Coupe d'Algérie.. La double confrontation CRB-NAHD officiellement au 5 juillet    Ligue des champions.. Sergio Ramos s'explique après la polémique concernant son carton jaune    Grand succès de «Nathan le sage» à Alger.. Le théâtre pour unir les humains    Première forte mobilisation dans la rue contre le 5e mandat    Tamanrasset, In Guezzam et Bordj Badji Mokhtar.. 39 orpailleurs arrêtés    Salon international de défense «IDEX-2019».. Gaid Salah à Abou Dhabi    Grand concours «Cirta Science» de Constantine.. 550 lycéens aux épreuves préliminaires    INTERSYNDICALE : L'éducation perturbée par une grève le 26 février    UN VEHICULE VOLE A MOSTAGANEM, RETROUVE A RELIZANE : Les 04 voleurs placés sous les verrous    PRESIDENTILLE 2019 : Le PT tranchera prochainement sur sa participation    Le jeune arrête à BBA libéré    REVISION DE LA LOI RELATIVE AU MOUDJAHID ET AU CHAHID : Prise en charge médicale optimale pour les Moudjahidine    Pas de campagne pour Belkhadem et Saâdani    Les assurances de Temmar    La Russie, la Turquie et l'Iran s'engagent à aider Damas à réaliser des réformes constitutionnelles    La justice refuse la libération d'un ex-ministre mozambicain    Abdelmalek Sellal s'emploie à banaliser le 5e mandat    Les faux dilemmes de Benflis et Hanoune    Ernesto Valverde prolongé    «La coupe de cheveux reflète inéluctablement notre idole»    Quelques vieilles saloperies jamais vraiment enterrées au cimetière de Boothill !    La sûreté de wilaya dresse son bilan : 12 réseaux de passeurs démantelés en 2018    Gare routière est : Un policier assassiné dans un bus    MO Béjaïa : Accord trouvé avec Bouzidi    Zone de Bellara, à El Milia (Jijel) : Lancement des travaux de viabilisation    Chambre de commerce : Une délégation américaine en visite à Oran    Coupe arabe des clubs. Al-Merreikh – MCA : Mission difficile pour le Doyen à Omdurman    LFP – sanctions : Huis clos pour le MOB, un an pour Harkabi    Coupe d'Algérie: La double confrontation CRB - NAHD au 5-Juillet    Bilan financier 2018: Ooredoo Algérie compte 13,8 millions d'abonnés    Le ministre du Travail l'affirme: Plus d'un demi million de nouveaux chômeurs diplômés chaque année    Chlef: Le vol de câbles téléphoniques inquiète    Sept médailles dont 3 en or pour l'Algérie    59ème anniversaire des essais nucléaires français en Algérie    Le premier Salon national du miel se déroulera cette année    Deux terroristes se font exploser à Sidi Bouzid    Plus de 100 000 bébés meurent annuellement en raison des guerres    Le réseau internet exposé aux attaques de l'exterieur du pays    Des avions français bombardent des civils à l'extrême Est    Saisie de 1, 260 kg de kif traité    «Les Yeux de Mansour» de Ryad Girod    Générale de Saha l'artiste    Manselkouch.. Manselkouch en ouverture    "Les masques sont tombés" : Moscou répond au journaliste de la BBC sur "l'attaque" à Douma    La dette publique des USA bat un nouveau record: en quoi Trump est-il différent d'Obama?    Abdelkader Kara Bouhadba installé dans ses nouvelles fonctions    Accord de pêche Maroc-UE : Le Tribunal européen ordonne à l'UE de respecter le droit international    Cameroun : L'opposant Maurice Kamto et ses partisans inculpés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'anesthésiste assume avant, pendant, et après l'opération des responsabilités personnelles»
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 11 - 2018

Le médecin-chef du service de médecine légale du Centre hospitalo-universitaire (CHU) Nédir-Mohamed de Tizi Ouzou, le professeur Brahim Boulassel, a mis en avant la responsabilité, personnelle, de l'anesthésiste dans la prise en charge du malade au cours de la période pré, per et postopératoire. «L'anesthésiste assume avant, pendant et après l'intervention chirurgicale des responsabilités personnelles», a-t-il indiqué.
S'exprimant lors des XXIVes journées médico-chirurgicales du Centre hospitalo-universitaire Nédir-Mohamed de Tizi Ouzou, le Pr Boulassel a fait cas de graves lacunes dans l'examen préopératoire, d'un accident transfusionnel par erreur de groupage et d'un défaut de surveillance postopératoire. «Le médecin anesthésiste a pour mission d'assurer l'endormissement de l'opéré pour permettre au chirurgien l'exécution de l'acte opératoire, de veiller à sa sécurité pendant toute l'opération, et enfin, de le suivre et de l'assister jusqu'à son retour à une pleine conscience», a-t-il relevé. Tout en rappelant la place, importante, de l'anesthésiste au sein de l'équipe chirurgicale, le médecin-chef du service de médecine légale, du CHU Nédir Mohamed de Tizi Ouzou a estimé que chaque médecin au sein de cette équipe est responsable des fautes qu'il a personnellement commises.
«Le manque d'organisation, au même titre que la faute, engage la responsabilité médicale de l'équipe chirurgicale», a-t-il dit, soulignant l'importance d'une étroite collaboration au sein de l'équipe chirurgicale pour l'intérêt du patient. Dans sa communication intitulée «la responsabilité médicale de l'anesthésiste-réanimateur», le Pr Boulassel a sérié les hypothèses dans lesquelles la responsabilité, civile ou pénale, du médecin anesthésiste est engagée. Citant, entre autres, la faute technique individuelle et celle du fait d'autrui, du fait matériel et du fait personnel. Le médecin anesthésiste peut, a-t-il poursuivi, répondre du fait d'un produit ou d'un instrument médical défectueux qu'il utilise.
L'intervenant a également fait cas de la responsabilité, administrative, de l'anesthésiste, engagée, a-t-il observé, dans le cas où le patient apporte la preuve de la faute commise. «Le malade peut agir directement contre l'anesthésiste pour peu que son action soit fondée sur le terrain délictuel. L'anesthésiste peut se voir condamner lorsque le patient peut apporter la preuve du manquement du praticien à ses obligations contractuelles», a-t-il poursuivi encore. Dans certaines circonstances, a ajouté le Pr Boulassel, l'anesthésiste-réanimateur peut être poursuivi dans les tribunaux répressifs pour violation des articles du code pénal réprimant les coups et blessures, ainsi que les homicides involontaires.
Il peut être également poursuivi pour violation des articles contenus dans la loi sanitaire et le code pénal réprimant les infractions, telles le secret médical, l'avortement criminel, le faux certificat et la non-assistance à une personne en péril. «Le magistrat peut retenir plusieurs négligences contre le médecin anesthésiste», a-t-il dit. L'anesthésiste-réanimateur est, comme tout médecin, tenu au respect des règles déontologiques. «Tout manquement à ces règles engage sa responsabilité disciplinaire avec des sanctions qui peuvent être un avertissement, un blâme ou une interdiction d'exercer la profession», a conclu le Pr Boulassel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.