. Néanmoins, elle représente toujours une puissance considérable, et chaque fois qu'elle est amenée à intervenir, la balance penche de son côté. On peut noter cependant que ses rapports avec la Sublime Porte tendent à s'aigrir, et à partir de 1638, à la suite de la défaite navale de Velone qui avait vu la destruction d'une partie de la flotte algérienne, la Taïfa des raïs décide de ne plus participer aux opérations engagées par le sultan. Les Couloughlis, on désigne par ce terme les fils de turcs pariés à des femmes maures (si la femme est chrétienne, en général, une esclave, lenfant est considéré comme Turc naturel). Les couloughlis, nombreux à Alger, sont tenus en haute suspicion par les janissaires qui craignent de les voir épouser les intérêts de leur belle-famille. S'ils peuvent faire partie de la milice, en revanche, ils sont écartés de toutes les charges publiques en vertu d'une décision apocryphe attribuée par Aroudj, et qui, en réalité, a dû être prise lors de la constitution du Divan. Les aghas : Le renversement des pachas marque l'apogée de l'Oldjaq. La régence se transforme en une sorte de «République Militaire». Mais il ne faut pas se laisser abuser, Alger va vivre dans l'anarchie. Lorsque le Divan se réunit en 1659 pour se prononcer sur le gouvernement futur, il est décidé que les affaires de la Régence seront réglées par le seul Divan. Ce dernier sera présidé par l'agha de la milice. Cette charge en principe ne dure que deux mois, ou plus exactement, deux lunes, d'où le nom de son titulaire : l'Agha des deux lunes : Iki Aï Aghassi. Les pachas qui continueront à être nommés par le sultan, auront droit aux honneurs mais ne devront plus se mêler de politique. Disons tout de suite qu'aucune de ces règles «constitutionnelles» ne fut respectée. De 1659 à 1671, quatre aghas seulement président le Divan. L'assassinat politique paraît alors comme le seul mode possible de destitution. Il en sera de même sous le régime des Deys. Lassée par cette instabilité politique qui nuisait à ses intérêts, la Taïfades raïs devait y mettre un terme en 1671. A la faveur d'une nouvelle émeute, le régime des aghas est renversé et l'on entre dans la dernière phase, celle des Deys.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.