Copa America : Une première complètement ratée pour l'Argentine    5 exercices qui n'affecteront pas vos genoux    Brésil : Dani Alves mécontent du public    Régularisation foncière: 3.700 actes délivrés et 90 milliards de recettes    Société civile: Une feuille de route pour sortir de l'impasse politique    Entendus aujourd'hui: Zoukh, Karim Djoudi et Amar Tou devant la Cour suprême    Les manipulateurs ont été mis en échec    Relizane: Près de 10.500 candidats au bac    Selon un récent bilan de la wilaya: Plus de 600 constructions illicites démolies depuis le début de l'année    Pour la réussite de la saison estivale: 78 gestionnaires des plages en formation    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Cour suprême : Abderrachid Tabi installé au poste de Premier président    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Improvisation économique à des fins politiques : Industrie de pseudo-montage automobile    Coupe d'Algérie 2019 : Le CR Bélouizdad honoré par le wali d'Alger    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Malgré le soutien du pétrole Les place européennes finissent en petite hausse    CAN-2019 de football, préparation Algérie - Mali, ce soir à Doha : Vaincre et convaincre avant l'Egypte    XXe réunion de l'Association des Sénats d'Europe : Les Sénats européens et africains expriment leur volonté de promouvoir les valeurs communes    Guerre commerciale : Huawei réclame plus d'un milliard de dollars à Verizon sur des brevets    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Abdelkader El Gouri élu    Nouveau dérapage de Naïma Salhi    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    COUR SUPREME : Chakib Khelil, Djoudi et Tou convoqués    PLUS DE 600.000 CANDIDATS CONCERNES : Début aujourd'hui des épreuves du Bac    «Le résultat du match CSC-USMA est douteux»    Helaïmia s'engage avec les Belges de Beerschot Anvers    Pour le régime Bouteflika, la chute est brutale    Bensalah et Bedoui sommés de partir    Le bleu pour le Soudan sur les réseaux sociaux    Le gouvernement de Hong Kong essuie des critiques de son camp    Des citoyens bloquent le siège de l'APC de Bouti Sayeh    24 hectares de récoltes sur pied ravagés par le feu    Gendarmerie nationale : Saisie de 9,3 kg de kif traité, une arrestation    «Le certificat prénuptial est très important»    L'UE insiste sur le traité négocié avec Londres    Delort, en pompier ou en messie ?    Fidèle à la mémoire de Fouad Boughanem    Chef d'entreprise en Algérie, il est devenu vendeur de fripe aux «puces» de Montreuil    Le retour de La Dolce Vita    «J'ai couru vers le Nil»* de Alaa El Aswany: Comment la révolution égyptienne a été brisée ?    Mohamed Zerrouki (1902-1957): Un écrivain visionnaire précoce resté méconnu    LES AIGLES EN CARTON    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Cameroun ne veut pas perdre sa pépite Joël Embiid
Publié dans La Nouvelle République le 30 - 01 - 2018

Le jeune camerounais Joël Embiid qui évolue en Ligue nord-américaine de basket-ball (NBA) brille de mille feux. Plusieurs pays, à l'instar de la France, veulent attirer cette graine de talent dans leur équipe nationale. Qu'en pense-t-on au Cameroun ? L'enquête du correspondant de RFI.
Au Cameroun, le phénomène Joël Embiid occupe une grande place dans les conversations. L'ingénieur physicien Michel Philippe Bassomo est passionné de basket-ball. Il suit le joueur des Sixers de Philadelphie depuis son arrivée dans la prestigieuse Ligue nord-américaine (NBA), en 2014. «Le début de saison 2017-2018 de Joël Embiid est très impressionnant, s'enthousiame-t-il. Il est un des chouchous du public américain. C'est la star de ce début de saison». Yves Tsala est l'un des dirigeants du centre de formation Kossengwe à Yaoundé, une structure où est passé Joël Embiid. Pour lui, les qualités exceptionnelles du pivot désormais âgé de 23 ans ont été décelées très tôt.
