Le FLN part en favori    FLN, acte IV(1). France, la révolution et le «complot» terroriste !    1 339 requêtes reçues en 2018    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    L'auto-satisfecit algérien    Des formations en vue d'améliorer les systèmes agricoles locaux    Tractations autour d'un sommet    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    Le Raja Casablanca dernier qualifié pour les quarts de finale    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    Le Dimajazz est de retour    Bouchareb ne va pas durer longtemps    Tribunal correctionnel: Trois ans de prison requis contre l'ancien DG du CHU d'Oran    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Division nationale amateur - Centre: Deux gros chocs à Aïn-Ousera et Arba    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    La revanche des riches    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Défaitisme    L'histoire à méditer    LE QUOTIDIEN D'ORAN A 24 ANS    La violence politique    Fusillade à proximité d'un marché de Noël à Strasbourg (France)    Mise en garde contre les dangers de la surexposition aux écrans    Saisie de 3, 877 kilogrammes de kif traité et 45 731 comprimés de psychotropes en un mois    2 morts et 3 blessés dans une collision    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Bonnes nouvelles pour les souscripteurs AADL    Espérant une amélioration des relations sino-américaines : Les Bourses européennes rebondissent    Energie photovoltaïque: Un potentiel national de près de 2,6 millions TWh/an    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    Le manque de réussite a été fatal aux Usmistes    Kia Al-Djazaïr : remises, GPL et nouveautés au menu    Exception d'inconstitutionnalité : Le principe et sa procédure d'application    Le FLN favorisé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





«L'anesthésiste assume avant, pendant, et après l'opération des responsabilités personnelles»
Publié dans La Nouvelle République le 16 - 11 - 2018

Le médecin-chef du service de médecine légale du Centre hospitalo-universitaire (CHU) Nédir-Mohamed de Tizi Ouzou, le professeur Brahim Boulassel, a mis en avant la responsabilité, personnelle, de l'anesthésiste dans la prise en charge du malade au cours de la période pré, per et postopératoire. «L'anesthésiste assume avant, pendant et après l'intervention chirurgicale des responsabilités personnelles», a-t-il indiqué.
S'exprimant lors des XXIVes journées médico-chirurgicales du Centre hospitalo-universitaire Nédir-Mohamed de Tizi Ouzou, le Pr Boulassel a fait cas de graves lacunes dans l'examen préopératoire, d'un accident transfusionnel par erreur de groupage et d'un défaut de surveillance postopératoire. «Le médecin anesthésiste a pour mission d'assurer l'endormissement de l'opéré pour permettre au chirurgien l'exécution de l'acte opératoire, de veiller à sa sécurité pendant toute l'opération, et enfin, de le suivre et de l'assister jusqu'à son retour à une pleine conscience», a-t-il relevé. Tout en rappelant la place, importante, de l'anesthésiste au sein de l'équipe chirurgicale, le médecin-chef du service de médecine légale, du CHU Nédir Mohamed de Tizi Ouzou a estimé que chaque médecin au sein de cette équipe est responsable des fautes qu'il a personnellement commises.
«Le manque d'organisation, au même titre que la faute, engage la responsabilité médicale de l'équipe chirurgicale», a-t-il dit, soulignant l'importance d'une étroite collaboration au sein de l'équipe chirurgicale pour l'intérêt du patient. Dans sa communication intitulée «la responsabilité médicale de l'anesthésiste-réanimateur», le Pr Boulassel a sérié les hypothèses dans lesquelles la responsabilité, civile ou pénale, du médecin anesthésiste est engagée. Citant, entre autres, la faute technique individuelle et celle du fait d'autrui, du fait matériel et du fait personnel. Le médecin anesthésiste peut, a-t-il poursuivi, répondre du fait d'un produit ou d'un instrument médical défectueux qu'il utilise.
L'intervenant a également fait cas de la responsabilité, administrative, de l'anesthésiste, engagée, a-t-il observé, dans le cas où le patient apporte la preuve de la faute commise. «Le malade peut agir directement contre l'anesthésiste pour peu que son action soit fondée sur le terrain délictuel. L'anesthésiste peut se voir condamner lorsque le patient peut apporter la preuve du manquement du praticien à ses obligations contractuelles», a-t-il poursuivi encore. Dans certaines circonstances, a ajouté le Pr Boulassel, l'anesthésiste-réanimateur peut être poursuivi dans les tribunaux répressifs pour violation des articles du code pénal réprimant les coups et blessures, ainsi que les homicides involontaires.
Il peut être également poursuivi pour violation des articles contenus dans la loi sanitaire et le code pénal réprimant les infractions, telles le secret médical, l'avortement criminel, le faux certificat et la non-assistance à une personne en péril. «Le magistrat peut retenir plusieurs négligences contre le médecin anesthésiste», a-t-il dit. L'anesthésiste-réanimateur est, comme tout médecin, tenu au respect des règles déontologiques. «Tout manquement à ces règles engage sa responsabilité disciplinaire avec des sanctions qui peuvent être un avertissement, un blâme ou une interdiction d'exercer la profession», a conclu le Pr Boulassel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.