Défilé de VIP devant les juges    Que dira Gaïd Salah ?    L'ancien ministre des Transports Amar Tou mis sous contrôle judiciaire    Le FLN réitère sa revendication de la démission de Bouchareb de la présidence de l'APN    Connexion perturbée et silence des autorités    La campagne présidentiellebat son plein    Renault : Le Maire et Senard jouent l'apaisement, se tournent vers l'avenir    Forum de la mémoire : Violation continue des droits de l'enfant sahraoui par le Maroc    Crise Libyenne : al-Sarraj préconise des élections avant la fin de l'année    Jeux africains de plage: trois nouvelles médailles dont deux en vermeil pour l'Algérie    CAT: l'Algérien Mohamed Bessaâd élu vice-président    Le coup d'envoi donné à Rouiba    La gendarmerie annonce un dispositif special    Plus de 420.000 Algériens schizophrénes    BAC 2019: aucune fuite de sujets au premier jour des épreuves    Schizophrénie: la difficulté de la prise en charge face à la complexité de la pathologie (conférenciers)    "El faqir", premier spectacle de rue pour enfants à Oran    Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Du règne sans partage à la déchéance    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Afin de saluer les décisions de la justice contre la corruption : Marches à travers les wilayas du pays    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le prix du panier du brut de l'OPEP en hausse
Publié dans La Nouvelle République le 05 - 09 - 2018

Alors que, mardi, les cours de l'or noir étaient en hausse à Londres, avec un baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, valant 78,22 dollars sur l'ICE de Londres, en hausse de 58 cents par rapport à la clôture de vendredi, et un baril de "light sweet crude" (WTI) pour le contrat d'octobre qui prenait 17 cents à 69,97 dollars une heure après son ouverture sur le Nymex, les cours du pétrole ont connu hier, mercredi, une baisse sur les bourses mondiales.
Le prix du panier de référence du brut de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep), s'est établi mardi à 76,32 dollars le baril, contre 75,77 dollars la veille, a indiqué mercredi l'Organisation sur son site web. Introduit en 2005, le panier de référence des pétroles bruts de l'Opep comprend le Sahara Blend (Algérie), Girassol (Angola), Djeno (Congo), Oriente (Ecuador), Zafiro (Guinée Equatoriale), Rabi light (Gabon), l'Iran Heavy (Iran), Basra Light (Irak), Kuwait Export ( kuwait), Es-Sider (Libye), Bonny Light (Nigeria), Qatar Marin(Qatar), Arab Light (Arabie Saoudite), Murban (UAE) et le Mery (Venezuela). Pour rappel, les 24 pays producteurs Opep et non Opep ont convenu le 23 juin dernier à Vienne de limiter à 100% leur niveau de respect des engagements pris dans le cadre de l'accord de baisse qui vise à retirer du marché 1,8 million de barils/jour.
Cet accord Opep-non Opep a été prolongé jusqu'à fin 2018 lors de la réunion de tenue en novembre 2017. A noter que les pays participants à la déclaration de la coopération ont atteint un niveau de conformité de 109 % au cours du mois de juillet dernier contre 121% en juin dernier. La prochaine réunion du Comité ministériel conjoint de suivi de l'accord Opep-non Opep (JMMC) prévue pour les 22 et 23 septembre 2018 à Alger permettra d'examiner le plan de suivi des fondamentaux du marché et des niveaux de conformité pour le reste de l'année 2018, ainsi que le cadre de coopération à établir en 2019 et au-delà. Le ministre de l'Energie, Mustapha Guitouni, a indiqué lundi que cette réunion est “importante” et permettra de “connaitre la situation du marché pétrolier international et d'œuvrer au maintien de son équilibre”.
Les analystes notent que le contrat de référence pour le Brent est passé à novembre, ce qui représente la mise en place officielle des sanctions américaines contre l'Iran visant directement les exportations de pétrole. Selon les données compilées par Bloomberg, la production de brut iranienne a reculé de 6,4% à 3,5 millions de barils par jour le mois dernier, soit la plus forte baisse parmi les membres de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole. Le marché du pétrole reste donc soutenu par la perspective des sanctions américaines sur le pétrole iranien, qui devraient perturber l'industrie du troisième producteur de l'OPEP.
En revanche, les informations sur une hausse de la production libyenne en dépit de la poursuite des combats autour de la capitale ont poussé les prix à la baisse. Hier soir, les marchés devaient prendre connaissance des données hebdomadaires de la fédération professionnelle de l'American petroleum institute (API) sur les stocks des Etats-Unis, à la veille des chiffres officiels de l'Agence américaine d'information sur l'Energie (EIA). Pour les données de l'EIA, les analystes tablent sur une baisse des stocks de brut de 2,75 millions de barils, de 1,75 million de barils des stocks d'essence et sur une légère hausse de 500.000 barils de ceux d'autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.