Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    Elections, ANP, économie nationale: Tebboune s'explique    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Relance des enquêtes ménages à Aïn El Turck: Les mal-logés crient leur désarroi    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Personne n'est à l'abri tant que le monde entier ne l'est pas    La brindille que tu méprises t'éborgnera    Alliance Assurances se dote d'un nouveau siège régional à Blida    Le Siol d'Alger revient après plusieurs reports    Déstockage d'importantes quantités    Le poulet coûtera désormais cher !    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    Le président Tebboune appelle au changement des mentalités et met en garde contre la contre-révolution    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "Les revendications du Hirak populaire authentique atisfaites, pour la plupart"    Macron reconnait la torture et l'assassinat d'Ali Boumendjel par l'armée coloniale    Une Fédération pour les énergies renouvelables    Une fake news fait flamber les prix    Une femme égorgée à son domicile    Fin de cabale pour les cambrioleurs de la poste de Bouhamza    La 2A devient GIG-Algeria    Bétonnage tous azimuts des terres agricoles    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    Digital Gate International Film Festival: le court métrage algérien "Mania" primé    Les clubs algériens dans la tourmente    Le CRB dos au mur    PM Lesotho: "Nous poursuivrons la lutte pour libérer le peuple sahraoui du colonialisme"    ONU: le Polisario dénonce la description "ambiguë" et "incohérente" de la situation au Sahara occidental    Coronavirus: 175 nouveaux cas, 143 guérisons et 4 décès    Bechar: enregistrement audio de chansons et musiques du patrimoine Korandji    FC Barcelone: Griezmann serait bien sur les tablettes de Man U    Quinze associations font front commun contre la normalisation    Le CRB, le MCA, l'ESS et la JSK exempts du tour préliminaire    Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison    Euro-Med Monitor exprime sa profonde inquiétude    Le principal opposant retire sa candidature    Lecture scénique des "Filles de Bernarda" au TNA    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Des boat people toujours recommencé
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 10 - 2017

Le poète, écrivain, et philosophe français Paul Valéry au début du siècle dernier avait écrit un vers ineffaçable de la mémoire : «la mer toujours recommencée».
Près de cent ans derrière la rédaction de ce fragment de ses compositions en quatrains, un phénomène humain obéissant aux migrations antiques, vers des terres plus hospitalières pour fuir de brutaux changements climatiques, les guerres, ou l'acharnement de la misère, sinon les opérations de nettoyage ethniques se poursuit de nos jours quotidiennement. Au péril de leurs vies, les boat people fuient par voie de mer comme le faisaient les Vietnamiens à la fin des années soixante dix l'une des guerres les plus meurtrières et des plus horribles, pour amerrir en Europe de l'ouest.
Voilà plus de dix sept ans que les traversées des candidats à l'émigration se poursuivent, en dépit des fermetures des frontières nationales de l'Union européenne. Les causes des départs des prétendants à une vie meilleure qui les fait rêver journellement par la grâce des canaux télévisuels, sont les mêmes qu'autrefois. Les objectifs les attirant comme une force centrifuge vers un bonheur virtuel sont si attrayants, si séduisants, que le risque de laisser sa vie en disparaissant dans les profondeurs abyssales paraît à certains stades du désespoir, totalement dérisoire.
Malgré le durcissement des lois de nombres de pays pour refouler les migrants, ces derniers par vagues successives, et déferlantes «toujours recommencées» bravent les dangers, les hostilités des pays riverains de la méditerranée, et bien plus, puisque les contrées des pays nordiques n'échappent pas à l'invasion «des damnés de la terre» tel que l'aurait écrit Frantz Fanon pour décrire : «La violence qui a présidé à l'arrangement du monde colonial», parce qu'il ne saurait y avoir de fumée sans feu, ni de dédouanement des responsabilités politiques des anciens comme des actuels dirigeants de la planète.
Les chiffres que publient les autorités des deux rives de la mer méditerranée sont sans appel, vis à vis du phénomène grandissant du nombre de candidats aux migrations qui choisissent des embarcations de fortune pour braver une destinée moribonde. Ces derniers jours, les garde-côtes interceptent des harragas au large des rivages de l'ouest et de l'est du pays en raison des courtes proximités séparant l'Espagne et l'Italie de l'Algérie.
On savait que les harragas seraient plutôt de jeunes diplômés qui ont fait des études supérieures, ou possédant des qualifications professionnelles, auprès d'autres postulants sans qualification. On savait que les fonctionnaires tentaient ce type d'aventure en grand nombre avec des chômeurs généralement, ce que nous apprenons avec effroi, c'est l'existence parmi les harragas de commerçants, d'enfants en bas âge avec leur mère, ainsi que des handicapés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.