Industrie: vers une révision de la réglementation en faveur de l'investissement    Agriculture: bientôt un recensement du cheptel national de vaches laitières    "Prétendue réclamation des forces de maintien de l'ordre": démenti catégorique de la DGSN    Boukadoum reçu par Fayez Al-Sarraj à Tripoli    Ligue 2 (19e j): le RC Arbaâ sur le podium, l'ASM Oran étrillée à Boussaâda    COUR SUPREME : Deux anciens walis de Skikda placés en détention provisoire    BELHIMER SOULIGNE LES BIENFAITS DU HIRAK : Vers le 22 février, ‘'journée nationale''    DEBRAYAGE DANS LE CYCLE PRIMAIRE : Les enseignants menacent de boycotter les examens    ORAN : 10 nouveaux appareils d'analyses médicales pour le CHU    Air Algérie: la Justice ordonne l'arrêt immédiat de la grève du PNC    Le ministère des Affaires étrangères célèbre la journée nationale du Chahid    Amar Belhimer annonce prochainement un encadrement juridiquement    Cumul retraite et nouvelle activité    Karim Younès nommé médiateur de la République    Arrestation d'un groupe d'extrême droite qui visait des mosquées    "Opticharge" lance sa plateforme logistique digitale    La course des strapontins s'emballe !    Dortmund-PSG et Atlético-Liverpool pour ouvrir le bal    Hammouche reste confiant pour la suite    Une fatalité ou un choix de facilité ?    «La libéralisation du code des collectivités locales est une priorité»    Une famille s'en remet au ministre de l'Habitat    Le trafic routier basculé vers la RN5    12 000 foyers concernés à Batna en 2020    Un colis de près de 40 kg de kif rejeté par la mer à Abou-el-Hassan    Tizi Ouzou : hommage à la conteuse et poétesse Djedjiga Bourai    Chidekh Azouz présente ses ouvrages à El-Milia    Des journées dédiées au théâtre révolutionnaire    Il était une fois, la halqa et la waâda    ACTUCULT    Coronavirus : Fin de confinement et aucun cas de Covid 19    Train de vie de l'état : Halte aux excès !    «Je livrais des uniformes et des armes à l'ALN»    France : Les incidences positives de l'immigration    En bref…    RCA – MOB : Les Crabes visent un bon résultat    Syrie : L'armée syrienne libère plusieurs localités    Ateliers d'art-thérapie pour enfants malades à El Oued : Une première dans la région    Plaidoyer pour la conservation et la préservation du patrimoine culturel et artistique africain    Nouvelles opérations de rapatriement: Plus de 70 Subsahariens transférés vers leurs pays d'origine    La diseuse de choses «vraies» !    Ligue 1: ASAM 1 - USMA 1: Un nul équitable    USM Bel-Abbès: Les dettes, un casse-tête pour Benayad    DRB Tadjenanet: Le Difaâ dans l'œil du cyclone    Karim Younes nommé médiateur de la République    Manifestations pro etcontre une nouvelle Constitution    Le Groupe PSA poursuit son projet d'implantation industrielle à Tafraoui    13 harraga algériens secourus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Cameroun ne veut pas perdre sa pépite Joël Embiid
Publié dans La Nouvelle République le 30 - 01 - 2018

Le jeune camerounais Joël Embiid qui évolue en Ligue nord-américaine de basket-ball (NBA) brille de mille feux. Plusieurs pays, à l'instar de la France, veulent attirer cette graine de talent dans leur équipe nationale. Qu'en pense-t-on au Cameroun ? L'enquête du correspondant de RFI.
Au Cameroun, le phénomène Joël Embiid occupe une grande place dans les conversations. L'ingénieur physicien Michel Philippe Bassomo est passionné de basket-ball. Il suit le joueur des Sixers de Philadelphie depuis son arrivée dans la prestigieuse Ligue nord-américaine (NBA), en 2014. «Le début de saison 2017-2018 de Joël Embiid est très impressionnant, s'enthousiame-t-il. Il est un des chouchous du public américain. C'est la star de ce début de saison». Yves Tsala est l'un des dirigeants du centre de formation Kossengwe à Yaoundé, une structure où est passé Joël Embiid. Pour lui, les qualités exceptionnelles du pivot désormais âgé de 23 ans ont été décelées très tôt.
