Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les assiettes foncières inexploitées seront mises à la disposition des porteurs de projets
Publié dans La Nouvelle République le 15 - 11 - 2018

Le représentant du wali de Tizi Ouzou, le Secrétaire général, Azzedine Tibourtine, a réitéré, mardi, la détermination de l'Etat à accompagner, dans la mesure du possible, tous les porteurs de projets, à concrétiser leurs investissements et à améliorer les conditions de travail de ceux qui sont opérationnels.
«J'invite les bénéficiaires d'assiettes foncières au niveau des zones industrielles et d‘activités de la wilaya, soit, à réaliser, dans les meilleurs délais leurs projets d'investissements, soit à restituer ces assiettes foncières, voire même, procéder à l'annulation des attributions pour les mettre à la disposition des porteurs de projets dont la demande s'élève au nombre de 1.300», a-t-il indiqué. S'exprimant lors d'une rencontre avec les opérateurs économiques de la wilaya organisée par l'unité de gestion des industrielles et zones d'activités de Tizi Ouzou du Groupe des Industries locales «Divindus», M Tibourtine a insisté sur la nécessité de mettre en place, au niveau de chaque zone d'activité et zone industrielle d'un comité de suivi.
«Sur 952 lots crées, 809 ont été attribués alors que 153 assiettes foncières demeurent libres», a révélé le représentant du wali, observant que seuls 23,58 % des projets sont en activité, 21,16 % en cours de réalisation et 07,27 % sont réalisés et non opérationnels. S'agissant des projets non réalisés, le secrétaire général de la wilaya a fait cas de 44,75% tandis que les projets dont la réalisation est à l'arrêt, ils sont de l'ordre de 03,27%. Je suis conscient que les investisseurs ici présents sont localisés dans des zones d'activités et zones industrielles créées dans les années 70, voire même avant, et qui sont, pour la plupart, dépourvues de viabilités, ce qui les placent dans un environnement défavorable pour l'exercice de leurs activités et le développement de leurs entreprises», a observé le représentant du wali, Abdelhakim Chater.
Pour la mise à niveau de ces zones d'activités et zones industrielles, en matière de viabilisation, a poursuivi le secrétaire général de la wilaya de Tizi Ouzou, des fiches techniques ont été établies et transmises aux autorités compétentes pour une prise en charge pour un montant global de 2,6 milliards de DA. «Pour certains travaux d'urgence, l'organisme gestionnaire (Ugzia-Divendus) ne ménagera aucun effort pour apporter une contribution en collaboration avec les opérateurs économiques», a assuré M. Tibourtine. Le directeur de l'Unité de gestion des zones industrielles et zones d'activités de la wilaya de Tizi Ouzou, Rabah Yermeche, a, pour sa part, mis en avant la nécessité d'une analyse exhaustive de la situation du portefeuille foncier de la wilaya.
«Il existe des terrains occupés illicitement, d'autres attribués mais inexploités, d'autres connaissent des problèmes juridiques et, d'autres confrontés à des oppositions des fois objectives ou souvent, infondées», a-t-il dit. M. Yermeche a, à cet effet, estimé que la mise en œuvre des mécanismes juridico-légaux pour assainir cet important portefeuille foncier, confortera l'administration dans son rôle de régulateur, permettra aux opérateurs économiques d'être confiants et accompagnés dans leurs projets et, donnera un élan accéléré au processus de développement économique dont, a-t-il observé, notre wilaya a grandement besoin. «Il y a lieu de repenser le foncier, redéfinir les règles d'attribution aux investisseurs efficaces et qui se conforment aux exigences d'une feuille de route ou cahier des charges qui serait l'émanation de l'ensemble des acteurs et intervenants dans le circuit triptyque, producteur/produit/ usager (consommateur)», a-t-il suggéré.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.