Barça : Bartomeu prévoit des arrivées mais également des départs    Ligue 1 Mobilis: Le programme des rencontres de la 30ème journée    Trump relativise les tirs de missiles nord-coréens    Lotfi Cheriet retournera-t-il à l'Arav ?    Flambée des cours et tension sur les devises en vue    Les itinéraires-bis vers la capitale, les impers noirs ou gris et tous les chemins qui ne mènent pas à Achgabat !    Sahli et Belaïd se retirent de la course    Grève de deux jours à partir de mardi    Venezuela: Guaido refuse tout "faux dialogue" avec Maduro    Téhéran dénonce la surenchère américaine    La police diffuse de nouvelles photos du suspect    Les raisons d'une visite    Transition : la mort de l'article 102    Benflis : "Bensalah et Bedoui sont disqualifiés"    Mellal : "J'espère que le CSC respectera l'éthique sportive"    Belaïli et l'EST se rapprochent du sacre    Galettes de légumes    5 224 élèves aux examens de 5e    Sachez que…    Le public algérois renoue avec le fado    Baâziz enflamme le public à Dar Abdeltif    Le retour de Kamel Ferrad    Le pessimiste, cet ennemi du bonheur    Un éveil populaire pour une Algérie disruptive (Partie 1)    Skikda : Prison ferme pour cinq douaniers    Aïn El Turck pas encore prête pour l'accueil du rush des vacanciers: Les prémices d'un énième échec de la saison estivale    Volley-ball - Coupe d'Algérie messieurs: Le GSP sans problème    Tiaret: Des travailleurs sans salaire depuis 30 mois    Tlemcen: Un cinquième groupe de soutien à Daech démantelé    Le RCD demande à la justice de convoquer Abdelaziz Bouteflika    Cette jeunesse algérienne qu'on entend rugir sur Facebook    Le président Trump effectue une visite au Japon    La liste s'allonge    L'activité en baisse de 85%    Sonatrach peut-elle s'en passer?    Lâche agression d'une fonctionnaire    La Caravane verte contre les feux de forêts    Il fallait y penser    Que faire?    Le Hirak libère les énergies    Des adoptions dans un climat délétère    Asselah offre le maintien à son équipe    Signature imminente de Fékir?    Tahar Djaout était assassiné    2019: l'Année de l'Algérie à Cannes    Abdelkrim Tazaroute lui consacre une biographie Vibrant hommage à Brahim Izri    Plus de 4.750 logements attribués    Où est la promesse du gouvernement    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La qualité du café moulu commercialisé laisse à désirer
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 11 - 2018

Suite à une enquête menée auprès de l'Organisation algérienne de protection et d'orientation des consommateurs et son environnement (Apoce), il ressort que cinq marques, seulement, de café moulu commercialisées en Algérie répondent aux normes. La qualité de ce produit, donc, laisse à désirer.
En effet sur les 12 marques de café moulu commercialisées, il est relevé que sept marques du même produit ne sont pas conformes à la réglementation en vigueur. C'est ce qu'a déclaré le président de l'Apoce, Mustapha Zebdi, lors d'une conférence de presse organisée, hier, à Alger. En termes de pourcentage, «84% des marques de café moulu, commercialisées non conformes, sont en surdosage nocif» a fait savoir M. Zebdi. Les Algériens, qui sont les premiers consommateurs de café à l'échelle africain, ignorent les matières ajoutées et autres indicateurs liés au produit. Selon les conclusions des analyses faites par l'Apoce, la proportion de sucre, de caramel ou de l'amidon ajoutés, dépasse 3%, alors que la réglementation, mentionne que cette même proportion ne doit pas dépasser les 3%».
«Or, il est établi que certaines marques dépassent les 14%», ajoute la même source. Le président de l'Apoce lance un appel à ces détenteurs des marques non conformes (et dont l'Association de M. Zebdi ne veut pas révéler les noms pour l'instant), à revenir sur le droit chemin et se conformer à la réglementation établie. L'Apoce donne, par conséquent, une seconde chance à ces marques pour se racheter, leur octroyant un délai de trois mois, au-delà duquel elle promet de révéler l'identité de leurs détenteurs.
Pour plus de détails, le taux limite de 3% recommandé a été largement dépassé dans certaines marques analysées. Ce qui rend, de ce fait, le café transformé nocif à cause de la saturation en sucre. Celui-ci, une fois brûlé à plus de 120°C, produit une molécule dangereuse. Il s'agit de l'acrylamide qui a un effet néfaste sur le système nerveux chez l'homme et provoquerait même le cancer du sein. Comment peuvent-ils commercialiser un produit cancérigène? Il faut sévir contre tout dépassement de ce genre.
Les lois, existent, mais l'application demeure presque inexistante. Pourtant, les dispositions du décret exécutif n°17-99 du 26 février 2017 fixant les caractéristiques du café ainsi que les conditions et les modalités de sa mise à la consommation sont claires. L'article 19 de ce texte stipule, en effet, que la dénomination «café torréfié au sucre» «est réservée au café auquel il a été ajouté du sucre, du caramel ou de l'amidon au cours du processus de torréfaction ou pour l'enrobage des grains de café au cours de la torréfaction avec ces produits». Cet ajout doit être impérativement précisé aux consommateurs, tel que le souligne l'article 21 du décret exécutif : «Les ingrédients du mélange d'extraits doivent être indiqués par ordre décroissant.»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.