«L'entraîneur Jean-Guy Faustin Moudio nous avait déjà dit : «Je pense que ce petit a quelque chose de particulier. Chaque fois qu'on lui dit de faire quelque chose, il fait exactement ce qu'on lui demande. C'est rare chez les garçons à cet âge-là. Et, cerise sur le gâteau, il ajoute de lui-même des variantes aux mouvements. Ça, c'est une qualité exceptionnelle pour progresser.» Et on voit qu'il a très rapidement progressé, au-delà des espérances».
Son père : «Joël est une fierté pour le Cameroun»
Thomas Embiid, le père de Joël, estime que c'est le travail qui a conduit son fils à ce haut niveau. «C'est une fierté pour le Cameroun et pour l'Afrique parce qu'on n'avait pas eu un joueur de si haut niveau depuis longtemps, savoure-t-il. Mais je ne suis pas du tout surpris car c'est le travail qui paie».
Joël Embiid est sollicité par de nombreux pays dont la France. Selon Camille Njoh Ekitti, secrétaire général de la Fédération camerounaise (Fécabasket), des entretiens ont eu lieu avec le président de Fédération française. Mais, ce dernier ne tient pas absolument à s'offrir les services d'Embiid. Du coup, le talentueux basketteur pourrait jouer pour le Cameroun.
«Nous ne disputons pas notre fils avec un autre pays. Les Français se sont rapprochés de lui, explique le SG de la Fécabasket. Les avis sont partagés à ce sujet, y compris en France. Hier, encore, nous avons discuté de lui avec le président de la Fédération française. Il nous a prévenus qu'il ne fera pas l'effort d'aller vers Joël Embiid pour qu'il joue pour la France. Il est camerounais et nous pensons qu'il jouera pour le Cameroun. Ça ne se discute pas».
Si jamais Joël Embiid décidait de jouer pour le Cameroun, de nombreuses conditions devraient être préalablement être remplies, notamment par rapport à des blessures qui ont privé le joueur de ses deux premières années en NBA. Yves Tsala revient sur ces conditions. «Le premier point, je pense, c'est qu'il faudrait un meilleur management des équipes nationales, souligne-t-il. Il y a deux autres points importants.
Il va falloir négocier avec son club NBA, les Sixers. Il a rappelé que son club a investi près de 150 millions de dollars sur lui. Le troisième point, qui est lié au précédent, c'est le staff médical. Il faudra vraiment un staff médical de qualité qui pourra gérer sa santé. Sur ce point-là aussi, il faudra discuter avec Philadelphie où des médecins le suivent de très près. C'est une condition sine qua non pour qu'il puisse évoluer dans une équipe nationale».
«Pour l'instant, il n'est pas question que Joël joue pour un pays»
Pour Thomas Embiid, son fils n'est pas encore prêt à évoluer avec une autre sélection. «A Londres (lors d'une conférence de presse, Ndlr), il avait répondu à un journaliste français que jouer pour la France était une possibilité. Mais la priorité était le Cameroun. Il a trois possibilités : le Cameroun, la France et les Etats-Unis. Le Cameroun, c'est là d'où il vient et le cœur. Excepté le Cameroun, il a un choix sportif à faire avec la France où il a des parents.
La troisième possibilité, ce sont les Etats-Unis. Les Américains ont investi beaucoup de moyens sur Joël. Ils l'ont formé. Mais, pour l'instant, la question ne se pose même pas. Joël a été clair : il privilégie d'abord sa santé et donc le fait de jouer. Après seulement, il pourra envisager une carrière internationale. Donc, pour l'instant, il n'est pas question de jouer pour un pays».
Au vu des enjeux autour de Joël Embiid, il sera certainement difficile de le voir un jour arborer le maillot de l'équipe nationale du Cameroun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.