Décès de la Moudjahida Annie Steiner    Un procès peut en cacher un autre    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    Le dialogue est-il possible ?    Déstockage de 1940 quintaux de pommes de terre    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Le premier cargo algérien accoste au port de Nouakchott    FAF : Zetchi passe la main à Amara    SuperLigue européenne : Dix clubs renoncent au projet    CR Belouizdad : Le Chabab poursuit son ascension    7 décès et 182 nouveaux cas    LES CANARIS FILENT EN QUARTS DE FINALE    Cote d'alerte    Promenade des Sablettes : Campagne de sensibilisation à la sécurité routière    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Plus de 600 affaires traitées depuis janvier    Grandiose marche nocturne à Akbou    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Le président de la société algérienne de néphrologie: «10.000 Algériens attendent une greffe de rein»    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    BRAVADE VERBALE    La Ligue arabe, l'ONU et l'UE réclament leur retrait    Une période d'incertitude s'ouvre au Tchad    ECUEILS REGLEMENTAIRES ET COLÈRE DES SUPPORTERS    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    CONSTANTINEREND HOMMAGE AU SOUVERAIN DU MALOUF    Le salon du livre amazigh est né    Le challenge de deux présidents    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    La sanglante guerre d'usure des Houthis    Des milliers de travailleurs investissent la rue    L'Algérie ne tombera pas    Dernière ligne droite avant la campagne    15 quintaux de kif marocain saisis    Le ministère du Commerce sensibilise    Les islamistes rêvent de victoire    346 Containers abandonnés    768 Logements sociaux électrifiés    Ghalem suspendu 6 mois    Brèves    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Histoire contemporaine de l'Algérie
Publié dans La Nouvelle République le 03 - 11 - 2018

Des fictions profondément ancrées dans la société ou l'histoire contemporaine algérienne, des introspections et des nouveaux départs comptent parmi les thèmes de prédilection des auteurs annoncés pour le Sila 2018.
Cette édition se distingue également par les publications de journalistes, lancés dans l'écriture romanesque.
Dans son roman, «Le naufrage de la lune» (Barzakh), la romancière Amira-Géhanne Khalfallah fait revivre à son lecteur un épisode important et oublié de l'histoire de Jijel attaquée par la marine du royaume de France en 1664 alors que la ville échappait à la domination ottomane: une première expérience de l'auteure qui plonge le lecteur dans la régence d'Alger et les salons de Versailles (siège du pouvoir français de l'époque), tout en exhumant un épisode méconnu de l'histoire. Des auteurs, à l'image du journaliste Mustapha Benfodil, proposent une forme d'introspection, dans «Body Writing» (Ed. Barzakh), à travers le journal intime de Karim Fatimi disparu tragiquement en 2014.
Avec ce récit qui se transforme en une radiographie extravagante de l'Algérie, l'auteur signe son retour onze ans après son dernier roman «Zarta». Dans «Nulle autre voix» (Barzakh), la romancière Maïssa Bey dresse le protrait de l'anti-héroïne par excellence à travers des échanges entre une écrivaine, à la fois curieuse et effacée, et une criminelle fraîchement sortie de prison après 15 ans de détention.
A travers son dernier roman «Khalil» (Casbah), le romancier à succès, Yasmina Khadra, plonge lui aussi son lecteur dans l'univers d'un des terroristes, auteurs des attentats de 2015 au stade de France à Paris. Reconstruction et nouveaux départs forment l'essentiel des œuvres de Nassira Belloula, «Aimer Maria» ou encore de Mohamed Magani «L'année miraculeuse»: deux fictions éditées chez Chihab, qui évoquent la vie après les affres de la déception, des séparations et de l'exil. L'Histoire contemporaine de l'Algérie aura inspiré des plumes comme celle du célèbre chroniqueur Sid Ahmed Semiane qui a réuni dans «Octobre ... ils parlent» (Barzakh) des textes et témoignages sur le 5 octobre 1988, ou encore celle de Djamel Mati qui revient dans son roman «Sentiments irradiés» sur les essais nucléaire français de 1960 dans le désert de Tanezrouft (Hoggar).
Pour sa part, Djilali Bencheikh depeint dans son roman «Le treillis et la mini-jupe» (El Kalima), la condition d'une jeunesse révoltée par le paternalisme pesant des années 1960 et qui se choisi l'exil comme seule échappatoire. Des auteurs de retour, l'Histoire toujours présente S'intéressant toujours à l'histoire et à la culture de Laghouat, sa ville natale, le journaliste et auteur Lezhari Labter revient cette année avec le roman historique «Laghouat la ville assassinée, ou le point de vue de Fromentin»(Hibr), un beau-livre «Oasis, Images d'hier, regards d'aujourd'hui» (Chihab), en plus d'un recueil de textes intitulé «Hiziya mon amour» (Hibr), un ouvrage coécrit par une dizaine d'écrivains et coordonné par ses soins. Explorant les univers scientifique et métaphysique dans un même écrit, le journaliste-chroniqueur Amari Chawki traite du hasard dans un contexte purement algérien dans son roman «Balak» (Barzakh).
Après «Meursault, contre-enquête» et «Zabor ou Les psaumes», le journaliste et écrivain Kamel Daoud donne lui aussi rendez-vous à ses lecteurs pour leur faire découvrir «Picasso: le mangeur des femmes» (Barzakh), alors que le traducteur et universitaire Mohamed Sari présente cherz le même éditeur «Aïzer, un enfant de la guerre». Comme chaque année, le livre d'Histoire est omniprésent dans les stands du Sila 2018, à l'image de l'ouvrage «GPRA un mandat historique» (Ed. du champ libre) du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci.
Dans cet ouvrage très documenté, l'auteur revient sur la création du premier gouvernement de l'Algérie combattante ainsi que sur les principaux événements survenus entre le 19 septembre 1958 et le 3 août 1962. De son côté, l'historienne Malika Arezki publie «De l'ALN à l'ANP, la construction de l'armée algérienne», un livre édité chez Barzakh, alors que les éditions Chihab proposent «Economie de l'Algérie coloniale 1830-1954», un ouvrage de Ahmed Henni, «La guerre d'Algérie dans le roman français» de Rachid Mokhtari, «Récits et témoignages de militants de la fédération du FLN de France» de Karim Younes. A la faveur du 23e Sila, les éditions Anep proposent également des ouvrages sur l'Histoire comme «La péninsule de Collo» de Kamel Bakiri, «Les irradiés algériens» de Mustafa Khiati, «Dey Hussein, dernier dey d'Alger» de Mohamed Balhi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.