Sahara occidental: une délégation américaine arrêtée par les autorités marocaines à l'aéroport de Laâyoune occupée    Armée sahraouie: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes et El Bakari    Industrie: Zeghdar reçoit le président du Médef    Tindouf: les postes frontaliers entre l'Algérie et la Mauritanie réceptionnés octobre prochain    Lutte contre la spéculation illicite: 53 délits enregistrés durant les quatre premiers mois 2022    L'université est un important allié pour réaliser la transition écologique et le développement durable    OMS : la transmission de la variole du singe peut être stoppée dans les pays non endémiques    Présentation à Alger du bilan du projet des parcs culturels    Akim Zedadka confirme son départ de Clermont Foot    Rio Ferdinand évoque "une honte historique" au sujet de Mbappé    Real : Valverde n'a pas apprécié les déclarations de Salah    MC Oran: Le Mouloudia pas encore sauvé    USM Khenchela: Un retour au premier plan    Des mentalités à formater    Naftal: Appel à la révision de la marge bénéficiaire de l'entreprise    Tlemcen: Le changement climatique fait sa formation    Risques d'incendies: Branle-bas de combat pour éviter le pire    Météo: Des températures «au-dessus des moyennes saisonnières»    Non, l'ennemi de l'homme n'est pas le singe !    Tebboune met fin aux fonctions du Gouverneur de la Banque d'Algérie    Figure incontournable du cinéma algérien: Chafia Boudraâ tire sa révérence    La première règle de l'investissement    Le Palais des sports fait peau neuve    Les Verts sans forcer    Amman condamne la décision de l'entité sioniste    Le Bénin se prépare à retirer ses troupes de la Minusma    La 3e guerre mondiale n'aura pas lieu    Oran n'aura plus soif    Les moteurs de la débrouille    «Les grandes firmes attendent de la visibilité»    Les directeurs des CEM se rebellent    L'ex-ministre de la Justice vide son sac    La société civile en question    Les dernières retouches    Prestation de l'association «Mezghena» d'Alger    «Tant de féminicides...»    Chanegriha se rend à la Base navale principale de Mers El-Kebir    Tribunal: 10 ans de prison ferme requis contre Tayeb Louh    L'importance de la société civile dans le développement global soulignée    Tizi Ouzou: 2e Salon du livre "Mouloud Mammeri" d'Ath Yanni du 24 au 28 mai    JM Oran-2022: cinq manifestations culturelles internationales prévues    Le prisonnier sahraoui Lamine Haddi soumis à des traitements "cruels et inhumains" dans les geôles marocaines    Sahara occidental: Le Maroc détourne le thème de ses conférences pour quémander un soutien international    Un réseau de prévention mis en place    L'armée s'engage    «sauvegarder un pan de la Mémoire de la nation»    Ramtane Lamamra: Aucune médiation entre l'Algérie et le Maroc    Affaire du groupe Metidji: 10 ans de prison requis contre Sellal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ecrivain et linguiste le plus prolifique de sa génération
Publié dans La Nouvelle République le 22 - 11 - 2018

L'un des linguistiques et écrivain les plus célèbres de sa génération, Mohand Akli Hadadou vient de nous quitter à l'âge de 64 ans. Chercheur et enseignant, il a mené de nombreux travaux sur l'histoire des civilisations. Il était enseignant de linguistique amazighe au Département de Langue et Culture Amazighes depuis sa création en 1990, à l'université de Tizi Ouzou.
Le Pr Hadadou était un intellectuel de premier plan et une grande figure de la production linguistique, littéraire et l'histoire de la civilisation amazighe. Etant un écrivain très prolifique, il a plusieurs livres à son actif : «Le rêve et son interprétation dans l'islam», «Guide de la culture et de la langue berbères», «Guide de la culture berbère», «Almanach berbère», «Les berbères célèbres», «Recueil des prénoms berbères». Militant exemplaire par ses bagages académiques dans une simplicité extraordinaire, il été doté d'une grande humilité et sagesse.
Une carrière universitaire exemplaire
Mohand Akli Hadadou est né à Aït Waghlis, Bgayet le 24 novembre 1954. À l'âge de quatre ans, il est blessé, par l'armée française lors d'un bombardement et perd la jambe. Après des études primaires, il est inscrit au lycée Emir-Abdelkader d'Alger. Il obtient son baccalauréat en Algérie en 1973. Une année plus tard, il décroche brillamment le baccalauréat français. Puis, en 1977 il est titulaire d'une licence en littérature, suivie d'un diplôme d'études approfondies en linguistique et d'un magister ainsi qu'une thèse de 3e cycle de linguistique berbère à Tizi Ouzou et à Aix-en-Provence (France) en 1985.
En 2003, il obtient un doctorat d'État en linguistique berbère à l'université Mouloud-Mammeri de Tizi Ouzou. Mohand Akli Haddadou a enseigné dans un lycée, avant de rejoindre, à sa création, le département de langue et culture amazighes de l'université de Tizi Ouzou au début des années 1990. Parfait trilingue, il maîtrise le kabyle, l'arabe et le français. Il a publié plusieurs ouvrages ayant trait à la langue berbère, à l'islamologie et à la didactique. Il a édité, en outre, de nombreux articles de spécialité et participé à plusieurs colloques. Il a fait soutenir près d'une vingtaine de travaux et encadré plusieurs thèses.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.