« Les partis de l'allégeance sont prêts à tout pour perpétuer le statu-quo »    Les douanes s'offrent un nouveau système d'information    À la recherche de la bonne stratégie    Installation d'un comité paritaire    La Russie continue de se renforcer dans l'Arctique    La formation de peinture à l'honneur    La JSK tombe à Ghris    La JSES et l'ICO connaissent leurs adversaires    Le doyen des nageurs d'Oran, le moudjahid Mohamed Benaboura, honoré    Des forestiers se rebiffent    Ta cervelle s'arrête, mon Jean-Jean !    Le cauchemar de nesrineLes intérêts supérieurs de Abdelkader Hammouche Le cauchemar de nesrine    Leçon de Corée    Lutte anti-terroriste en Afrique: Alger et Madrid réitèrent leur engagement    Mise en place de la DNCG: Une direction qui divise la FAF et les clubs    Bordj Badji Mokhtar: Des missiles sol-air et des obus de mortiers interceptés    Oran: 19 harraga, dont une femme de 54 ans, interceptés    Tamanrasset: Cinq personnes meurent carbonisées dans une collision    Pour mettre un terme à la gestion anarchique des parkings: Une commission pour récupérer près de 150 sites de stationnement illicites    Chlef: Ténès se souvient    Le débat est ailleurs    Lettre d'un jeune Algérien à «nos» députés    Le numérique s'invite au Salon du livre    Zeghnoun rejoint la JSM Skikda    AI appelle à rendre justice aux militants du mouvement Hirak dans le Rif    L'Algérie face aux nouveaux enjeux sécuritaires mondiaux    Les différentes mesures prises pour l'amélioration de l'attractivité insuffisantes    La Data à l'honneur du plus grand événement IT et de l'économie numérique en Algérie    Du nouveau dans l'aide à l'habitat    Placement de plus de 4.700 demandeurs d'emploi depuis janvier    183 Palestiniens arrêtés par les autorités israéliennes ces cinq derniers jours    Les arbitres des matchs des clubs algériens connus    «Surtout ne pas sous-estimer Ghriss»    Défendre la mémoire de nos chouhada !    Lancement de la première application électronique d'accès à la recherche en bibliothèque    Ouverture des journées nationales de la littérature    Une manifestation pour dénoncer l'arrivage d'une cargaison de phosphate sahraoui    Algérie-France : Clôture d'un jumelage institutionnel visant à asseoir un cadastre    Compétitions européennes interclubs : Deux affiches entre internationaux algériens    Amnesty international déplore l'absence d'un cadre juridique    Route Adrar-Tindouf : Rapprocher les wilayas et impulser la dynamique économique dans la région    Un élève hospitalisé à Tiaret    L'Université Sâad Dahleb de Blida évacuée    Le 15e Dimajazz du 18 au 22 décembre à Constantine    FLN : L'initiative de Bouchareb au point mort    Décès du vice-président de l'APW    Le devoir sacré de défendre et de renforcer l'unité nationale    C'est la guerre des mots    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les mots, la douleur et le sublime
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 04 - 2018

En l'espace de quelques jours bénis par la pluie, la galerie Ezzou' Art, fidèle à ses engagements collaboratifs, va conjuguer pour la quatrième fois ses cimaises à la poésie et à l'art du bon mot pour quelques heures.
Le maître de cérémonie est Ahcène Mariche, poète, auteur de plusieurs ouvrages (on lui en compte pas moins de dix-sept, produits) en tamazight, français, arabe et anglais, lance la bal des mots par la lecture en tamazight et en français de quelques notes écrites, cueillies dans son jardin fleuri, ce samedi 14 avril 2018. Pour le début de ces journées, entreprises de bien belle manière par Ahcène Mariche, Kahina Borsali, et Ahmed Hadjaz, la forteresse des convenances a volé en éclat pour se recentrer sur une rencontre conviviale, amicale et bourrée d'émotions, entre les envolées lyriques du sieur Mariche habitué aux rencontres livresques et poétiques qui, sur quelques poèmes, a fait un tour complet entre l'amour, la mort, la symbolique du père, ou l'écologie...Il est vite suivi par la sublime Kahina Borsali, d'une modestie exemplaire mais dont la pureté des mots recèle un trésor de talent, tout en prose et en imagination créative. Elle entame une virée sur des escales de mots choisis qui ne laissent personne indifférent. Tranquillement, le regard portant au loin, elle laisse fuser ses sujets dans une grâce tranquille qui impressionne par la force de son évocation plus d'une personne présente. Ahmed Hadjaz, sous les notes de violon de Hicham Omari, laisse sa peine exploser en mille éclats de tristesse, suite logique de son hypersensibilité qui laisse dans les présents une espèce de désarroi vite repris par Ahcène Mariche qui présentera quelques poèmes pour résorber les blessures du poète précédent. Une bien belle présentation d'un chapelet de perles artistiques. Mais le programme de ces journées littéraires sur quatre langues ne s'arrête pas en si bon chemin, il y a aussi un concours, des ventes-dédicaces. Le programme s'étale donc du 13 au 28 avril, avec les 13 et 14 avril, des ventes-dédicaces avec Ahcène Mariche, poète, Idir Bellali, poète, traducteur et chanteur, Mohand Naït Abdallah, poète et romancier, Farida Sahoui, auteure, Ouarda Akif, poétesse, conteuse et essayiste, Ali Hadjaz, romancier... La fête reprendra ses droits les 20 et 21 avril avec un programme de ventes-dédicaces avec le nouvelliste et journaliste, Mohand Ameziane Tadjer, et le poète, essayiste, éditeur Karim Cherief qui seront accompagnés dans cette aventure lyrique de Kahina Borsali, poètesse ainsi que de Abderahmane Yefsah, romancier et essayiste. Avec en sus, la présence de Nadir Benseguenni, le poète et Fouzia Laradi, poétesse dans des séances-débat pour le vendredi 21 avril et un récital poétique le lendemain avec une présence musicale au violon assurée par Hicham Omari. La suite de ce florilège écrit et parlé sera ensuite clôturée les 27 et 28 avril 2018 par un assortiment de belles phrases déclinées sur des belles pages consacrées à des ventes-dédicaces proposée par la poétesse Nadia Sadat Ramdane Cherif, Zoubida Tazerout, Nadir Benseguenni (poètes), la conteuse et poétesse Sonia Boussadia, Ahcène Begriche et Raabah Benamghar, romancier et poète. Ce qui sera terminé en apothéose le samedi 28 avril par un récital poétique qui va réunir toute cette fine fleur de la prose algérienne. Il est à noter que cet aréopage de talents divers laissera aussi la part belle aux amateurs de bons mots à travers un concours de poésies qui est ouvert à tous et auquel peuvent participer tous les amateurs et professionnels qui doivent envoyer leur production avant le 26 avril 2018 à l'adresse qui suivra. En attendant, la présence de ces aèdes et baladins des mots est tout simplement émouvante, rassurante sur la portée artistique de ces gens hors du commun qui savent par je ne sais quelle magie résumer le monde dans des envolées esthétiques qui, le moins que l'on puisse dire est qu'elles sont vivifiantes. A voir, revoir et réécouter impérativement, c'est gratuit, c'est bien, et cela remonte le moral. A vos plumes, prêts...partez !
Journées littéraires, Galerie Ezzou'Art les 13 et 14 avril ; les 20 et 21 avril, les 27 et 28 avril 2018, concours de poésie ouvert à tous, envoyez vos poèmes avant le 26 avril au site suivant : [email protected]


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.