Marche des travailleurs de Cevital à Bouira : « Libérez Rebrab, non à une justice instrumentalisé »    L'IRB Kheneg accède en Interrégions    Les Algériens pour une bonne moisson et des points olympiques    Les frères Kouninef sous mandat de dépôt    La communauté internationale face à ses «responsabilités»    "Il faut commencer par juger les véritables criminels"    L'opposition dénonce l'immixtion de l'armée dans la politique    Avantage aux Béjaouis, mais…    Le Chabab passe en finale    Le tournant    La JSK appelle à une marche de soutien à Issad Rebrab    Trois nouvelles plages proposées à l'ouverture    L'exécutif planche sur la saison estivale    Recul du taux d'analphabétisme    Protestation contre le directeur des transports    Parkours de Fatma-Zohra Zamoum présenté en avant-première à Alger    Le long-métrage Abou Leila en compétition à la «Semaine de la critique»    Benhadid : «La solution est politique»    L'Association des professionnels accentue la pression sur l'armée : Les Soudanais menacent de paralyser le pays    Affaire Rebrab: L'ambassade de France dément toute demande de renseignements    Nouvelle aérogare: Les travaux du parking à étages et la tour de contrôle achevés    Chlef: Plus de 58.000 candidats aux examens de fin d'année    Les locaux commerciaux pour les jeunes au menu    Sûreté de wilaya: Plus de 3.000 permis de conduire retirés en trois mois    Le porte-parole du gouvernement: «La justice est au-dessus de tous»    Le FFS dénonce une «démarche autoritaire»    KABYLIE 2001 : «HIRAK», SAISON I    Le pouvoir, ses manipulations et ses échecs catastrophiques (pour l'Algérie)    Abdelaziz Rahabi à la Radio chaîne III: "La transition porte tous les risques de ne pas aboutir"    L'entraîneur du Kenya compte sur son collectif    Van de Beek, ça coûte cher    Relations russo/nord-coréennes: De nouveaux détails sur la prochaine rencontre Poutine-Kim    Libye: Al-Sarraj dénonce le soutien "non proportionné" de la France à Haftar    Comment l'URSS a construit un "tueur de sous-marins"    Ali Baba et les 40 voleurs    Un terroriste abattu dans la région du Kef    La guerre de l'espace a-t-elle commencé?    Le prix du baril pourrait flamber    Tipasa : La commune de Tipasa maintient le nouveau plan de circulation "modifié" jusqu'à la fin l'été    Le temps des décomptes    Des pays africains exportateurs de pétrole et de gaz en 2022    Bourses : Les actions européennes se sont dégagées par le haut d'une séance terne    Décès : L'ancien fondateur du FIS Abassi Madani tire sa révérence    Comment sécuriser nos musées!    Houston rend hommage au cinéma palestinien    De Ala Eddine Slim à Robert Rodriguez, via... Zahra!    "Laissez la justice faire son travail"    Festival d'Annaba du film méditerranéen : de la 4e édition au mois d'octobre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benmihoub recommande d'aller vers la transition avant le 28 avril
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 03 - 2019

Pour éviter le scénario d'un chaos irréversible sur l'économie et les finances du pays, en ces temps de crise et de mécontentement populaire, l'économiste et professeur Mohamed Chérif Benmihoub a appelé à l'urgence d'agir et d'accélérer la cadence pour passer à la vitesse supérieure et amorcer «la période de transition politique la plus courte possible». Pour ne pas se retrouver dans l'impasse, Benmihoub estime qu' il faut réfléchir à la maturation du projet du peuple et constituer les parties à mener la transition «en utilisant les ressources de la Constitution quitte à revoir cette dernière plus tard».
Une solution évidente pour la crise politique aiguë que traverse le pays depuis plus d'un mois, alors que la fin du mandat du Président-sortant Abdelaziz Bouteflika s'achève le 28 avril prochain. Dans l'opacité totale et dans l'indécision et l'absence d'une approche claire de l'avenir politique du pays, les intellectuels devraient encadrer ce mouvement afin de parvenir à dégager des représentants du peuple pour aller vers la transition politique et répondre aux revendications populaires en évitant d'aggraver la situation. Dans son intervention sur les ondes de la radio nationale Chaîne III, l'analyste a averti des répercussions désastreuses de cette situation agoniste sur l'économie et les finances du pays, en souffrance déjà depuis quelques années.
Après 5 semaines de manifestations, certes pacifiques, mais face au mutisme du pouvoir en place, il est impératif et urgent de réfléchir aux solutions. L'objectif de l'Algérien présentement est de courir contre le temps qui lui est compté avant de se retrouver face à un vide constitutionnel imminent engendrant, probablement, une situation de chaos. Un scénario qu'appréhendent, également, les investisseurs qui pourront du jour au lendemain se confronter à un vide institutionnel et un gouffre financier sans précédent. En réaction aux appels à la grève générale de trois jours à compter d'aujourd'hui, lancés par des anonymes via les réseaux sociaux visant à paralyser les secteurs stratégiques liés à l'exploitation de sites énergétiques, M. Benmihoub estime qu'«il faut procéder à des actes réfléchis qui ne devraient pas nuire à l'économie nationale». Il conseille, par ailleurs, de prendre en urgence des mesures de sauvegarde sur les réserves de change, en les plaçant sous la supervision d'un comité ad-hoc et non pas « entre les seules mains de la Banque d'Algérie», pour éviter de les voir «s'évaporer en partie».
M. Benmihoub sensibilise sur l'importance d'interpréter le civisme dans tous ses volets y compris ceux de la préservation des intérêts du pays. Bien que l'économiste reconnaît la légitimité des revendications populaires, mais il avertit «qu'en cas d'ajournement de l'organisation de la transition politique, le pays se dirigerait vers un désastre total». «Nous risquons d'aller vers le chaos», a-t-il souligné. Les conditions socio-économiques précaires des Algériens, les ont motivé à convertir leur colère en grogne populaire, «maturée une crise politique aiguë».
Sans oublier, la conjoncture économique et financière du pays en crise depuis plusieurs années, due à la mauvaise gouvernance des caisses de l'Etat par la Banque d'Algérie et la mauvaise gestion des comptes du Trésor public devenu en quelques mois déficitaires incapable de couvrir les dépenses publiques. «Il est en dégradation en raison de l'actionnement de la planche à billets qui a produit, à ce jour, 6.500 milliards de dinars, alors que les banques se trouvent en surliquidités», ce qui constitue un paradoxe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.