Editions Casbah. « L'Outrage fait à Sarah Ikker », nouveau roman de Yasmina Khadra    Crise politique et crise de nerfs    Le refus d'encadrer la présidentielle entériné    Suggestions pour un système électoral sans fraude    La semaine du titre pour le Barça ?    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    L'arbitre assistant Doulache va témoigner devant la CD/LFP    1 décès et 5 blessés graves lors d'un renversement d'un véhicule    Masques spécial peaux grasses et sèches    Paëlla    Le pouvoir maintient sa feuille de route    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    El Braya: Un homme mortellement poignardé    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Football - Ligue 2: Une journée explosive    GCB Mascara Le handballeur Tomba Ali n'est plus    Ali Laskri pointé du doigt: Le siège du FFS à Alger attaqué    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    La mobilisation populaire intacte    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Manifestations devant le QG de l'armée    La date sera fixée dimanche    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Fédération des sports mécaniques.. Asma Ben Messaoud désignée DTN    Sidi Bel Abbés.. Légère baisse des accidents de la route    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Libye.. Les combats continuent    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    L'Afrique du Sud réitère son soutien constant aux peuples sahraoui et palestinien    Trump a donné l'ordre de limoger Robert Mueller    On pourrait dire presque spontanément que le prix Nobel de la paix revient de droit au peuple algérien    Handi-basket : Les trois premières journées reprogrammées    Avril 1980, catalyseur des luttes pacifiques    Pour une authentique «République» «algérienne» «démocratique» et «populaire»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Prévisions d'une légère hausse en 2018
Publié dans La Nouvelle République le 10 - 12 - 2018

Les prévisions des transferts d'argent faits par la diaspora algérienne établie à l'étranger sont estimées à 2,157 milliards de dollars (mds usd) en 2018 contre 2 mds usd en 2017. C'est ce que fait ressortir, hier, la copie préliminaire du rapport la Banque mondiale qui livre les récents développements et les prévisions concernant les transferts de fonds vers différentes régions du monde en 2018.
Ce rapport indique que ces envois de fonds devraient augmenter. Le montant prévu représente 1,1% du Produit intérieur brut (PIB) de l'Algérie, précise le même rapport. Si cette prévision est confirmée, il s'agira alors de la première progression après cinq ans de stabilisation. De 2013 à 2017, les envois de fonds vers l'Algérie se sont stabilisés autour de 2 mds usd, selon les données de la BM. Les flux attendus cette année restent, cependant, inférieurs au record de 2,4 mds usd enregistré en 2004. Comparé aux autres pays de la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (Mena), les transferts de fonds des Algériens établis à l'étranger restent moins importants, malgré cette progression projetée. Selon les mêmes prévisions, l'Egypte maintient toujours la première place avec 25,7 mds de dollars, suivi du Liban avec 7,8 mds de dollars, du Maroc (7,4 mds du dollar) et de la Jordanie (4,4 mds de dollars).
Les transferts de fonds des Tunisiens devraient se chiffrer à deux mds de dollars cette année. Les transferts vers la région Mena devraient augmenter de 9,1% cette année à 59 mds de dollars contre 6% en 2017. Cette augmentation est essentiellement tirée par la croissance rapide attendue en Egypte (+14%). Pour 2019, l'institution de Bretton Woods prévoit un ralentissement des envois à 2,7%. La baisse des prix de pétrole et les politiques du travail en Arabie saoudite interdisant certains métiers aux étrangers devraient freiner la croissance de cette manne. Selon la même source, les transferts vers la région Afrique subsaharienne se sont accélérés en 2018 et devraient accroître de 9,8% en 2018 à 45 mds de dollars, avant de ralentir à 4,2% en 2019 selon les mêmes prévisions. La Banque estime que les envois vers les pays en développement, officiellement enregistrés, augmenteront de 10,8% pour atteindre 528 milliards de dollars en 2018.
Ce nouveau record intervient après une forte croissance de 7,8% en 2017. A l'échelle mondiale, les transferts de fonds, qui comprennent les flux à destination des pays à revenu élevé, devraient enregistrer une croissance de 10,3% à 689 mds de dollars contre 625 mds de dollars en 2017. La BM s'attend à une progression en 2019 à 715 mds de dollars. L'Inde demeure cette année, le premier bénéficiaire des transferts de fonds dans le monde avec 80 mds de dollars, suivi de la Chine comme deuxième plus important récipiendaire avec 67 mds de dollars, du Mexique et des Philippines (34 mds de dollars chacun) et de l'Egypte. par ailleurs, le rapport précise, que le coût moyen d'un transfert de 200 dollars demeure élevé à 6,9% au troisième trimestre 2018, soit plus du double de la cible de 3 % fixée dans les Objectifs de développement durable L'Afrique subsaharienne reste la région vers laquelle les transferts sont les plus onéreux, avec un coût moyen de 9%, relève le rapport. Le partenariat exclusif entre les systèmes postaux nationaux et les opérateurs de transfert d'argent demeure l'un des principaux obstacles à la baisse des coûts des envois, car il permet à l'opérateur de facturer des frais plus élevés aux clients dépendant des bureaux de poste.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.