Ibrahimovic bientôt de retour à l'Inter Milan ?    DEPASSEMENTS DANS LA SOUSCRIPTION DES SIGNATURES : Les coordinateurs des Délégations instruits d'enquêter    SIDI BEL ABBES : Un mort et 7 blessés dans une collision    Une douzaine d'églises fermées à Tizi Ouzou    Zetchi : «Il y aura un France-Algérie dans un futur proche»    Convention entre le ministère de l'Agriculture et celui de l'Enseignement professionnels    Le Conseil de sécurité se réunit aujourd'hui    "La véritable révolution qui reste encore à faire est économique"    Le RAV4 se métamorphose    La nouvelle Golf 8 se précise    Saïd Boudour sous mandat de dépôt    Bouregâa : "Je refuse ma libération sans celle des autres détenus"    L'affaire MCA-USMA divise le BF    Mellal : "La JSK va se ressaisir"    Près de 150 participants attendus à Béchar    Les Verts à la croisée des chemins !    Gaïd Salah maintient le cap du 12 décembre    La rue gronde toujours    Les syndicats en renfort à Béjaïa    4 aliments à mettre dans votre assiette    Masque de gingembre pour accélérer la pousse des cheveux    L'espagnol Cepsa se retire de Medgaz    11e Fcims: La Suède, la Russie et le Japon sur la scène de l'Opéra d'Alger    La Canadienne Margaret Atwood et l'Anglo-Nigériane Bernardine Evaristo lauréates du Booker Prize    Joker va-t-il battre Batman ?    ...Sortir... Sortir ...Sortir    Dahmoun souligne la nécessité de la politique de prospective dans les secteurs vitaux    Micro-crédit : 67 % des bénéficiaires âgés de moins de 40 ans    Alors que 435 cas de méningite ont été diagnostiqués à l'est : Les services sanitaires rassurent    Quadruple crime à Sidi Lahcen (Sidi Bel Abbès) : Le présumé meurtrier se suicide    Des logements alimentés en énergie solaire    34ème marche du mardi: Les étudiants toujours au rendez-vous    Belmadi : «Notre but ultime reste la qualification en Coupe du monde 2022»    S'adressant aux tenants du pouvoir: Des personnalités appellent à «satisfaire les revendications du Hirak»    Université Sétif 2 : L'écrivain Mouna Srifak décroche le prix Katara Prize for Arabic Novel    Bordj-Bou-Arreridj (Irrigation): Une filiale du group IMETAL lance ses produits innovants    RUSSIE-ARABIE SAOUDITE: La Russie et l'Arabie Saoudite scellent leur rapprochement    L'OMC laisse Trump taxer les produits européens    Euro-2020: L'Angleterre demande une "enquête urgente" sur les cris racistes à Sofia    ROYAUME-UNI : La Reine Elizabeth II s'exprime sur le Brexit    Gestion d'actifs: L'investissement ESG s'épanouit dans les fonds infrastructures    Noureddine Bedoui au Conseil des ministres: Un remodelage de la sphère publique    L'heure de mettre en valeur la solidarité nationale et le partage du patriotisme    Accord de Trump avec la Chine et les "avancées" sur le Brexit: Les Bourses européennes pas convaincues    Ghardaïa: Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    5 gendarmes tués dans une attaque à Abarey    Le ministère de la Santé rassure    Martin Eden, une éducation amoureuse et politique sous le soleil noir de l'Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Toutânkhamon, le roi oublié
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 03 - 2019

Fils d'Akhenaton, le pharaon Toutânkhamon a régné de -1335 à -1326 avant J.C. Son histoire est racontée dans «Toutânkhamon, le trésor du pharaon», exposition ouverte hier, samedi, à Paris. Il s'appela d'abord Toutânkhaton, avant de changer de nom.
Il a été oublié pendant des millénaires, jusqu'à son nom, effacé dans la lignée des pharaons par ses successeurs. La malédiction de Toutânkhamon qui fait tant fantasmer, c'est surtout la sienne. Le pharaon, qui a régné de -1335 à -1326 avant J.C., est d'abord victime de la mauvaise image à son époque de son père, Akhenaton. Ce pharaon révolutionnaire, décrit comme étrange, voire «mystique» à la fin de sa vie, à tel point que sa femme Nefertiti, à la beauté légendaire, préféra aller vivre dans un autre palais, s'était mis à dos tout le clergé local en abolissant le culte de tous les dieux anciens, au profit d'un seul, Aton – d'où son fils nommé d'abord Toutânkhaton – qui incarne le disque solaire.
Une crise majeure. Les historiens relèvent que ce père tout-puissant et d'une radicalité inouïe a aussi bousculé – de manière positive – l'art égyptien immémorial : il refuse les canons de beauté traditionnels et impose d'être représenté avec réalisme, mâchoire presque chevaline et ventre à l'embonpoint bien visible. Il change aussi de capitale, passant de Thèbes (Louxor) à Amarna, plus au nord, le long du Nil.
Toutânkhamon accède au trône dans ce climat de division. Son nouveau nom symbolise la restauration des dieux anciens et du premier d'entre eux, Amon. On ignore si c'est vraiment lui ou les puissances qui l'entourent – religieuses, politiques, militaires – qui annule toutes les décisions de son père. Après sa mort, on l'élimine de la lignée, considérée comme salie. Il devient pour des siècles un fantôme, à l'abri dans son tombeau de la Vallée des rois.
Un sang congénital
Le jeune pharaon n'a pas été gâté par la nature. Des tests ADN récents ont montré qu'il est issu de l'union de son père et de l'une des sœurs de ce dernier, peut-être parce que Nefertiti n'avait donné au roi que des filles. Lui-même épouse une demi-soeur – pas du tout un tabou dans l'Égypte ancienne – qui lui donne deux bébés filles mortes nées. On retrouvera leurs momies et caveaux dans le tombeau royal. Affublé d'un sang congénital, d'un léger pied bot, le jeune roi a aussi souffert de paludisme, comme l'ont montré les équipes de Zahi Hawass, le grand spécialiste égyptien actuel.
Très affaibli, il meurt probablement à 19 ans des suites d'une chute de char. Après dix ans de règne, soit deux quinquennats, quand même. «On a pillé toutes les tombes sauf la sienne, parce que c'était l'enfant roi oublié. On ne l'a pas cherché pendant des millénaires. Et il a ressuscité», résume Dominique Farout, conseiller scientifique de l'exposition. « Il vit», c'est le dernier mot affiché en grand à la Villette. Il nous fait courir, en tout cas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.