Pour une commission de transition et une transparence des élections    Laskri appelle les militants à resserrer les rangs    Les travailleurs décrètent 3 jours de grève dès le 28 avril    Début du référendum sur une révision constitutionnelle    Près de 223 000 cas suspects de choléra signalés en 2019    Damas mise sur le tourisme après la restauration de ses sites historiques    Installation des Commissions de candidatures et de recours    Médaille d'or pour l'Algérien Ameur sur 10 000 m marche    L'Algérien Sahnoune qualifié aux JO-2020    De nouveaux projets bientôt lancés    Mois du patrimoine    Des atouts non exploités !    Le parcours scientifique du penseur Abdelkrim Bekri mis en exergue    Crise politique et crise de nerfs    Paëlla    Le fait de se réveiller toujours fatigué, malgré de longues nuits de sommeil, est-il un signe d'insomnie ?    Manchester City-Tottenham acte 3    Asma Ben Messaoud désignée DTN de la FASM    Masques spécial peaux grasses et sèches    Papicha sur la croisette    Davantage d'efforts pour prendre en charge les bâtisses du vieux ksar    Plusieurs films algériens distingués    LETTRE D'UN HARAGUE CHERCHANT AILLEURS LA DIGNITE    L'opposition met l'armée devant le fait accompli    En bref…    Tizi Ouzou: Des maires marchent pour refuser l'encadrement de la présidentielle    Oum El Bouaghi : 5 morts dans un accident de la route    Préparatifs de la saison estivale: Lancement prochain de la formation des administrateurs des plages    Lutte contre le commerce des stupéfiants: Quatre dealers arrêtés et saisie de psychotropes et d'armes blanches    Un milliard d'euros pour Notre-Dame de Paris, combien pour les enfants du Yemen?    Football - Ligue 2: Une journée explosive    Affaire NCM-MCS: Le président Bennacer accuse Medouar de vengeance    LFP - Ligue 1: Les quatre dernières journées en plein mois de Ramadhan    Les marches se poursuivent: Les Algériens exigent des comptes    Nabni: Pour un système électoral anti-fraude en six mois    Ils revendiquent le droit au recrutement: Les chômeurs de Bethioua entament leur troisième semaine de protestation    Sonatrach augmente la production de carburants    Les tentatives ciblant la stabilité de l'Algérie ont néchoué et vont encore échouer    Fin de mission pour Mouad Bouchareb    La date sera fixée dimanche    Exposition « L'Afrique à la mode » jusqu'au 25 juillet à Alger    Libye.. Les combats continuent    Poutine rencontrera le président nord-coréen    Plus de 6.600 qx d'agrumes transformés en conserves    MARCHE DE L'EMPLOI : Plus de 8000 nouveaux postes créés à Oran    UGTA : Sidi Saïd dément sa démission    Pour éviter la déstabilisation, pour une sortie rapide de la crise politique en Algérie : sept (07) propositions    1,033 milliard m3 lâchés du barrage de Béni Haroun    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 03 - 2019

L'Algérie n'offre pas du gaz à la France. C'est ce qu'a réitéré hier l'expert en énergie, M. Mourad Preure. S'exprimant sur les ondes de la radio Chaîne III, l'invité de la rédaction a rassuré que «l'Algérie ne fournit pas son gaz gratuitement à la France. «On ne donne pas gratuitement le gaz, cela n'est pas possible». Il a tenu à expliquer qu'avant qu'un méthanier transportant le gaz quitte le port, il doit passer par la douane pour lui mettre un tampon.
Pour ce qui concerne les gazoducs qui relient Algérie avec l'Espagne et l'Italie, l'hôte de la radio a expliqué qu'«il y a des points de comptage», qui veut dire que « lorsqu'un bateau transportant du pétrole quitte l'Algérie, la Banque d' Algérie exige à ce que les recettes soient rapatriées dans un délai très court ». M. Preure a indiqué qu'il y a «une comptabilité matière au niveau de Sonatrach et on ne peut pas donner du gaz gratuitement. Il y a une traçabilité obligatoire». Dans le cas d'une rupture d'approvisionnement, l'invité de la rédaction a estimé que plusieurs fournisseurs vont se précipiter pour alimenter la France, à savoir les Etats-Unis, le Qatar et la Russie, qui représente 25% de l'approvisionnement gazier européen. La France produit 80% de son électricité à partir du nucléaire. Rappellent que l'Algérie a toujours rassuré ses partenaires dans les moments sensibles. Selon lui, le pays n'a pas connu de rupture d'approvisionnement durant la décennie noire, d'autant plus que nous avions 14.000 km de pipelines. «Nous avons réussi à maintenir le système gazier et pétrolier en fonctionnement, malgré les risques», a-t-il affirmé. La baisse de la production pétrolière en Algérie pose la question quant à la capacité du pays à honorer ses contrats à court et à long terme. A ce propos, M. Preure a indiqué que «les gisements ont besoins aujourd'hui de beaucoup d'efforts et de technologie pour retrouver leur rythme de production normale ». « Nous avons un potentiel indiscutable, mais pendant plus de 15 ans, le développement de l'amont a été ralenti, parce que nous avons touché plusieurs fois la réglementation, ce qui a entraîné une désaffection des compagnies pétrolières pour l'amont algérien », a-t-il souligné, indiquant que « pour toutes ces raisons, notre production traverse un trou d'air dû au manque d'investissement». M. Preure a indiqué que l'Algérie reste un partenaire stratégique en termes d'approvisionnement. Cependant, en 2010, l'Algérie représentait 16% de la demande gazière européenne, aujourd'hui elle représente 8% ». L'invité de la rédaction a évoqué les raisons et les risques de la baisse de la production pétrolière. «Notre part a enregistré une baisse en raison de la présence de concurrents très agressifs, notamment le gaz de schiste américain et le Qatar qui est un concurrent extrêmement agressif et les marchés asiatique se trouvent aujourd'hui concurrencé par l'Australie et l'est africain », a expliqué l'orateur. Il a cité l'exemple du Qatar qui dispose 77 millions tonnes de capacités de liquéfaction, qu'il va porter, grâce au projet Race Lafane 2, à 100 millions de tonnes, alors que l'Algérie ne dispose que de 24 millions de tonnes, mais le pays reste la source d'approvisionnement la plus proche des marchés européens. Interrogé sur les conséquences du mouvement populaire, l'expert a indiqué que certains pays pourraient profiter de la crise que traverse l'Algérie pour accaparer ses parts du marché, il a cité notamment le Qatar. Selon lui, «tout fléchissement de l'offre algérienne sera immédiatement compensée par des volumes concurrents».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.