3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le ministère du Commerce impuissant face aux spéculateurs
Publié dans La Nouvelle République le 06 - 05 - 2019

Aucune décision ni mesure décrétée par le ministère du Commerce à la veille du mois de ramadhan n'est dûment appliquée et n'arrive à guider le consommateur dans son choix, étant donné que les prix voltigent sans aucune référence. Au premier jour du mois de ramadhan, les prix des fruits et légumes sur les étalages sont toujours à la hausse atteignant des seuils supérieurs comparés aux prix d'il y a quelques jours.
Des tomates exposées à 160 dinar/kg, de l'oignon à 75 dinar/kg, la carotte à 90 dinar/kg et des courgettes à 130 dinar/kg… Ce qui dit long de l'impuissance des pouvoir publics à faire respecter leur décision du plafonnement des prix de cette catégorie de produit. En absence de régularité et de contrôle, le commerçants profite de ce vide et impose ses prix. La première victime est le consommateur, notamment, celui mal lotis. Conscient de la situation et des répercussions d'une telle fluctuation des prix à la consommation des fruits et légumes frais sur l'acheteur, le ministre de la tutelle Said Djellab appelle à concerter tous les efforts afin de réduire ou la bulle spéculative, trop souvent mal connue ou comprise du grand public. Lors de son intervention sur les ondes de la radio nationale, Chaine III, le ministre a affirmé la volonté de son département à mettre à exécution les dernières décisions et mesures échafaudées dans l'objectif de maintenir un certain équilibre et stabilité des prix de produits de large consommation. Ce qui obligerait les vendeurs à respecter la valeur des produits et des éléments qui en déterminent son prix. Pour barrer la route aux spéculateurs, le ministre du Commerce s'est dit engagé à tenir ses promesses afin de protéger le pouvoir d'achat des algériens. Une réponse spontanée, mais également expéditive, adoptée occasionnellement à cette occasion depuis des années. Pour le ministre, l'unique responsable de l'envolée des prix sur le marché est « les commerçants qui saisissent cette occasion pour avancer des prix spéculatifs », faisant ainsi allusion à « ceux écoulant des légumes et des fruits, par la faiblesse du nombre de marchés, anarchiques et désorganisés ». Pour corriger cette situation, le ministre préconise la multiplication par dix des marchés de proximités afin d'assurer la disponibilité des produits et permettre aux consommateurs plus de choix. D'ailleurs pour couvrir ce déficit, « un projet de création de 587 « aswaks » et marchés de proximité couverts, qui porteront le nombre d'espaces de vente à plus de 1.300, pour couvrir les besoins de la population et dégager quelque 13.000 emplois sera lancé prochainement », a-t-il rassuré. D'autre part et de ce qui est de respect des dispositions arrêtées en prévision du mois sacré, Said Djellab, a énuméré lors de son intervention, les différentes mesures approuvées par son département visant, à assurer le bon approvisionnement du marché et le strict contrôle des prix. « Ceci devrait se faire en coordination avec les services du ministère de l'Intérieur et celui de l'agriculture, en concertation avec des associations d'agriculteurs, de mandataires, de commerçants et de défense des consommateurs » a-t-il rappelé. L'invité de la rédaction de la chaine III a salué les efforts de ses services qui ont déjà commencé à l'application des dernières dispositions, citant à cet effet, le déstockage d'un ensemble de produits sur lesquels il y a une forte demande constitués par les légumes, les viandes et les fruits secs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.