Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benghebrit qualifie la démarche d'«illégale»
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 07 - 2018

Après l'annonce des résultats du baccalauréat, jeudi dernier, les candidats libres mécontents de leurs notes obtenues ont manifesté pendant deux jours dans plusieurs wilayas où ils s'étaient rassemblés devant les directions de l'éducation. Cette démarche a été qualifiée, avant-hier, par la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit d' «illégale», expliquant que ces candidats «n'ont pas le droit de manifester ni de faire un recours».
Dans un entretien accordé à la chaîne privée «Echourouk news», avant-hier soir, la ministre de l'Education nationale s'est exprimée pour la première fois au sujet des candidats libres du baccalauréat qui se sont manifestés en refutant les résultats obtenus, estimant qu'«ils ont été défavorisés par les correcteurs». Nouria Benghebrit a estimé que les recours «ne sont pas acceptés en raison de la méthode utilisée dans la correction des copies, adoptée par l'Office national des examens et concours (ONEC)». A ce sujet, la ministre a assuré que «les enseignants qui corrigent les copies ne connaissent ni l'identité ni l'origine de leurs propriétaires». Par ailleurs, elle a expliqué que «la correction se fait en deux étapes, et dans le cas de doute, une troisième correction est opérée».
En outre, Nouria Benghebrit a rassuré les parents d'élèves au sujet «de la correction des copies», confirmant qu' «il n'y a aucun doute dans les résultats obtenus». Pour rappel, des centaines de candidats libres du baccalauréat 2018 se sont manifestés à travers plusieurs wilayas du territoire national, contre les résultats qu'ils ont obtenu, estimant qu' «ils ont été lésés par les correcteurs». Parmi les manifestants, il n'y avait pas que des candidats qui n'ont pas obtenu leur baccalauréat, mais il y'avait également ceux qui ont réussi mais avaient jugé que les notes obtenues «ne correspondaient pas avec le travail qu'ils avaient donné».
«Pour l'instant, les candidats libres passent le bac autant de fois qu'ils veulent, mais dans le cadre de la réorganisation des examens une proposition sera faite de manière à donner la possibilité à ces candidats de ne passer le bac que deux fois et de jouer sur le taux d'inscription à partir de la 3ème tentative pour les candidats libres», avait déclaré la ministre de l'Education Nationale, Nouria Benghebrit, en juin dernier. Ceci sachant que le taux d'absentéisme de cette catégorie de candidats est «extrêmement important se situant entre 30 et 35%», a-t-elle ajouté. Pour rappel, le taux de réussite aux examens du baccalauréat de la session 2018 est de 55,88%.
Il a été annoncé la veille de l'affichage des résultats par la ministre de l'Education nationale, Nouria Benghebrit, sur ses pages Facebook et Twitter. La filière des mathématiques vient en tête avec un taux de réussite de 78,61%, a relevé Mme Benghabrit qui a félicité l'ensemble des élèves pour leur succès. Il est à rappeler que le nombre global d'élèves qui ont passé l'examen du baccalauréat était de 709.448, dont 40% de candidats libres. Le taux global de réussite de l'année 2017, était de 56,07%, en hausse par rapport à 2016 où il était de 49,79%.
En prévision du baccalauréat, le gouvernement avait adopté un plan visant la sécurisation des lieux d'examen, la réhabilitation du siège régional de l'Office national des examens et concours (ONEC) à Alger et la réduction des centres de conservation des sujets d'examen, ainsi que l'installation d'appareils de brouillage et de caméras de surveillance et d'enregistrement au niveau des centres d'impression des sujets du baccalauréat et ceux de conservation, outre l'interdiction d'entrée des véhicules aux centres d'examen. Concernant les absences et retards, le ministère avait appelé tous les candidats à rejoindre les salles d'examen une demi-heure au moins avant le début des épreuves, prévenant que tout retard au-delà de l'heure fixée (9h00) «privera le candidat d'y participer».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.