«L'entraîneur Jean-Guy Faustin Moudio nous avait déjà dit : «Je pense que ce petit a quelque chose de particulier. Chaque fois qu'on lui dit de faire quelque chose, il fait exactement ce qu'on lui demande. C'est rare chez les garçons à cet âge-là. Et, cerise sur le gâteau, il ajoute de lui-même des variantes aux mouvements. Ça, c'est une qualité exceptionnelle pour progresser.» Et on voit qu'il a très rapidement progressé, au-delà des espérances».
Son père : «Joël est une fierté pour le Cameroun»
Thomas Embiid, le père de Joël, estime que c'est le travail qui a conduit son fils à ce haut niveau. «C'est une fierté pour le Cameroun et pour l'Afrique parce qu'on n'avait pas eu un joueur de si haut niveau depuis longtemps, savoure-t-il. Mais je ne suis pas du tout surpris car c'est le travail qui paie».
Joël Embiid est sollicité par de nombreux pays dont la France. Selon Camille Njoh Ekitti, secrétaire général de la Fédération camerounaise (Fécabasket), des entretiens ont eu lieu avec le président de Fédération française. Mais, ce dernier ne tient pas absolument à s'offrir les services d'Embiid. Du coup, le talentueux basketteur pourrait jouer pour le Cameroun.
«Nous ne disputons pas notre fils avec un autre pays. Les Français se sont rapprochés de lui, explique le SG de la Fécabasket. Les avis sont partagés à ce sujet, y compris en France. Hier, encore, nous avons discuté de lui avec le président de la Fédération française. Il nous a prévenus qu'il ne fera pas l'effort d'aller vers Joël Embiid pour qu'il joue pour la France. Il est camerounais et nous pensons qu'il jouera pour le Cameroun. Ça ne se discute pas».
Si jamais Joël Embiid décidait de jouer pour le Cameroun, de nombreuses conditions devraient être préalablement être remplies, notamment par rapport à des blessures qui ont privé le joueur de ses deux premières années en NBA. Yves Tsala revient sur ces conditions. «Le premier point, je pense, c'est qu'il faudrait un meilleur management des équipes nationales, souligne-t-il. Il y a deux autres points importants.
Il va falloir négocier avec son club NBA, les Sixers. Il a rappelé que son club a investi près de 150 millions de dollars sur lui. Le troisième point, qui est lié au précédent, c'est le staff médical. Il faudra vraiment un staff médical de qualité qui pourra gérer sa santé. Sur ce point-là aussi, il faudra discuter avec Philadelphie où des médecins le suivent de très près. C'est une condition sine qua non pour qu'il puisse évoluer dans une équipe nationale».
«Pour l'instant, il n'est pas question que Joël joue pour un pays»
Pour Thomas Embiid, son fils n'est pas encore prêt à évoluer avec une autre sélection. «A Londres (lors d'une conférence de presse, Ndlr), il avait répondu à un journaliste français que jouer pour la France était une possibilité. Mais la priorité était le Cameroun. Il a trois possibilités : le Cameroun, la France et les Etats-Unis. Le Cameroun, c'est là d'où il vient et le cœur. Excepté le Cameroun, il a un choix sportif à faire avec la France où il a des parents.
La troisième possibilité, ce sont les Etats-Unis. Les Américains ont investi beaucoup de moyens sur Joël. Ils l'ont formé. Mais, pour l'instant, la question ne se pose même pas. Joël a été clair : il privilégie d'abord sa santé et donc le fait de jouer. Après seulement, il pourra envisager une carrière internationale. Donc, pour l'instant, il n'est pas question de jouer pour un pays».
Au vu des enjeux autour de Joël Embiid, il sera certainement difficile de le voir un jour arborer le maillot de l'équipe nationale du Cameroun.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.