Chelsea : Lampard officiellement limogé    Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réalisation d'un barrage de 700.000 m3
Publié dans La Nouvelle République le 04 - 02 - 2019

En cette période d'hivernage, les problèmes d'inondation restent un casse-tête pour la wilaya d'Annaba. Cependant, en collaboration avec diverses structures nationales, régionales et locales, les autorités ont pris des mesures afin de venir en aide aux populations victimes des inondations. Celles-ci sont la conséquence des pluies diluviennes.
Les précipitations ont été particulièrement fortes dans les communes de Annaba, El Hadjar, El Bouni, Sidi Amar. C'est donc pour établir un état des lieux que le ministère des Ressources en eau a dépêché une commission d'expertise. Elle intervient au lendemain de la mise en place d'une cellule de crise. Entre temps, la wilaya a débloqué plus de 400 millions DA. Cette enveloppe financière initiale permettra le lancement des travaux de réalisation d'un barrage à Bougantas au pied de l'Edough. Outre son rôle de collecteur des eaux de pluie et de facteur d'approvisionnement en eau potable de plusieurs concentrations d'habitants, ce barrage servira également de site de détente et de loisirs au profit des familles.
L'ouvrage dont l'étude est établie depuis plus de deux décennies était initialement prévu pour 500.000 m3 devrait passer à 700.000 m3. «Cet ouvrage sera réalisé dans les délais prescrits» a déclaré le directeur des ressources en eau de la wilaya de Annaba Abdenour Aït Mansour. Il était intervenu dans le cadre d'une conférence qu'il a animée au siège de la DRE de Annaba dont il a la charge. Y ont participé, plusieurs directeurs membres de l'exécutif de wilaya, des élus ainsi que des représentants d'associations ou entreprises publiques et privées ayant déjà intervenu ou seron appelées à le faire à brève échéance. C'est le cas de l'entreprise «Grands Travaux Hydrauliques» (GTH).
Fleuron dans les activités de tout ce qui a trait à ce type d'intervention tant dans la pose des conduites de gros diamètres que dans les grands travaux hydrauliques, cette entreprise publique est, depuis quelques mois, confrontée à des problèmes financiers. Ses 1800 salariés n'ont pas perçu leur paie depuis quatre mois. Cette décision pourrait prendre fin avec la décision prise par la wilaya de solliciter l'expérience et la compétence de GTH. La même institution limitera ses relations de travail avec les entreprises publiques.
Cette décision, a été bien accueillie. Elle devrait être appliquée au titre de mesures d'urgence, en ce qui concerne la réalisation du barrage de Bougantas et des travaux de réfection de diverses grosses conduites détériorées par la déferlante des 3 jours du 24 au 26 janvier dernier. «Des mesures urgentes ont été prises. Elles sont destinées à rendre plus efficaces nos structures avec le suivi de la cellule de veille. Celle-ci jouera un rôle de conseiller. Les prévisions pluviométriques guideront la démarche du ministre des Ressources en eau pour anticiper sur la prise en charge des inondations», a affirmé Aït Mansour. Tout aussi abordée lors de cette conférence, la question des inondations qui ont affecté 22 établissements scolaires des trois paliers.
Les élèves comme leurs parents, aux côtés des enseignants, personnels administratifs, des élus et de la direction de l'éducation nationale font un tapage médiatique sans commune mesure pour afficher leur détermination. Il s'agit pour eux, d'éliminer toutes les séquelles des inondations ayant atteint ces établissements dont celui de la cité Attoui à El Hadjar qui reste le plus affecté. Il faut préciser que certaines communes et quartiers ont souffert de l'inexistence ou de la défectuosité d'un réseau d'assainissement et de drainage des eaux pluviales..


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.