Constitution : les animateurs de la campagne référendaire appellent à une forte mobilisation    Barça : Koeman lassé des questions sur Griezmann    Incident au four d'El Merk: Attar s'enquiert de l'état du champ    Libye: l'accord de cessez-le-feu salué comme une étape importante vers un règlement de la crise    Exploiter tous les supports de communication pour faire connaitre la cause sahraouie    Le révision de la Constitution ouvre "des perspectives prometteuses dans l'édification de l'Algérie nouvelle"    Commerce: une cartographie de laboratoires de contrôle de qualité avant la fin du 1e semestre 2021    Real : Luka Jovic est dans de beaux draps    Real Madrid: Zidane met les choses au clair pour son avenir !    Sahara occidental: les droits humains doivent être un élément essentiel de la Minurso    Coronavirus: 273 nouveaux cas, 170 guérisons et 9 décès    JOURNEE NATIONALE DE LA PRESSE : L'accompagnement de l'Etat réaffirmé    AMENDEMENT CONSTITUTIONNEL : L'ANIE octroie 17 accréditations à des médias étrangers    MINISTRES DES AE DU DIALOGUE 5+5 : Boukadoum prend part à la 16e réunion    VOITURES GPL : Signature d'une convention entre la SAA et l'UNIAGPL    LIGNE MARITIME DE FRET ROULANT ALGER-MARSEILLE : La 1ère traversée prévue le 2 novembre    SIDI BEL ABBES : Electrification solaire de 500 foyers isolés    TIARET : Le wali honore la presse    EDUCATION NATIONALE : Le calendrier des compositions fixé en deux phases    Incident de l'enseignante: le wali d'Oran reçoit l'institutrice Sidya Merabet    MASCARA : Trois arrestations et saisie d'hallucinogènes    «Distinguer racisme d'Etat et Etat raciste»    Ghardaia: deux morts dans un accident de la circulation au sud d'El-Menea    Amendement constitutionnel : le peuple algérien tiendra sa promesse en participant au référendum    Journée nationale de la presse: les lauréats du prix du Président de la République distingués    Examen du PLF 2021: la commission des finances reporte ses travaux à une date ultérieure    Don de sang : une baisse de 9 % durant le 1er semestre 2020    Football / Classement Fifa : l'Algérie gagne cinq places, désormais 30e    "LE RECUL DU MULTILATERALISME A FAVORISE LA MULTIPLICATION DES CRISES" Aujourd'hui, dans    Une rentrée presque normale à Alger    Atelier scientifique sur les glissements de terrain    Donald Trump a un compte bancaire en Chine    "Les alertes de l'ONS auraient dû interpeller Sonatrach"    Benfodil, Bensayeh et Zimu, lauréats    L'AC Milan et Tottenham de retour    Ozil écarté de la liste d'Arsenal    La liberté dans le respect de l'autre    Le mur, la blessure du Sahara s'invite au Festival de Lugano    Disney ajoute un avertissement à ses classiques contenant des clichés racistes    Prix Marcel Duchamp à l'artiste franco-canadienne Kapwani Kiwanga    Equipe Nationale : U20 Bensmaïn satisfait du stage    Djerad plaide pour une réelle ouverture dans le domaine de l'industrie    Tlemcen: Les droits et libertés en question    Musulmans de France, tous coupables ?    Complaisances    LES CHEMINS EPINEUX    Général Chanegriha : "Le devoir des nationalistes est de contribuer à la réussite du référendum"    La CNEP-Banque prête à commercialiser ses produits    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malgré la distribution de milliers de logements, la crise perdure
Publié dans La Nouvelle République le 11 - 02 - 2018

Incroyable mais vrai ! L'Etat construit et réalise chaque année des milliers de logements mais sans pour autant arriver à satisfaire la demande des citoyens en matière d'habitat. Qu'est-ce qui ne tourne pas rond et que faut-il changer pour mettre fin à la crise de logement qui reste la première préoccupation des responsables et des citoyens ? En effet, l'Etat n'a ménagé aucun effort pour faire bénéficier chaque citoyen d'un logement comme le prévoit la Constitution : Un toit est un droit constitutionnel.
Les statistiques parlent d'eux-mêmes et démontrent que l'Etat a fait d'énormes efforts dans le secteur de l'habitat. Par la voix de Abdelwahid Temmar, ministre de l'Habitat, plus de 234.000 logements ont été réceptionnés et distribués au cours des 11 premiers mois de 2017. Le ministre a indiqué à ce sujet que son département vise à respecter le plan d'action et à veiller au respect des délais de réalisation et de livraison de 1.6 million d'unités d'ici la fin du quinquennat (2015-2019). Le ministre a rappelé qu'une enveloppe financière d'environ 330 milliards de dinars a été affectée à la réalisation des 120.000 unités de logement au titre de l'année 2018. Comme on le constate, l'Etat est à féliciter pour l'importance qu'elle a donné qu'elle ne cesse de le faire pour ce secteur vital. Ainsi, malgré la mise en place de plusieurs formules de construction et de distribution de logements que ce soit dans le cadre d'AADL ou autres, la crise est toujours là. La demande est toujours plus forte que l'offre et ne cesse d'augmenter chaque année. Comment y remédier à cette situation pour pouvoir satisfaire la demande du citoyen en matière de logement ? Avant de trouver une réponse à cette question, il faut reconnaître que l'Algérie est le seul pays au monde qui distribue par centaines et par milliers les logements. Pourtant, nous n'apprenons rien à personne lorsque nous disons que le logement est un investissement mais non pas une matière consommable. Dans l'ensemble des pays du monde, l'octroi du logement social est attribué à n'importe quel moment du mois ou de l'année et à titre individuel. A ce titre, la distribution par centaines ou par millier n'existe pas dans le vocabulaire des gouvernements de ces pays. Même en Algérie, les services de l'entreprise-mère à savoir le HLM faisaient du bon travail. Ce n'est pas le cas aujourd'hui où les relations se coupent systématiquement après la remise des clefs aux citoyens. Des bâtiments flambant neufs redeviennent dès les premiers mois, des taudis en l'absence d'entretien et surtout de suivi de la part du bailleur à savoir l'OPGI. Certains locataires trouvent le moyen d'apporter des modifications dans le logement soit en ajoutant des portes ou à enlever des fenêtres ou à faire des séparations à l'intérieur des pièces sans au préalable demander et obtenir l'autorisation du bailleur. Ce n'est pas la peine de parler de la situations des escaliers et des façades extérieurs des bâtiments. «On dirait qu'ils avaient été bombardés», a ironisé un habitant. L'absence flagrant de suivi par les services de l'OPGI a permis aux clients de faire ce qu'ils veulent du patrimoine de l'office. Exemple : Sur la liste de l'OPGI, c'est la famille X qui occupe le logement. Sur le terrain, c'est la famille Y qui y habite... Le "hic" est que les noms des premiers bénéficiaires qui certainement ont vendu leurs appartements se trouvent sur les listes des nouvelles demandes de logements. Certains noms des premiers bénéficiaires se sont éclipsés des fichiers OPGI afin de leur faciliter l'octroi d'un autre logement, que ce soit dans la même commune, la même wilaya ou dans un autre département. Dans certains cas, c'est au nom de l'épouse, le frère, la fille ou l'enfant que les nouvelles demandes sont déposées pour ne pas attirer l'attention des membres de la commission de distribution. Avec une certaine complicité, ce sont toujours les mêmes familles qui avaient déjà bénéficier d'un appartement dans le cadre d'un logement social de se faire octroyer un autre logement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.