Galatasaray : Falcao est attendu demain    Installation du président de la Cour d'Aïn Témouchent    Le pouvoir d'achat des citoyens sera préservé    «Cette nouvelle ne concerne pas que les voitures allemandes»    Les eaux souterraines, sources d'approvisionnement en eau potable    L'armée prend le contrôle de la route Damas-Alep et coupe les terroristes de leurs bases    «L'indépendance du juge n'est pas un privilège mais une responsabilité qui lui est imposée»    La sélection algérienne dames termine à la 11e place    Un match contre ses détracteurs    Le FC Barcelone va faire une offre de prêt pour Neymar    Bataille rangée dans les rues d'Aïn Témouchent    Création prochaine d'une nouvelle zone d'extension touristique à Tala-Guilef    El Gasba (flûte), instrument musical phare des fêtes de la région du Hodna    POUR DETENTION DE 1776 UNITES DE PSYCHOTROPES : Une ressortissante espagnole sous contrôle judiciaire à Mostaganem    AEROPORT D'ORAN : Saisie de 6000 euros non déclarés    KSAR CHELLALA (TIARET) : Sit-in des bénéficiaires des logements sociaux    Les habitants revendiquent la délocalisation de la décharge    Sept hectares de forêt ravagés par le feu    Première titularisation et premier but pour Dani Alves avec Sao Paulo    Nouvelle menace de forfait en Ligue des champions    L'activité commerciale peine à reprendre    Gros marché    Ouverture, hier, du procès de l'ex-président déchu    PSA réaffirme ses engagements    Les fausses peurs des «experts»    "Le panel n'est pas sur la bonne voie"    Le FFS appelle le pouvoir à s'inspirer de l'exemple soudanais    Le ministère de la Santé nous écrit    sortir ...sortir ...sortir ...    "Renouer le fil de l'histoire interrompu en 1962"    Collections et musées dans la construction du passé de l'Algérie    Un Festival international des films de femmes à Cotonou    La citoyenneté en débat    Convergence à Ifri pour un ressourcement    Slimani direction à Al Gharafa ?    Sahara occidental : L'avocate espagnole Cristina Martinez empêchée de se rendre à El Ayoun occupée    Angleterre : Chelsea n'y arrive toujours pas    En souffrance aux ports: Les matériels roulants bloqués libérés    Le panel ne parle pas au nom du Hirak mais ses détracteurs aussi    Communiqué - Ooredoo annonce le rétablissement de son réseau de couverture    Solde commercial : Une dégradation prévisible, liée à la structure de l'économie nationale    Une campagne vouée a l'échec    Cause palestinienne : Eddalia réitère le soutien indéfectible de l'Algérie    2e journée de l'Afrique à New York: L'ONU salue la "contribution active" de l'Algérie    Reconnaissance faciale, conduite autonome… La Russie présente à l'Unesco ses "technologies d'aujourd'hui"    La Volkswagen Golf Joint n'est plus disponible    17.200 Seat vendues en 7 mois    Le chanteur andalou Brahim Hadj Kacemanime un concert    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le DAPS pour soutenir notre économie
Publié dans La Nouvelle République le 30 - 01 - 2019

Pour relancer la machine productive, et améliorer la croissance des entreprises, les autorités politiques algériennes viennent de décider de libérer le commerce extérieur, en instituant un DAPS (Droit Additionnel Provisoire de Sauvegarde, autrement dit une taxe complémentaire) sur une liste concernant 1.095 produits.
Ce DAPS, quoique attendue par le fait qu'il a été ménagé et prévu dans la loi de Finances 2018, afin de remplacer la liste des 850 produits interdits à l'importation qui est en vigueur depuis le début de l'année 2018, vise à encourager la production nationale. Ce protectionnisme des entreprises nationales dans leur diversité facilitera auprès des ménages algériens et des opérateurs économiques les ventes de produits locaux dans le but de stopper ou de ralentir l'hémorragie de nos réserves de change. L'Algérien consomme beaucoup plus qu'il ne produit, en faisant tourner les firmes étrangères des pays fournisseurs au détriment de l'agrandissement de notre macroéconomie. Désormais, pour satisfaire les partisans du Libre-échange dans le domaine commercial, les importations sont dorénavant libres, mais sujettes au paiement d'une taxe variable entre 30% et 200%.
Il appartiendra à ceux qui opteront pour acquérir des marchandises importées au détriment des produits locaux, d'en payer le juste prix. Le ministère du Commerce rappelle, à ce titre, que l'instauration du DAPS comme instrument tarifaire, intervient pour des raisons liées à la sauvegarde de la balance de paiement, l'encouragement de la production nationale et le développement des industries naissantes. Le DAPS concerne ainsi plusieurs groupes de produits détaille l'APS. Il s'agit des viandes blanches et rouges (à l'exception de la viande bovine congelée), les fruits secs, les fruits frais (à l'exception de la banane), les légumes frais, la préparation de viandes, la préparation de poissons et les fruits conservés ou préparés.
Il concerne également les préparations alimentaires, les préparations pour soupes et potages, les dérivés de céréales, le ciment, les produits cosmétiques et les papiers hygièniques. Ils sont aussi concernés par le DAPS, les produits plastiques, les caisses et caissettes en bois, les tapis et autres revêtement de sol en matières textiles, le marbre et le granit finis, la céramique finie, les produits en céramique, le verre et l'ouvrage en verre, les ouvrages en fonte, l'aluminium et l'ouvrage en aluminium. Le communiqué cite aussi les articles de robinetterie sanitaire, les chaises et les meubles, les lustres, les machines et les articles électroménagers, la téléphonie mobile et les ouvrages divers. Les marchandises et produits par sous-position tarifaire concernées par le DAPS, figurent dans la liste annexée à l'arrêté du ministre du Commerce du 26 janvier 2019 (Journal officiel n° 06), précise la même source. Selon le ministère, la liste des marchandises et produits soumis au DAPS peut faire l'objet d'une «révision».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.