Un des fondateurs du FIS dissous.. Abassi Madani, n'est plus    Le président de la Corée du Nord en Russie    Washington prépare le plan de paix pour la Palestine.. Le mutisme complice de pays musulmans    Libye: Des dirigeants africains demandent "l'arrêt immédiat" des combats    Libye: al Sarraj surpris que la France soutienne Haftar    TRIBUNAL DE SIDI M'HAMED : Les Kouninef placés sous mandat de dépôt    ORAN : 2000 logements AADL, distribués en juin prochain    Le PDG de Sonatrach est le frère du commissaire Hachichi    Bensalah limoge des walis    Des milliers manifestent à Annaba    L'argent pillé sera récupéré    SESSION EXTRAORDINAIRE DU CC DU FLN : L'élection d'un nouveau SG reportée    Mahrez veut quitter City    Quel Chabab pour la grande finale ?    L'Algérie 5e plus chère sélection africaine présente en Egypte    La Casbah pleure ses victimes dans le recueillement    130 comprimés psychotropes saisis    APRES AVOIR COMMIS NEUF VOLS CONSECUTIFS : Trois dangereux voleurs, sous les verrous à Mascara    MAISON D'ACCUEIL DES CANCEREUX : L'inauguration attendue au mois de Ramadhan    L'atteinte au patrimoine peut conduire à l'effacement de l'identité civilisationnelle    Le président de la Fédération dénonce la «passivité» du MJS dans l'organisation du Rallye Touareg    USM Alger : un leader aux pieds d'argile    Saisie d'armes à feu, d'une quantité de munitions et arrestation de trois personnes    L'AG élective début mai, dépôt de candidatures à partir de mardi    Semaine de la critique riche en premiers films    Deux dossiers de poursuites contre Chakib Khelil et ses complices transmis à la Cour suprême    Après Bouteflika, Gaïd-Salah : ces incorrigibles professionnels du « soutien »    "Libérez immédiatement M. Rebrab !"    Qui veut enflammer la Kabylie ?    Washington menace ses alliés    Avocats et étudiants ont battu le pavé    Mellal, en "président" populaire du MCO    Pour "la primauté du politique sur le militaire"    Importation: Une centaine de produits exclus du DAPS    Les étudiants toujours mobilisés    Ettrefehnâ !    Constantine - Un riche programme culturel pour le ramadhan    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    M. Desrocher : Etablir des partenariats avec l'Algérie, "une des priorités des USA"    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Utiliser "le leadership de la Russie" à l'Onu pour aider l'Afrique à se développer?    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    L'onda avoue son impuissance    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'étanchéité déjà défectueuse
Publié dans La Nouvelle République le 23 - 03 - 2019

L'assurance décennale relative à l'étanchéité lors de la réalisation d'immeubles d'habitations est connue, elle est obligatoire et signifie que pendant les 10 ans suivant la réception de l'immeuble, le constructeur s'engage à réparer l'étanchéité.
Dans ce cadre des règles techniques de réalisation et de contrôle du CTC sont à suivre et ne souffrent d'aucune exception, c'est la loi. Sauf dans le cas des immeubles de Bermadia, en face du pôle universitaire Ahmed Ben Bella. Ces immeubles attribués et occupés depuis seulement 2010, il y a à peine 8 ans, sont déjà des passoires et les infiltrations d'eau dues à l'étanchéité défectueuse a encore un impact négatif sur le reste des constructions. En fait, ces immeubles sont partis pour tomber en ruine rapidement, d'autant que les plaignants qui ont recouru à l'OPGI, ont appris deux choses auprès de l'office public qui était maître de l'ouvrage. D'abord que les constructeurs ne vont pas répondre à leurs obligations malgré la loi et l'assurance décennale et ensuite que les travaux doivent être menés par les résidents eux-mêmes ! Dans quel pays vivent ces gens ? Il n'y a pas de lois à respecter ni de questions à poser à ceux qui ont réceptionné ces immeubles où l'étanchéité était déjà en mauvais état ? Il y a eu plusieurs articles dans bon nombre de quotidiens sur cette situation depuis l'occupation de cette cité et pas seulement sur ce problème d'infiltration d'eau. En fait, toute cette cité a permis à beaucoup de personnes de se remplir les poches sans souscrire aux règles de construction. Mais qu'en est-il du contrôle en cours de réalisation et au moment de la réception ? Personne n'est responsable ? Là, il s'agit d'habitations et de familles qui n'ont parfois même pas de quoi s'alimenter convenablement mais qui forcés doivent dépenser, pour réparer l'étanchéité, parce que l'entrepreneur qui a construit l'immeuble refuse de se plier à la loi ! On peut comprendre cela si le problème provient des résidents et leur tendance à percer des trous n'importe comment, notamment pour fixer les antennes de télévision, mais quand la source est un vice de construction ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.