Début de l'opération de la révision exceptionnelle des listes électorales    Le procès historique attendu par les Algériens    Report du procès en appel de Kamel Chikhi    «Le marché pétrolier est resté équilibré»    Frais d'engagement des clubs    Le GSP au championnat arabe    Aarab Elyes nouvel entraîneur-adjoint    Real Madrid: Le clan Zidane fait une grande annonce pour son avenir !    Quelles leçons tirer du fort taux d'abstention aux dernières législatives ?    C'est fait à Annaba    Lancement à partir de Batna de la campagne nationale de prévention des risques des inondations    Espace pour préserver son histoire    Un roman inédit de Françoise Sagan en librairie    Djaballah sera-t-il candidat à la présidentielle ?    PROTECTION CIVILE : 12 accidents font 10 blessés à Mostaganem    Plus de 250 nouveaux professeurs en renfort    Un trafiquant de psychotropes condamné à 18 mois de prison    La FAF reçoit l'ambassadeur d'Argentine    Réforme ou manœuvre électoraliste ?    Vers la fermeture de l'usine Renault    Vers l'interpellation des chefs de parti sur le "hirak"    Le pirate qui avait sillonné le ciel algérien arrêté    Plus de 2,6 millions de personnes ont besoin d'une aide alimentaire d'urgence    Et maintenant ?    Un vendredi sur son 31    3 remèdes au miel pour traiter naturellement la grippe    Un incendie détruit une école primaire    L'indépendance de la justice, parent pauvre du système    Imminent changement à la tête des médias publics    La prophétie de Benflis    Pour la mise en place de stratégies d'enseignement de l'art dramatique et de traduction des textes théâtraux    Les Misérables de Ladj Ly, candidat de la France pour les Oscars    Le gouvernement français veut jouer la transparence    Karoui autorisé lors du deuxième tour    Indices    Béjaïa : Les manifs continuent    Téhéran met une nouvelle fois en garde contre une attaque    JS Kabylie : Le CRB et Horaya en ligne de mire    Berraf réagit aux accusations    Sonatrach: Des contrats gaziers à long terme renouvelés dans les prochains mois    Présidentielle en Tunisie … La logique arithmétique plaide pour Kaïs Saïed    Brexit : Le Royaume-Uni quittera l'Union européenne le 31 octobre    Au 1er semestre 2019 : Hausse de près de 5% de la production industrielle publique    Y a-t-il une vie en dehors des GAFAM? Episode I : les réseaux sociaux    Lutte contre le changement climatique: L'ONU salue les efforts de l'Algérie    Côte d'Ivoire : La profanation de la tombe de DJ Arafat ne restera pas impunie    Un rapport de l'IGF pointe un risque de faillite    Le chef de la Minurso visite les camps de réfugiés sahraouis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un artiste promis à un million de dollars au Japon
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 03 - 2019

Chaque automne, le Nomura Art Award récompensera désormais «un artiste ayant produit un ensemble de travaux d'une importance culturelle majeure». Le premier lauréat sera dévoilé fin octobre au Japon.
Un artiste couronné d'un million de dollars, voilà qui devrait agiter la planète art, déjà en nette expansion comme en témoigne la frénésie provoquée par l'imminente 58e Biennale de Venise, début mai. La compagnie japonaise Nomura Holdings, Inc. annonce très officiellement, ce jeudi 20 mars, la création du plus important prix en termes financiers jamais décerné dans le domaine de l'art contemporain, lauriers en or destinés à «promouvoir la créativité». Chaque année, ou plus exactement chaque automne, saison glorieuse au Japon, Nomura décernera le Nomura Art Award à «un artiste ayant produit un ensemble de travaux d'une importance culturelle majeure».
La dotation financière d'un million de dollars US «permettra au lauréat de relever de nouveaux défis et d'explorer de nouvelles voies créatives». Elle pourra être «utilisée en totalité ou en partie pour mener à bien un projet d'envergure qui n'aurait pu être réalisé sans ce soutien». Pour l'heure, le nom du lauréat est un secret absolu, comme ceux de ceux d'ailleurs qui partagent ou ont partagé cette impériale «short list». Il faudra attendre fin octobre pour savoir quel est l'artiste qui remplit tous ces critères, vu depuis le pays du Soleil levant. Ce sera un test fort intéressant sur la cote d'un artiste, sa résonance au long cours et son empreinte dans le paysage international qui demeure une juxtaposition de cultures aux priorités distinctes, malgré la globalisation.
En mémoire d'Okwui Enwezor
Nomura décernera également un Emerging Artist Award à «deux artistes d'exception en début de carrière (dotation de 100 000 dollars chacun). Nomura se présente comme «l'héritier d'une longue tradition de mise en œuvre de défis et de changements». Son engagement en faveur des arts remonte à sa fondation par Tokushichi Nomura II, fervent pratiquant de la cérémonie du thé et mécène du théâtre nô. Dans cet esprit, Nomura est «fier d'inaugurer le Nomura Art Award en 2019 qui vise à reconnaître et promouvoir les réalisations d'exception et le potentiel des artistes contemporains, indépendamment de leur lieu de vie et de travail». Les lauréats seront choisis par un jury international indépendant composé de directeurs de musées, commissaires d'exposition, directeurs de fondation et spécialistes parmi les plus respectés au monde.
Qu'on en juge! Doryun Chong, directeur adjoint et conservateur en chef du musée M+, le musée de la culture visuelle en construction par l'agence suisse Herzog & De Meuron dans le quartier culturel de West Kowloon à Hong Kong qui devrait être inauguré cette année. Le regretté Okwui Enwezor, figure historique de la Haus der Kunst de Munich, commissaire d'exposition d'une Documenta de Kassel (1998-2000) et d'une Biennale de Venise (2015), critique, poète, penseur et éditeur qui vient de mourir à Munich le 15 mars et a laissé orphelin le monde de l'art contemporain africain. Malgré sa mort brutale, une semaine après le vernissage de son exposition consacrée à El Anatsui à Munich, le Normura Art Award a décidé de le garder dans le jury pour ses travaux préparatoires, en mémoire de son héritage intellectuel et symbolique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.