Essais nucléaires français en Algérie: Faire appel aux obligations du Traité de non-prolifération    Rencontre gouvernement-walis: Des instructions et des mises en garde    Contrôles renforcés aux frontières    Santé: Les pharmaciens demandent la révision de la carte de «répartition»    L'insomnie due au stress : pourquoi se produit-elle et comment y remédier ?    NA Hussein Dey: Blocages à tous les niveaux !    Djelfa: Une fillette tuée et un garçon blessé par un poids lourd    Hamza Rouabah, épidémiologiste au CHU de Sétif: «La vaccination des enfants est actuellement à l'étude»    La direction régionale du Commerce d'Oran dresse son bilan: Plus de 2.211 tonnes de produits saisies en 6 mois    La sculpture est-elle «maudite» ?    En perspective des JM 2022 d'Oran: Des instructions pour la réhabilitation du Théâtre de verdure    Les indépendants à l'assaut des communes    Le Gouvernement s'engage    Laporta aurait choisi Xavi    Brèves Omnisports    Mané: «Un match particulier face au Sénégal»    Des retards qui font mal    Feu sur les spéculateurs!    Lamamra brille à New York    530000 Personnes vaccinées    La vie a repris ses droits    Qui contrôle les transporteurs?    La fin des enseignants non doctorants ?    125 nouveaux cas et 9 décès    «L'Algérie est une puissance régionale»    2.244 écoles fermées en raison des menaces terroristes    L'Algérie face au triangle hostile    Reprise du programme culturel et artistique    Journée portes ouvertes    Des salaires à corriger    La littérature comme réinvention perpétuelle du monde    Kaïs Saïed décide d'une série de mesures pour concrétiser la rupture    Un planning de rattrapage pour les travaux en retard    Décès de l'ancien international Rachid Dali    Fateh Talah la 2e recrue...    À la tribune de l'ONU, les Présidents sud-africain et namibien plaident pour l'autodétermination du peuple sahraoui    Le congrès du FFS reporté    La guerre internationale des gazoducs : entre géopolitique et fondamentaux    La scène médiatique en deuil    La facture s'alourdit pour le royaume: Le Maroc joue et perd    Abdelkader Bensalah inhumé au cimetière d'El-Alia    Ali Ghediri condamné à quatre ans de prison    À quand le vrai bonheur?    La presse en deuil    Le séparatisme est un crime en démocraties modèles !    Pétrole : le juste prix ?    La pluralité syndicale et le mammouth UGTA    Formation en écriture cinématographique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'inépuisable filon
L'Histoire ancienne et contemporaine de l'Algérie
Publié dans El Watan le 02 - 11 - 2018

Des fictions profondément ancrées dans la société ou l'histoire contemporaine algérienne, des introspections et des nouveaux départs comptent parmi les thèmes de prédilection des auteurs annoncés pour le Sila 2018.
Cette édition se distingue également par les publications de journalistes, lancés dans l'écriture romanesque. Dans son roman, Le naufrage de la lune (Barzakh), la romancière, Amira-Géhanne Khalfallah, fait revivre à son lecteur un épisode important et oublié de l'histoire de Jijel attaquée par la Marine du royaume de France en 1664, alors que la ville échappait à la domination ottomane : une première expérience de l'auteure, qui plonge le lecteur dans la Régence d'Alger et les salons de Versailles (siège du pouvoir français de l'époque), tout en exhumant un épisode méconnu de l'histoire.
Des auteurs, à l'image du journaliste Mustapha Benfodil, proposent une forme d'introspection, dans Body Writing (Ed. Barzakh), à travers le journal intime de Karim Fatimi disparu tragiquement en 2014. Avec ce récit qui se transforme en une radiographie extravagante de l'Algérie, l'auteur signe son retour onze ans après son dernier roman, Zarta.
Dans Nulle autre voix (Barzakh), la romancière Maïssa Bey dresse le protrait de l'anti-héroïne par excellence à travers des échanges entre une écrivaine, à la fois curieuse et effacée, et une criminelle fraîchement sortie de prison après 15 ans de détention.
A travers son dernier roman, Khalil (Casbah), le romancier à succès, Yasmina Khadra, plonge lui aussi son lecteur dans l'univers d'un des terroristes, auteurs des attentats de 2015 au Stade de France, à Paris. Reconstruction et nouveaux départs forment l'essentiel des œuvres de Nassira Belloula, Aimer Maria, ou encore de Mohamed Magani, L'année miraculeuse : deux fictions éditées chez Chihab, qui évoquent la vie après les affres de la déception, des séparations et de l'exil.
L'histoire contemporaine de l'Algérie aura inspiré des plumes, comme celle du célèbre chroniqueur Sid Ahmed Semiane, qui a réuni dans Octobre…ils parlent (Barzakh), des textes et témoignages sur le 5 Octobre 1988, ou encore celle de Djamel Mati, qui revient dans son roman, Sentiments irradiés sur les essais nucléaires français de 1960 dans le désert de Tanezrouft (Hoggar).
Pour sa part, Djilali Bencheikh depeint dans son roman Le treillis et la mini-jupe (El Kalima), la condition d'une jeunesse révoltée par le paternalisme pesant des années 1960 et qui se choisit l'exil comme seule échappatoire.
Des auteurs de retour, l'Histoire toujours présente
S'intéressant toujours à l'histoire et à la culture de Laghouat, sa ville natale, le journaliste et auteur, Lezhari Labter, revient cette année avec le roman historique Laghouat la ville assassinée, ou le point de vue de Fromentin (Hibr), un beau-livre, Oasis, Images d'hier, regards d'aujourd'hui (Chihab), en plus d'un recueil de textes intitulé Hiziya mon amour (Hibr), un ouvrage coécrit par une dizaine d'écrivains et coordonné par ses soins.
Explorant les univers scientifique et métaphysique dans un même écrit, le journaliste-chroniqueur, Amari Chawki, traite du hasard dans un contexte purement algérien dans son roman Balak (Barzakh). Après Meursault, contre-enquête et Zabor ou Les psaumes, le journaliste et écrivain Kamel Daoud donne lui aussi rendez-vous à ses lecteurs pour leur faire découvrir Picasso : le mangeur des femmes (Barzakh), alors que le traducteur et universitaire, Mohamed Sari, présente chez le même éditeur, Aïzer, un enfant de la guerre.
Comme chaque année, le livre d'histoire est omniprésent dans les stands du Sila 2018, à l'image de l'ouvrage GPRA un mandat historique (Ed. du champ libre) du sociologue et historien Abdelmadjid Merdaci. Dans cet ouvrage très documenté, l'auteur revient sur la création du premier gouvernement de l'Algérie combattante, ainsi que sur les principaux événements survenus entre le 19 septembre 1958 et le 3 août 1962.
De son côté, l'historienne Malika Arezki publie De l'ALN à l'ANP, la construction de l'armée algérienne, un livre édité chez Barzakh, alors que les éditions Chihab proposent Economie de l'Algérie coloniale 1830-1954, un ouvrage d'Ahmed Henni, La guerre d'Algérie dans le roman français, de Rachid Mokhtari, Récits et témoignages de militants de la Fédération du FLN de France, de Karim Younès.
A la faveur du 23e Sila, les éditions ANEP proposent également des ouvrages sur l'histoire, comme La péninsule de Collo, de Kamel Bakiri, Les irradiés algériens, de Mustafa Khiati, Dey Hussein, dernier dey d'Alger, de Mohamed Balhi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.