La Hollande propose son soutien : Des opérateurs exposent les maux de l'exportation algérienne    MDN : Découverte d'une cache d'armes et 2 terroristes abattus    L'ANCIEN AMBASSADEUR A ALGER S'ATTAQUE AUX AUTORITES ALGERIENNES : La France perd son influence en Algérie ?!    On vous le dit    Ancien ambassadeur dans plusieurs pays : Décès du diplomate Mohamed Sahnoun    Equipe nationale : Belmadi dirigera la sélection des «locaux»    Hadj Taleb Ali : Il est parti dans l'anonymat    TRIBUNAL D'ORAN : Peine de mort pour le meurtrier de Selsabil et son complice    Faut-il interdire à la pluie de tomber ?    RAS EL-MA (SIDI BEL ABBES) : Le corps d'un adolescent repêché d'une mare d'eau    Une légitimité interne controversée (1re partie)    EDUCATION : 05 classes pour l'enseignement de la langue amazighe    THEATRE DE MOSTAGANEM : Ouverture de la 6ème édition du festival de la poésie du Melhoune    Ouargla : trois morts dans un accident de la route    Djelfa : Repêchage des dépouilles de deux enfants morts noyés dans une crevasse    Casbah world clean up day : Mission (presque) accomplie    Bernard Bajolet : « Bouteflika est maintenu en vie artificiellement »    Lutte antiterroriste : «L'Algérie resserre l'étau sur les groupes terroristes dans la région»    Décès de l'ancien diplomate Mohamed Sahnoun    FERHAT ABBAS OU LA RECTITUDE D'UN DESTIN    La semaine en bref…    Le peuple algérien n'arrive pas à trouver l'organisation et le mot d'ordre fédérateur    Italie : Saipem condamnée pour corruption en Algérie    A Ouargla, les jeunes diplômés font annuler le concours de Sonatrach    Le PCF a boycotté le PAGS et continuait à inviter le FLN à sa place    C'est important d'avoir des partis maghrébins à la Fête de l'Humanité    350 travailleurs de l'ECT/SOPATI sans salaires depuis 14 mois    Les Sétifiens ne jurent que par la qualif' !    La FAF s'inquiète, la Fifa enquête !    JSK-CRB : confrontation des extrêmes    ACTUCULT    Polémique sur la question de l'égalité dans l'héritage: Le RCD dénonce «le terrorisme intellectuel»    Ministres sortants, leur vie loin des ors de la République !    Alger: Une nouvelle marche de retraités de l'ANP empêchée    Boomerang    Ligue 2: Une aubaine pour l'ESM, le MCEE et l'USB    Poutine a tempéré sa réaction pour mieux surprendre    Plaidoyer pour la paix et lettre ouverte à monsieur donald trump président des etats-unis    La gouvernance de l'Université en Algérie, propositions de réforme    Selon le DG de la CNAS: La carte Chifa ne remet pas en cause la gratuité des soins    Scandaleux !    Sidi Saïd a reçu Ould Abbès    La "France veut aider l'Algérie à sécuriser ses frontières"    Belmadi prépare déjà le Bénin    Premières tendances des élections législatives et locales    Pari difficile pour Benghabrit    Un policier tue deux personnes à Oran    Ould Kablia brise le silence    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mots, la douleur et le sublime
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 04 - 2018

En l'espace de quelques jours bénis par la pluie, la galerie Ezzou' Art, fidèle à ses engagements collaboratifs, va conjuguer pour la quatrième fois ses cimaises à la poésie et à l'art du bon mot pour quelques heures.
