7 ans de prison ferme requis contre Ali Ghediri    Metz : Boulaya fait son retour face au PSG    300 milliards de dinars en deux ans    La mise au net de Amar Belani à l'ambassadeur du Maroc    L'ONU très inquiète des expulsions d'Haïtiens par Washington    Une demi-victoire pour Trudeau, réélu mais toujours minoritaire    Quelles prérogatives pour les élus ?    Niger-Algérie à Niamey à 17h    Séminaire pour les arbitres d'élite    15 joueurs déjà engagés    NAÂMA, MOSTAGANEM, RELIZANE , EL-TARF , JIJEL    Un pas vers l'école numérique    1 mort et 14 blessés    Hatab Sarajevo traduit en anglais    Focus sur le cinéma espagnol contemporain    La crédibilité se gagne sur le terrain, pas dans les communiqués de condoléances !    Les prix poursuivent leur hausse    "Le remaniement de l'effectif de la JSK peut être un avantage pour les FAR"    Un stage en Tunisie pour préparer l'Asec Mimosa    Tentative de putsch avortée au Soudan    Le Parlement vote une motion de censure contre le gouvernement    Saïed maintient les mesures d'exception    Inondations et villes bloquées    La forêt, un gisement inexploité    877 employeurs concernés à M'sila    La justice se saisit du dossier    Un sénateur du FFS exige la libération des détenus politiques    Rencontre avec Saïd Boutadjine autour de l'oeuvre katébienne    «Un centre de recherche dédié à la science et à la technologie en projet»    Tipaza: L'autoroute Bou Ismaïl-Zeralda fermée à cause de la pluie    Suppression des pénalités de retard des cotisations à la CASNOS    Où sont passés les indépendants ?    Le SNAPO met en garde: Réticence des citoyens à se faire vacciner     Tebboune reçoit un appel téléphonique de Macron    Quel avenir pour les entreprises publiques ?    Quelle solution outre que la révision des salaires ?    Koeman tire sur ses joueurs    Tebboune tient son engagement    Les paradoxes d'une rentrée    Le gouvernement impulse une nouvelle dynamique    Le retour du FFS    Des partis politiques à la traine    un conseil national du tourisme?    Intense activité pour Lamamra à New York    L'événement est reporté pour le 2 octobre    Appel à candidatures    Ces chanteuses kabyles qui ont bravé les tabous    Le FFS appelle à renforcer les prérogatives des élus locaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Histoire contemporaine de l'Algérie
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 11 - 2018

Des fictions profondément ancrées dans la société ou l'histoire contemporaine algérienne, des introspections et des nouveaux départs comptent parmi les thèmes de prédilection des auteurs annoncés pour le Sila 2018.
Cette édition se distingue également par les publications de journalistes, lancés dans l'écriture romanesque.
Dans son roman, «Le naufrage de la lune» (Barzakh), la romancière Amira-Géhanne Khalfallah fait revivre à son lecteur un épisode important et oublié de l'histoire de Jijel attaquée par la marine du royaume de France en 1664 alors que la ville échappait à la domination ottomane: une première expérience de l'auteure qui plonge le lecteur dans la régence d'Alger et les salons de Versailles (siège du pouvoir français de l'époque), tout en exhumant un épisode méconnu de l'histoire. Des auteurs, à l'image du journaliste Mustapha Benfodil, proposent une forme d'introspection, dans «Body Writing» (Ed. Barzakh), à travers le journal intime de Karim Fatimi disparu tragiquement en 2014.
Avec ce récit qui se transforme en une radiographie extravagante de l'Algérie, l'auteur signe son retour onze ans après son dernier roman «Zarta». Dans «Nulle autre voix» (Barzakh), la romancière Maïssa Bey dresse le protrait de l'anti-héroïne par excellence à travers des échanges entre une écrivaine, à la fois curieuse et effacée, et une criminelle fraîchement sortie de prison après 15 ans de détention.
A travers son dernier roman «Khalil» (Casbah), le romancier à succès, Yasmina Khadra, plonge lui aussi son lecteur dans l'univers d'un des terroristes, auteurs des attentats de 2015 au stade de France à Paris. Reconstruction et nouveaux départs forment l'essentiel des œuvres de Nassira Belloula, «Aimer Maria» ou encore de Mohamed Magani «L'année miraculeuse»: deux fictions éditées chez Chihab, qui évoquent la vie après les affres de la déception, des séparations et de l'exil. L'Histoire contemporaine de l'Algérie aura inspiré des plumes comme celle du célèbre chroniqueur Sid Ahmed Semiane qui a réuni dans «Octobre ... ils parlent» (Barzakh) des textes et témoignages sur le 5 octobre 1988, ou encore celle de Djamel Mati qui revient dans son roman «Sentiments irradiés» sur les essais nucléaire français de 1960 dans le désert de Tanezrouft (Hoggar).
Pour sa part, Djilali Bencheikh depeint dans son roman «Le treillis et la mini-jupe» (El Kalima), la condition d'une jeunesse révoltée par le paternalisme pesant des années 1960 et qui se choisi l'exil comme seule échappatoire. Des auteurs de retour, l'Histoire toujours présente S'intéressant toujours à l'histoire et à la culture de Laghouat, sa ville natale, le journaliste et auteur Lezhari Labter revient cette année avec le roman historique «Laghouat la ville assassinée, ou le point de vue de Fromentin»(Hibr), un beau-livre «Oasis, Images d'hier, regards d'aujourd'hui» (Chihab), en plus d'un recueil de textes intitulé «Hiziya mon amour» (Hibr), un ouvrage coécrit par une dizaine d'écrivains et coordonné par ses soins. Explorant les univers scientifique et métaphysique dans un même écrit, le journaliste-chroniqueur Amari Chawki traite du hasard dans un contexte purement algérien dans son roman «Balak» (Barzakh).
Après «Meursault, contre-enquête» et «Zabor ou Les psaumes», le journaliste et écrivain Kamel Daoud donne lui aussi rendez-vous à ses lecteurs pour leur faire découvrir «Picasso: le mangeur des femmes» (Barzakh), alors que le traducteur et universitaire Mohamed Sari présente cherz le même éditeur «Aïzer, un enfant de la guerre». Comme chaque année, le livre d'Histoire est omniprésent dans les stands du Sila 2018, à l'image de l'ouvrage «GPRA un mandat historique» (Ed. du champ libre) du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci.
Dans cet ouvrage très documenté, l'auteur revient sur la création du premier gouvernement de l'Algérie combattante ainsi que sur les principaux événements survenus entre le 19 septembre 1958 et le 3 août 1962. De son côté, l'historienne Malika Arezki publie «De l'ALN à l'ANP, la construction de l'armée algérienne», un livre édité chez Barzakh, alors que les éditions Chihab proposent «Economie de l'Algérie coloniale 1830-1954», un ouvrage de Ahmed Henni, «La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari, «Récits et témoignages de militants de la fédération du FLN de France» de Karim Younes. A la faveur du 23e Sila, les éditions Anep proposent également des ouvrages sur l'Histoire comme «La péninsule de Collo» de Kamel Bakiri, «Les irradiés algériens» de Mustafa Khiati, «Dey Hussein, dernier dey d'Alger» de Mohamed Balhi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.