Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Les habitants réclament leur réouverture    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Afrique du Sud au Conseil de sécurité, une opportunié pour la résolution du conflit sahraoui
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 11 - 2018

Le Premier secrétaire politique à l'Ambassade sud-africaine à Alger, M. Mzi Botha, a affirmé samedi à Madrid, que la présence de l'Afrique du Sud au Conseil de sécurité en 2019, représente un enjeu majeur pour aider à la résolution du conflit du Sahara occidental au niveau international.
En effet, l'Afrique du Sud a été désignée, pour l'année 2019, membre non-permanent au Conseil de sécurité à l'ONU, ce qui constitue, selon le diplomate sud-africain, une opportunité pour aider à trouver des solutions aux conflits qui concernent le continent africain en général, et le Sahara occidental en particulier. «C'est un enjeu majeur d'être membre non-permanent du Conseil de sécurité à l'Onu en 2019, pour la question du Sahara occidental. C'est une occasion de travailler au sein du Conseil en faveur de la question sahraouie et du peuple du Sahara occidental, pour sa liberté et son indépendance et également collaborer avec les autres membres», a déclaré M. Botha à l'APS, en marge de la 43 e Conférence européenne de soutien et de solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco 2018).
Sur le plan continental, le représentant de l'Afrique du Sud à l'Eucoco, a d'abord rappelé que son pays est l'un des membres fondateur de l'Union africaine (UA), et oeuvrera à ce que tout le continent soit libre et indépendant, soulignant le travail important que fournit la diplomatie sud-africaine au sein de l'UA pour la résolution du conflit qui dure depuis plus de 40 ans. «L'Afrique du Sud est engagée de plus en plus à aider le peuple sahraoui dans sa lutte pour la liberté, tant au niveau continental qu'international», a affirmé M. Botha. Toutes les forces sud-africaines sont concentrées à aider les peuples opprimés, à la libération contre le colonialisme, l'occupation et la domination».
M. Botha a expliqué que la logique de domination «va à l'encontre des principes des Sud-africains, c'est pourquoi ils se sentent d'eux-mêmes concernés par la lutte du peuple sahraoui», a-t-il conclu. Les travaux de la 43e Conférence pour le soutien et la solidarité avec le peuple sahraoui (Eucoco 2018), sous le slogan. «Pour l'indépendance du Sahara Occidental», la responsabilité de l'Espagne et de l'Europe dans la solution ont pris fin samedi soir à Madrid, après deux jours de travaux . Inscrit depuis 1966 sur la liste des territoires non-autonomes, donc éligible à application de la résolution 1514 de l'Assemblée générale de l'ONU portant déclaration sur octroi de l'indépendance aux pays et peuple coloniaux, le Sahara occidental, dernière colonie d'Afrique, est occupé depuis 1975 par le Maroc, soutenu par la France.
A l'ONU, l'Afrique du Sud appelle à «sécuriser» le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination
Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa, a appelé mardi à New York à garantir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination, soulignant l'urgence pour la communauté internationale d'intensifier ses efforts pour résoudre ce «conflit prolongé». «Nous devons de la même façon intensifier nos efforts pour sécuriser le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et à la pleine souveraineté nationale», a déclaré Ramaphosa à la tribune de l'ONU, alors qu'il s'exprimait lors du débat annuel de l'Assemblée générale. Le président sud-africain qui évoquait les questions de Palestine et du Sahara Occidental, a affirmé que les Etats membres devaient «agir avec urgence» pour résoudre ces «conflits prolongés et insolubles».
«Au moment même où nous discutons (à cette assemblée), de jeunes gens perdent leurs vies et les avenirs sont détruits. Les mesures que nous devons prendre pour mettre fin aux conflits et à la guerre sont urgentes», a déclaré Ramaphosa, dont le pays a toujours manifesté un soutien indéfectible à la cause sahraouie. Dans son plaidoyer en faveur de la résolution des conflits persistants, le chef d'Etat sud-africain a indiqué qu'il ne suffisait pas d'arrêter les pertes et les souffrances humaines qu'endurent des millions de personnes mais d'agir aussi pour «empêcher la perte d'une autre génération».
«Nous devons accepter notre responsabilité partagée et notre intérêt commun, à mettre fin aux conflits et à utiliser les résultats du sommet Mandela pour dynamiser l'ONU comme instrument efficace de médiation, de maintien de la paix et de reconstruction post-conflit», a-t-il poursuivi. Ramaphosa n'a pas manqué dans son discours d'exprimer sa profonde gratitude à l'Assemblée générale pour l'élection de son pays comme membre non permanent du Conseil de sécurité pour la période 2019-2020. Plusieurs fois membre du Conseil de sécurité, l'Afrique du Sud va certainement redoubler d'efforts durant son mandat pour faire avancer la cause juste du peuple sahraoui.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.