Les universitaires haussent le ton    Tabbou fidèle à ses positions    Ould Abbès et Barkat dans le collimateur de la justice    Présidence : Mouvement partiel dans le corps des walis et des walis délégués    Transition politique : On avance à tatons    Exigence logique et sensée    Les travailleurs de Cevital ont marché à Béjaïa    Huawei lance le 2ème smartphone assemblé en Algérie    L'Algérie va connaître ses ambassadeurs au VivaTechnology    Avec Eataly : Les Galeries Lafayette visent une nouvelle attractivité    Révolution monétaire ? : 48 ans après la fin de Bretton Woods, l'or continue son come-back    Bulgarie : "Sans le Turkish Stream, les livraisons de gaz seraient remises en cause"    Soudan: La contestation suspend les discussions avec le Conseil militaire    Libye : Le chef de la diplomatie tunisienne évoque avec un responsable de l'ONU des alternatives de sortie de crise    Les armées des pays du lac Tchad intensifient leurs actions    Washington prêt à sanctionner ses alliés    Les rebelles disent frapper des cibles "stratégiques" en Arabie    Palestine: Soutien financier de la Ligue arabe face aux mesures de rétorsion d'Israël    Fédération algérienne de tir sportif : Abdrezzak Lazreg élu nouveau président    Belfodil dans l'équipe-type de la 30e journée    L'Algérie, cinquième plus chère sélection    41 athlètes algériens en stage    Amuniké sélectionneur de la Tanzanie : "Je n'ai peur d'aucune équipe"    Toujours déterminés    Une policière tuée dans son domicile    Effondrement d'un immeuble à la basse-Casbah : Ouverture d'une enquête après le décès de cinq (05) personnes    Ramadhan: Programme de sensibilisation pour la prévention des complications des maladies chroniques    "Seul l'avenir de l'Algérie nous importe"    Programme enfant    Hirak du 22 février: l'appel aux sociologues lancé    Rebrab placé sous mandat de dépôt    Une centaine de produits exclus du DAPS    Gaid Salah charge les boycotteurs    Pagaille au FLN    L'onda avoue son impuissance    Casbah (Alger).. La 25e opération de relogement en préparation    Msila.. Psychotropes saisis    Lutte pour le maintien.. Huit clubs pour trois places en enfer    Sri Lanka.. Daech revendique les attaques    72e festival du cinéma de Cannes.. Abou Leila en compétition à la Semaine de la critique    Festival d'Annaba du film méditerranéen.. La 4e édition reportée    MASCARA : Une femme arrêtée pour escroquerie    Salamé insiste sur le «processus politique de facilitation de l'ONU»    L'entraîneur Cavalli s'en lave les mains    Un documentaire en cours de réalisation    Barça : Repos forcé pour Rakitic    Les exclus cadenassent le siège de la daïra    …sortir…sortir…sortir…    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Toutânkhamon, le roi oublié
Publié dans La Nouvelle République le 24 - 03 - 2019

Fils d'Akhenaton, le pharaon Toutânkhamon a régné de -1335 à -1326 avant J.C. Son histoire est racontée dans «Toutânkhamon, le trésor du pharaon», exposition ouverte hier, samedi, à Paris. Il s'appela d'abord Toutânkhaton, avant de changer de nom.
Il a été oublié pendant des millénaires, jusqu'à son nom, effacé dans la lignée des pharaons par ses successeurs. La malédiction de Toutânkhamon qui fait tant fantasmer, c'est surtout la sienne. Le pharaon, qui a régné de -1335 à -1326 avant J.C., est d'abord victime de la mauvaise image à son époque de son père, Akhenaton. Ce pharaon révolutionnaire, décrit comme étrange, voire «mystique» à la fin de sa vie, à tel point que sa femme Nefertiti, à la beauté légendaire, préféra aller vivre dans un autre palais, s'était mis à dos tout le clergé local en abolissant le culte de tous les dieux anciens, au profit d'un seul, Aton – d'où son fils nommé d'abord Toutânkhaton – qui incarne le disque solaire.
Une crise majeure. Les historiens relèvent que ce père tout-puissant et d'une radicalité inouïe a aussi bousculé – de manière positive – l'art égyptien immémorial : il refuse les canons de beauté traditionnels et impose d'être représenté avec réalisme, mâchoire presque chevaline et ventre à l'embonpoint bien visible. Il change aussi de capitale, passant de Thèbes (Louxor) à Amarna, plus au nord, le long du Nil.
Toutânkhamon accède au trône dans ce climat de division. Son nouveau nom symbolise la restauration des dieux anciens et du premier d'entre eux, Amon. On ignore si c'est vraiment lui ou les puissances qui l'entourent – religieuses, politiques, militaires – qui annule toutes les décisions de son père. Après sa mort, on l'élimine de la lignée, considérée comme salie. Il devient pour des siècles un fantôme, à l'abri dans son tombeau de la Vallée des rois.
Un sang congénital
Le jeune pharaon n'a pas été gâté par la nature. Des tests ADN récents ont montré qu'il est issu de l'union de son père et de l'une des sœurs de ce dernier, peut-être parce que Nefertiti n'avait donné au roi que des filles. Lui-même épouse une demi-soeur – pas du tout un tabou dans l'Égypte ancienne – qui lui donne deux bébés filles mortes nées. On retrouvera leurs momies et caveaux dans le tombeau royal. Affublé d'un sang congénital, d'un léger pied bot, le jeune roi a aussi souffert de paludisme, comme l'ont montré les équipes de Zahi Hawass, le grand spécialiste égyptien actuel.
Très affaibli, il meurt probablement à 19 ans des suites d'une chute de char. Après dix ans de règne, soit deux quinquennats, quand même. «On a pillé toutes les tombes sauf la sienne, parce que c'était l'enfant roi oublié. On ne l'a pas cherché pendant des millénaires. Et il a ressuscité», résume Dominique Farout, conseiller scientifique de l'exposition. « Il vit», c'est le dernier mot affiché en grand à la Villette. Il nous fait courir, en tout cas.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.