Sécurisation des marches citoyennes: Gaïd Salah annonce l'arrestation d'individus soupçonnés de fomenter des troubles    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    Affaires Sonatrach et Autoroute Est-Ouest: Les dossiers de Chakib Khelil et Amar Ghoul transmis à la Cour suprême    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Coupe d'Algérie - 1/2 finale-retour: JSMB - ESS, aujourd'hui à 17 h 00: Un âpre duel en vue    Football - Violence et arrangements: Des résultats complètement faussés    Division nationale Amateur - Ouest: Cinq clubs dans la tourmente    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Restitution des projets financés par l'UE pour la sauvegarde du patrimoine : 5 associations oranaises présentent leurs bilans    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Soudan: Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Ali Baba et les 40 voleurs    Des armements livrés à Khalifa Haftar sans factures    Un terroriste abattu dans la région du Kef    "L'armée ne doit pas imposer son agenda"    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    Van de Beek, ça coûte cher    Renato Sanches veut vraiment partir    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Championnat d'Afrique de lutte : Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    "L'aide de l'armée est capitale"    Le prix du baril pourrait flamber    Justice : Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Le long métrage "Abou Leïla" en compétition à la Semaine de la critique à Cannes    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    Sidi Bel-Abbés.. Saisie de kif et de psychotropes    Actions de solidarité durant le mois sacré.. Le mouvement associatif tend la main aux démunis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    Mahrez veut quitter City    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    Un délai de 3 mois pour la mise en place d'un gouvernement civil    Al-Sarraj dénonce le soutien «non proportionné» de la France à Haftar    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Décerné à la Fondation éponyme et au Fespaco
Publié dans La Nouvelle République le 02 - 12 - 2018

Le Prix international «Miriam Makeba de la créativité artistique» a été décerné pour la première fois vendredi à Alger au Fespaco, le plus vieux festival de cinéma en Afrique et à la Fondation sud-africaine portant le nom de la voix légendaire du continent et symbole de la lutte anti-apartheid.
Le jury, présidé par l'égyptien Mohamed Salamaoui, a remis lors d'une cérémonie à l'auditorium du Palais de la culture Moufdi- Zakaria, une récompense pécuniaire d'une valeur de 80.000 dollars au Fespaco (Festival panafricain du cinéma et de la télévision d' Ouagadougou), pour son «apport à la promotion du cinéma et à la culture africains». Créé en 1969, le Fespaco continue d'exister en dépit de difficultés de financement qui n'ont pas dissuadé ses organisateurs à oeuvrer pour la «préservation de l'unité africaine» dans sa diversité linguistique, culturelle et identitaire, a expliqué le jury. La Fondation Miriam Makeba de Johannesburg, quant à elle, a été récompensée de 20.000 dollars, pour sa contribution à préserver la mémoire de cette artiste plurielle, engagée dans le combat contre le racisme et la ségrégation.
Plus d'une centaine de candidatures provenant d'auteurs de 40 pays d'Afrique ont été reçues par l'Office national des droits d'auteur et droits voisins (Onda) qui finance ce prix. Doté de 100.000 dollars, le Prix Miriam Makeba a été ouvert, pour sa première édition, aux artistes résidant en Afrique et ceux justifiant d'un statut de réfugié hors du continent. Le prix récompense les meilleures oeuvres artistiques, toutes disciplines confondues provenant d'artistes et créateurs ou d'organisations et institutions oeuvrant pour la promotion de la culture dans le continent. Présent à la cérémonie, le ministre de la Culture, Azzedine Mihoubi, a affirmé dans son allocution d'ouverture que le Prix Miriam Makeba était une reconnaissance de l'Algérie à cette artiste militante et porte-voix de la culture du continent.
Le ministre de la Communication Djamel Kaouane, des personnalités culturelles et politiques ainsi que membres du corps diplomatique accrédité à Alger ont assisté à la cérémonie, close par un concert animé par la chanteuse Cap-Verdienne Solange Cesarovna. Née en Afrique du Sud en 1932, Miriam Makeba était l'une des voix les plus connues dans son pays comme à l'étranger, où elle accède à la célébrité grâce à ses prises de position contre l'apartheid. Naturalisée algérienne, l'artiste avait participé à plusieurs manifestations en Algérie notamment le premier Festival panafricain en 1969 à Alger et les célébrations du 10e anniversaire de l'indépendance en 1972. A l'écran, l'artiste est connue pour son rôle dans le film anti-apartheid «Come-Back Africa» du cinéaste américain Lionel Rogosin, sorti en 1960. Myriam Makeba s'est éteinte en Italie en 2008, trois ans après avoir mis fin à sa carrière artistique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.