Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une revue dédiée à la musique andalouse
Publié dans La Nouvelle République le 04 - 03 - 2018

«Maqamat Al Andalus», une nouvelle revue semestrielle dédiée à la musique andalouse est parue récemment et vient s'ajouter aux quelques titres existant dans le paysage des publications culturelles.
Editée dans un format standard par la Fondation «Cheikh Abdelkrim-Dali», la revue, d'une quarantaine de pages, est répartie en rubriques consacrées aussi bien aux carrières d'artistes qui ont marqué la scène culturelle, qu'à l'actualité des plus jeunes d'entre eux. Pour son premier numéro, sorti en février 2018, la revue revient sur les dix ans d'existence de la fondation, avec des haltes sur quelques évènements organisés, à l'exemple de la première édition du prix Abdelkrim-Dali tenue en novembre 2016. Entre évocation, témoignages et biographies, la revue restitue les parcours artistiques de six grands maîtres représentant les trois écoles, «Gharnati», «Sanâa» et «Malouf», de la musique andalouse et rappelle leur rôle dans la préservation de l'héritage andalou et sa transmission aux jeunes générations. Le lecteur est ainsi renseigné sur les carrières singulières du chantre de la chanson hawzie, Cheikh Abdelkrim Dali (1914-1978) et Maâlma Yamna Bent El Hadj El Mehdi (1859-1993), qui avait réussi à s'imposer comme chanteuse andalouse dans un univers musical exclusivement masculin à la fin du XIXe siècle. Présentant des «capacités pour le chant et la pratique instrumentale» dès son enfance, bravant les tabous et les interdits de son époque, Maâlma Yamna a su «s'imprégner de ses aînés et de ses contemporains pour s'affirmer à l'âge de 21 ans, comme chanteuse» et inscrire son nom parmi les grands de l'époque, peut-on lire dans la biographie que lui consacre la revue. Pour atteindre le niveau des maîtres du genre, comme Maâlem Mnemech (1809-1891), Mohamed Sfindja (1848-1908) et Mouzino (Saûl Durant), Yamna Bent El Hadj El Mehdi «peaufine son art et l'améliore», multipliant les prestations avec son orchestre féminin qu'elle «constituera en 1880». Avec lui, elle enregistre en 1912, «Galou laârab galou», hymne à la résistance de Salah Bey contre l'occupant français, et «Bismillah bdit enze-mam aân tedj errousla» qu'elle interprétera un peu plus tard sur une poésie de Sidi Lakhdar Benkhelouf. Ouvrant la voie à d'autres artiste-femmes devenues célèbres, comme Meriem Fekkaï (1889-1961), Cheikha Tetma (1891-1962) et Fadila Dziriya (1917-1970), Maâlma Yamna Bent El Hadj El Mehdi, musicienne polyvalente à la voix présente et étoffée, se consacrera, une nouvelle fois entre 1922 et 1928 à l'enregistrement, d'une grande partie de son répertoire, rappelle encore la revue, laissant ainsi un legs inestimable aux générations futures. Les parcours artistiques de Mohamed Bouali (école de Tlemcen), Sid Ahmed Serri (Alger), Abdelmoumen Bentobbal (Constantine), et des frères Mohamed et Abderrezaq Fekhardji (Alger) sont également exposés dans la revue qui clôt son premier numéro avec la transcription de «Noubet Ghrib» dans ses différentes déclinaisons mélodiques et rythmiques. Espace de transmission entre artistes de l'ancienne et de la nouvelle génération, la revue Maqamat Al Andalus vient offrir aux lecteurs une tribune destinée à la mise en valeur de cette musique savante et plus généralement du patrimoine culturel algérien.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.