Ferhat: «Merci à tous pour vos messages, ça me va droit au cœur»    Motion de soutien du Conseil de la Nation au plan d'action du gouvernement    Crise libyenne: la position de l'Algérie privilégiant une solution politique réitérée    Montage automobile: le nouveau cahier des charges promulgué dans 2 mois    Le Gouvernement examine de nouvelles mesures en faveur de la gestion décentralisée    L'instruction de l'affaire ETRHB Haddad bouclée    CONSEIL DE SECURITE DE L'ONU : L'Algérie réclame deux sièges permanents pour l'Afrique    Kherrata, une convergence et des messages    TAMANRASSET : Plus de 500 affaires de contrebande traitées en 2019    Tebboune : "Aucune restriction hormis ce qui a trait à l'unité et à l'identité nationales"    TIARET : Des citoyens observent un sit-in devant la mairie d'Ain Dehab    AIN EL-TURCK : Des taxis demandent le double de la course    Le Président Tebboune: les responsables locaux tenus de briser le cloisonnement entre les citoyens et l'Etat    La pièce "Tmenfla" du theatre d'Oum-el-Bouaghi ouvre le festival international du théâtre de Bejaia    Yémen : entrée de 138 000 migrants et réfugiés en 2019    Des TV-offshores et des pollutions millénaires !    Il était une fois, le plus grand pays d'Afrique    Les pièges de l'assistanat    Slimani en sauveur !    Zelfani prépare le Paradou    L'ESS nouveau leader    Le Targui    À tout jamais…    Le coq d'El-Biar et la diplomate italienne !    FFS : menace sur la cohésion du parti    5 personnes retrouvées mortes après leur enlèvement    Enseignants du primaire : marche nationale demain à Alger    Encore un manifestant assassiné à la place Tahrir    ACTUCULT    Emouvant hommage à la militante Nabila Djahnine    Le répertoire andalou dans toute sa splendeur    Ciné-houma rend hommage aux femmes victimes de violences    La Cinémathèque algérienne célèbre les films sur la guerre de Libération    La quête de la connaissance et de la vérité    Mali: le bilan de l'attaque contre le village d'Ogossagou passe à 31 morts    Coupe arabe des nations (U20) : Les Algériens s'installent en Arabie Saoudite    USM Alger : Dziri reste    Epidémie du ncoronavirus : L'économie mondiale fortement impactée    Prime du service civil pour les spécialistes: Les décrets en voie de finalisation    Sidi El-Houari, Sidi El-Bachir, El Badr, El Emir et Es Seddikia: Lancement du bitumage d'une trentaine d'axes routiers    Les spécialistes plaident pour le dépistage précoce: 236 nouveaux cas de cancer de la prostate enregistrés au CHUO en 2019    Commerce extérieur: Plus de 6 milliards de dollars de déficit en 2019    Information officielle: La Présidence revient à la charge    LA RESONNANCE D'UN ATTENTISME    Le double jeu de Makri et de ses députés    Vers un nouveau choc pétrolier ?    Google développe un économiseur de batterie    Le MWC 2020 sera-t-il déserté, des annulations à cause du Coronavirus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La qualité du café moulu commercialisé laisse à désirer
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 11 - 2018

Suite à une enquête menée auprès de l'Organisation algérienne de protection et d'orientation des consommateurs et son environnement (Apoce), il ressort que cinq marques, seulement, de café moulu commercialisées en Algérie répondent aux normes. La qualité de ce produit, donc, laisse à désirer.
En effet sur les 12 marques de café moulu commercialisées, il est relevé que sept marques du même produit ne sont pas conformes à la réglementation en vigueur. C'est ce qu'a déclaré le président de l'Apoce, Mustapha Zebdi, lors d'une conférence de presse organisée, hier, à Alger. En termes de pourcentage, «84% des marques de café moulu, commercialisées non conformes, sont en surdosage nocif» a fait savoir M. Zebdi. Les Algériens, qui sont les premiers consommateurs de café à l'échelle africain, ignorent les matières ajoutées et autres indicateurs liés au produit. Selon les conclusions des analyses faites par l'Apoce, la proportion de sucre, de caramel ou de l'amidon ajoutés, dépasse 3%, alors que la réglementation, mentionne que cette même proportion ne doit pas dépasser les 3%».
«Or, il est établi que certaines marques dépassent les 14%», ajoute la même source. Le président de l'Apoce lance un appel à ces détenteurs des marques non conformes (et dont l'Association de M. Zebdi ne veut pas révéler les noms pour l'instant), à revenir sur le droit chemin et se conformer à la réglementation établie. L'Apoce donne, par conséquent, une seconde chance à ces marques pour se racheter, leur octroyant un délai de trois mois, au-delà duquel elle promet de révéler l'identité de leurs détenteurs.
Pour plus de détails, le taux limite de 3% recommandé a été largement dépassé dans certaines marques analysées. Ce qui rend, de ce fait, le café transformé nocif à cause de la saturation en sucre. Celui-ci, une fois brûlé à plus de 120°C, produit une molécule dangereuse. Il s'agit de l'acrylamide qui a un effet néfaste sur le système nerveux chez l'homme et provoquerait même le cancer du sein. Comment peuvent-ils commercialiser un produit cancérigène? Il faut sévir contre tout dépassement de ce genre.
Les lois, existent, mais l'application demeure presque inexistante. Pourtant, les dispositions du décret exécutif n°17-99 du 26 février 2017 fixant les caractéristiques du café ainsi que les conditions et les modalités de sa mise à la consommation sont claires. L'article 19 de ce texte stipule, en effet, que la dénomination «café torréfié au sucre» «est réservée au café auquel il a été ajouté du sucre, du caramel ou de l'amidon au cours du processus de torréfaction ou pour l'enrobage des grains de café au cours de la torréfaction avec ces produits». Cet ajout doit être impérativement précisé aux consommateurs, tel que le souligne l'article 21 du décret exécutif : «Les ingrédients du mélange d'extraits doivent être indiqués par ordre décroissant.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.