Real Madrid: le constat sans appel de Casemiro    Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Marche populaire et grève générale hier à Seddouk    "Le retour à la planche à billets sera inévitable"    L'université se lance dans la lutte contre la corruption    Bilan des indemnisations des incendies des récoltes et des dégats causés par les intempéries    «Yetnahaw gaâ !» à la tunisienne    Redéploiement industriel de Gruau    Le risque d'un Brexit sans accord reste "très réel"    Sanchez demande aux électeurs "une majorité confortable"    Tliba met au défi ses collègues à l'APN    Moussa Benhamadi placé sous mandat de dépôt    DNCG : le nouveau gendarme du football algérien    Un tour puis s'en va pour le CSC    Le logo et la mascotte de la 19e édition dévoilés    La JSK pas encore sûre de recevoir à Tizi Ouzou    L'affaire Chenihi resurgit    Man City : Mahrez en Ligue des Champions, c'est du costaud !    Trois morts et cinq disparus parmi les harragas    Saisie de 16 128 comprimés de psychotropes au poste-frontière de Heddada    .sortir ...sortir ...sortir ...    Séminaire international sur la traduction, le théâtre et l'identité    Grand hommage aux victimes du 14 juillet 1953 à Paris    Participation de 15 pays    Dieu dans l'imaginaire de l'islam politique    Confessions de Tayeb Abdelli    L'Algérie parmi les quatre derniers    Alger fermée aux manifestants    Algérie : Le pacte de souveraineté    Mohamed Charfi se veut rassurant quant à la «sincérité» du scrutin    LA BEA appelée à la rescousse    Béchar : La surcharge des classes est un épineux problème    G5 Sahel : Les financements se font toujours attendre    Menace écologique sur le barrage de Taksebt    Incendies de forêt… acte prémédité ou phénomène saisonnier ? Démêler le vrai du faux    Béchar: Il perd la vie après avoir sauvé ses deux enfants de la noyade    Skikda: 10 ans de prison pour trafic de psychotropes    Alger: Rassemblement de solidarité avec les détenus    Inondations: La protection civile sensibilise    17e édition du Festival national d'astronomie populaire: «Sous un seul ciel» du 3 au 5 octobre    Tunisie: La fin d'une époque politique ?    Riyad ripostera-t-il aux attaques contre ses installations pétrolières?    Bourses: Les places mondiales prudentes en attendant la Fed    "Hélicoptère Draghi": La BCE ressort la sulfateuse à liquidités    LG: Technologie 8K au service des téléviseurs OLED & NANOCELL    Une nouvelle amnistie générale décretée    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Parution. L'Encyclopédie algérienne (édition 2019) : Un coffret fort intéressant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A propos de l'acheminement gratuit du gaz vers la France
Publié dans La Nouvelle République le 21 - 03 - 2019

L'Algérie n'offre pas du gaz à la France. C'est ce qu'a réitéré hier l'expert en énergie, M. Mourad Preure. S'exprimant sur les ondes de la radio Chaîne III, l'invité de la rédaction a rassuré que «l'Algérie ne fournit pas son gaz gratuitement à la France. «On ne donne pas gratuitement le gaz, cela n'est pas possible». Il a tenu à expliquer qu'avant qu'un méthanier transportant le gaz quitte le port, il doit passer par la douane pour lui mettre un tampon.
Pour ce qui concerne les gazoducs qui relient Algérie avec l'Espagne et l'Italie, l'hôte de la radio a expliqué qu'«il y a des points de comptage», qui veut dire que « lorsqu'un bateau transportant du pétrole quitte l'Algérie, la Banque d' Algérie exige à ce que les recettes soient rapatriées dans un délai très court ». M. Preure a indiqué qu'il y a «une comptabilité matière au niveau de Sonatrach et on ne peut pas donner du gaz gratuitement. Il y a une traçabilité obligatoire». Dans le cas d'une rupture d'approvisionnement, l'invité de la rédaction a estimé que plusieurs fournisseurs vont se précipiter pour alimenter la France, à savoir les Etats-Unis, le Qatar et la Russie, qui représente 25% de l'approvisionnement gazier européen. La France produit 80% de son électricité à partir du nucléaire. Rappellent que l'Algérie a toujours rassuré ses partenaires dans les moments sensibles. Selon lui, le pays n'a pas connu de rupture d'approvisionnement durant la décennie noire, d'autant plus que nous avions 14.000 km de pipelines. «Nous avons réussi à maintenir le système gazier et pétrolier en fonctionnement, malgré les risques», a-t-il affirmé. La baisse de la production pétrolière en Algérie pose la question quant à la capacité du pays à honorer ses contrats à court et à long terme. A ce propos, M. Preure a indiqué que «les gisements ont besoins aujourd'hui de beaucoup d'efforts et de technologie pour retrouver leur rythme de production normale ». « Nous avons un potentiel indiscutable, mais pendant plus de 15 ans, le développement de l'amont a été ralenti, parce que nous avons touché plusieurs fois la réglementation, ce qui a entraîné une désaffection des compagnies pétrolières pour l'amont algérien », a-t-il souligné, indiquant que « pour toutes ces raisons, notre production traverse un trou d'air dû au manque d'investissement». M. Preure a indiqué que l'Algérie reste un partenaire stratégique en termes d'approvisionnement. Cependant, en 2010, l'Algérie représentait 16% de la demande gazière européenne, aujourd'hui elle représente 8% ». L'invité de la rédaction a évoqué les raisons et les risques de la baisse de la production pétrolière. «Notre part a enregistré une baisse en raison de la présence de concurrents très agressifs, notamment le gaz de schiste américain et le Qatar qui est un concurrent extrêmement agressif et les marchés asiatique se trouvent aujourd'hui concurrencé par l'Australie et l'est africain », a expliqué l'orateur. Il a cité l'exemple du Qatar qui dispose 77 millions tonnes de capacités de liquéfaction, qu'il va porter, grâce au projet Race Lafane 2, à 100 millions de tonnes, alors que l'Algérie ne dispose que de 24 millions de tonnes, mais le pays reste la source d'approvisionnement la plus proche des marchés européens. Interrogé sur les conséquences du mouvement populaire, l'expert a indiqué que certains pays pourraient profiter de la crise que traverse l'Algérie pour accaparer ses parts du marché, il a cité notamment le Qatar. Selon lui, «tout fléchissement de l'offre algérienne sera immédiatement compensée par des volumes concurrents».

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.