Le maître de cérémonie est Ahcène Mariche, poète, auteur de plusieurs ouvrages (on lui en compte pas moins de dix-sept, produits) en tamazight, français, arabe et anglais, lance la bal des mots par la lecture en tamazight et en français de quelques notes écrites, cueillies dans son jardin fleuri, ce samedi 14 avril 2018. Pour le début de ces journées, entreprises de bien belle manière par Ahcène Mariche, Kahina Borsali, et Ahmed Hadjaz, la forteresse des convenances a volé en éclat pour se recentrer sur une rencontre conviviale, amicale et bourrée d'émotions, entre les envolées lyriques du sieur Mariche habitué aux rencontres livresques et poétiques qui, sur quelques poèmes, a fait un tour complet entre l'amour, la mort, la symbolique du père, ou l'écologie...Il est vite suivi par la sublime Kahina Borsali, d'une modestie exemplaire mais dont la pureté des mots recèle un trésor de talent, tout en prose et en imagination créative. Elle entame une virée sur des escales de mots choisis qui ne laissent personne indifférent. Tranquillement, le regard portant au loin, elle laisse fuser ses sujets dans une grâce tranquille qui impressionne par la force de son évocation plus d'une personne présente. Ahmed Hadjaz, sous les notes de violon de Hicham Omari, laisse sa peine exploser en mille éclats de tristesse, suite logique de son hypersensibilité qui laisse dans les présents une espèce de désarroi vite repris par Ahcène Mariche qui présentera quelques poèmes pour résorber les blessures du poète précédent. Une bien belle présentation d'un chapelet de perles artistiques. Mais le programme de ces journées littéraires sur quatre langues ne s'arrête pas en si bon chemin, il y a aussi un concours, des ventes-dédicaces. Le programme s'étale donc du 13 au 28 avril, avec les 13 et 14 avril, des ventes-dédicaces avec Ahcène Mariche, poète, Idir Bellali, poète, traducteur et chanteur, Mohand Naït Abdallah, poète et romancier, Farida Sahoui, auteure, Ouarda Akif, poétesse, conteuse et essayiste, Ali Hadjaz, romancier... La fête reprendra ses droits les 20 et 21 avril avec un programme de ventes-dédicaces avec le nouvelliste et journaliste, Mohand Ameziane Tadjer, et le poète, essayiste, éditeur Karim Cherief qui seront accompagnés dans cette aventure lyrique de Kahina Borsali, poètesse ainsi que de Abderahmane Yefsah, romancier et essayiste. Avec en sus, la présence de Nadir Benseguenni, le poète et Fouzia Laradi, poétesse dans des séances-débat pour le vendredi 21 avril et un récital poétique le lendemain avec une présence musicale au violon assurée par Hicham Omari. La suite de ce florilège écrit et parlé sera ensuite clôturée les 27 et 28 avril 2018 par un assortiment de belles phrases déclinées sur des belles pages consacrées à des ventes-dédicaces proposée par la poétesse Nadia Sadat Ramdane Cherif, Zoubida Tazerout, Nadir Benseguenni (poètes), la conteuse et poétesse Sonia Boussadia, Ahcène Begriche et Raabah Benamghar, romancier et poète. Ce qui sera terminé en apothéose le samedi 28 avril par un récital poétique qui va réunir toute cette fine fleur de la prose algérienne. Il est à noter que cet aréopage de talents divers laissera aussi la part belle aux amateurs de bons mots à travers un concours de poésies qui est ouvert à tous et auquel peuvent participer tous les amateurs et professionnels qui doivent envoyer leur production avant le 26 avril 2018 à l'adresse qui suivra. En attendant, la présence de ces aèdes et baladins des mots est tout simplement émouvante, rassurante sur la portée artistique de ces gens hors du commun qui savent par je ne sais quelle magie résumer le monde dans des envolées esthétiques qui, le moins que l'on puisse dire est qu'elles sont vivifiantes. A voir, revoir et réécouter impérativement, c'est gratuit, c'est bien, et cela remonte le moral. A vos plumes, prêts...partez !
Journées littéraires, Galerie Ezzou'Art les 13 et 14 avril ; les 20 et 21 avril, les 27 et 28 avril 2018, concours de poésie ouvert à tous, envoyez vos poèmes avant le 26 avril au site suivant : [email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.