PLF 2020: la Commission des finances et du budget de l'APN examine les amendements proposés    Juventus : Ronaldo ne sera pas sanctionné    Para-athlétisme/Mondial-2019 (Lancer du poids F32): Mounia Gasmi décroche le bronze    Les programmes de logements réalisés par des entreprises algériennes    L'Algérie souhaite installer une industrie locale des énergies renouvelables    Sit-in des professeurs d'enseignement primaire à Alger    Procès en cours de 42 militants du Hirak (Vidéo)    JUSTICE : Vers le recrutement de 274 magistrats    CORRUPTION : Le procès d'Ouyahia, Sellal et 3 ex-ministres fin novembre !    Crimes contre les civils sahraouis: l'Association des juristes démocrates condamne    De fortes pluies continueront d'affecter plusieurs wilayas de l'Est    RECEPTIONNES EN 2013 : 120 logements sociaux non encore attribués à El-Kerma    De nouvelles élections dans un climat crispé    Marche contre l'islamophobie à Paris    La filière de l'Europe de l'Est se prépare    L'offensive de Benmessaoud    Est-ce le déclic pour la JSMB ?    "Le pouvoir est pris de panique"    Un budget 2020 déséquilibré    La communauté internationale appelée à faire pression sur le Maroc pour éliminer son «mur de la honte»    4 morts et 2 blessés à Djelfa    Hassen Ferhani présente "La reine du Sahara" à Alger    Une fatwa ratée pour une reine répudiée    Timide présence du livre algérien en l'absence de ses éditeurs    ACTUCULT    Liban: des milliers de manifestants dans la rue    Festival de danse contemporaine: prestations diverses sur "la recherche et la compréhension de soi"    Transport maritime : Report et annulation de plusieurs rotations vers Marseille    Tunisie : Ghannouchi et les islamistes veulent la présidence de l'Assemblée    Benlamri offre la qualification à Al Shabab Essaoudi    Les Prix du concours de récitation du Coran et des Hadiths remis vendredi    Benflis s'engage à satisfaire les demandes du Hirak    Ligue 2: Du retour du RCR à la déception du WAT    Présidentielle: Une campagne électorale pas comme les autres    Lancement hier de la vaccination contre la grippe saisonnière: Plus de 60.000 doses et plus de 200 médecins et infirmiers mobilisés     Constantine - Caravane de sensibilisation sur les dangers du monoxyde de carbone    Bouira - Collision sur l'autoroute : 3 blessés    Algérie-Zambie et Algérie Botswana : Liste des 23 joueurs convoqués    Ligue 1 (10e journée) : Le CRB chute à Constantine, l'ESS et le CABBA renouent avec la victoire    Bouira: 70 exposants participent à la foire locale de l'artisanat traditionnel    CAF Awards 2019 : Dix Algériens parmi les nominés pour le Onze-type de l'année    Jeunes porteurs de projets économiques: Le ministère de Travail annonce une bonne nouvelle    Présidentielle du 12 décembre prochain: Benflis prévoit des réformes politiques, économiques et sociales dans son programme électoral    Le porte-parole du candidat à la présidentielle, Abdelaziz Belaid Il est venu le temps de remplacer la légitimité révolutionnaire par la légitimité ...    Présentation du projet de loi modifiant le Code de procédure pénale: Zeghmati dévoile les grandes lignes du plan judiciaire    Morales lance un appel au dialogue    Parution : "Medghacen, histoires secrètes", regards croisés sur le plus ancien mausolée royal    24e SILA: L'édition africaine commune "très faible"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Benmihoub recommande d'aller vers la transition avant le 28 avril
Publié dans La Nouvelle République le 25 - 03 - 2019

Pour éviter le scénario d'un chaos irréversible sur l'économie et les finances du pays, en ces temps de crise et de mécontentement populaire, l'économiste et professeur Mohamed Chérif Benmihoub a appelé à l'urgence d'agir et d'accélérer la cadence pour passer à la vitesse supérieure et amorcer «la période de transition politique la plus courte possible». Pour ne pas se retrouver dans l'impasse, Benmihoub estime qu' il faut réfléchir à la maturation du projet du peuple et constituer les parties à mener la transition «en utilisant les ressources de la Constitution quitte à revoir cette dernière plus tard».
Une solution évidente pour la crise politique aiguë que traverse le pays depuis plus d'un mois, alors que la fin du mandat du Président-sortant Abdelaziz Bouteflika s'achève le 28 avril prochain. Dans l'opacité totale et dans l'indécision et l'absence d'une approche claire de l'avenir politique du pays, les intellectuels devraient encadrer ce mouvement afin de parvenir à dégager des représentants du peuple pour aller vers la transition politique et répondre aux revendications populaires en évitant d'aggraver la situation. Dans son intervention sur les ondes de la radio nationale Chaîne III, l'analyste a averti des répercussions désastreuses de cette situation agoniste sur l'économie et les finances du pays, en souffrance déjà depuis quelques années.
Après 5 semaines de manifestations, certes pacifiques, mais face au mutisme du pouvoir en place, il est impératif et urgent de réfléchir aux solutions. L'objectif de l'Algérien présentement est de courir contre le temps qui lui est compté avant de se retrouver face à un vide constitutionnel imminent engendrant, probablement, une situation de chaos. Un scénario qu'appréhendent, également, les investisseurs qui pourront du jour au lendemain se confronter à un vide institutionnel et un gouffre financier sans précédent. En réaction aux appels à la grève générale de trois jours à compter d'aujourd'hui, lancés par des anonymes via les réseaux sociaux visant à paralyser les secteurs stratégiques liés à l'exploitation de sites énergétiques, M. Benmihoub estime qu'«il faut procéder à des actes réfléchis qui ne devraient pas nuire à l'économie nationale». Il conseille, par ailleurs, de prendre en urgence des mesures de sauvegarde sur les réserves de change, en les plaçant sous la supervision d'un comité ad-hoc et non pas « entre les seules mains de la Banque d'Algérie», pour éviter de les voir «s'évaporer en partie».
M. Benmihoub sensibilise sur l'importance d'interpréter le civisme dans tous ses volets y compris ceux de la préservation des intérêts du pays. Bien que l'économiste reconnaît la légitimité des revendications populaires, mais il avertit «qu'en cas d'ajournement de l'organisation de la transition politique, le pays se dirigerait vers un désastre total». «Nous risquons d'aller vers le chaos», a-t-il souligné. Les conditions socio-économiques précaires des Algériens, les ont motivé à convertir leur colère en grogne populaire, «maturée une crise politique aiguë».
Sans oublier, la conjoncture économique et financière du pays en crise depuis plusieurs années, due à la mauvaise gouvernance des caisses de l'Etat par la Banque d'Algérie et la mauvaise gestion des comptes du Trésor public devenu en quelques mois déficitaires incapable de couvrir les dépenses publiques. «Il est en dégradation en raison de l'actionnement de la planche à billets qui a produit, à ce jour, 6.500 milliards de dinars, alors que les banques se trouvent en surliquidités», ce qui constitue un paradoxe.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.