3 candidats pour le poste de SG du FLN    Le journaliste Sofiane Merakchi quitte la prison    Le Maroc construit une base militaire à 1 kilomètre de la frontière avec l'Algérie    Covid19: commercialisation de masques à un prix ne dépassant pas 30 DA    PLFC 2020: mobiliser tous les moyens pour couvrir les dépenses supplémentaires    L'UA attachée au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Afrique-Covid19: l'ONU appelle au respect des pratiques démocratiques    Foot/Enregistrement sonore: la Fifa n'aura pas à s'impliquer directement    Le Général-major Said Chanegriha présidera mercredi un colloque sur le Covid-19    ASL AIRLINES FRANCE : Programmation de 5 vols vers Paris à partir d'Alger    DURANT LES DEUX JOURS DE L'AID EL FITR : Rezig confirme : ‘'la permanence respectée à 99,44%''    APOCE : Le prix du masque ne doit pas dépasser 15 DA    TRIBUNAL DE BOUMERDES : Le procès d'Abdelghani Hamel reporté au 2 juin    BOUMERDES : Distribution de 100 000 masques médicaux    Le Parlement de Navarre appelle à la libération immédiate des prisonniers politiques sahraouis    AIN TEMOUCHENT : 301 contraventions pour non-respect du confinement    Corruption: report au 2 juin du procès d'Abdelghani Hamel et de son fils    Le ministre des Finances présente le PLFC 2020 devant l'APN    Covid19: 194 nouveaux cas, 171 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    Foot/Révision des statuts et règlements: les travaux des sous-commissions "avancent bien"    Mohamed Bouhamidi: des ONG internationales tentent d'orienter le Hirak pour aboutir à une situation de chaos en Algérie    Création de l'Union africaine des sports de boules    Les 76 centres de torture de Mascara: témoins de la politique inhumaine du colonialisme français    Lounis Ait Menguellet célèbre la Journée de l'Afrique avec des artistes du monde entier    ES Sétif : Des contentieux en suspens…    Report de la CAN-2021 : Le Cameroun tranchera en septembre    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    La piste Zeghba se dessine    Territoires : Non Autonomes L'Eucoco rappelle le droit des peuples à l'autodétermination    Le patron de l'AIE se dit optimiste    Sonatrach bousculée en Europe    "Le texte empile contradictions et ambiguïtés"    "La santé du citoyen est notre préoccupation majeure"    Le Sahel s'enfonce dans la crise sécuritaire    Le PPE fustige la politique de la Commission européenne    "La crise sanitaire nous pousse à réfléchir sur la finalité de notre existence"    "Songs for freedom"    "Le bilan de l'Académie de tamazight est nul"    Covid-19: L'OMS suspend les essais cliniques avec l'hydroxychloroquine "par sécurité"    Le ministre de la Santé: Le déconfinement, une mesure «indispensable»    Aïd El Fitr et Covid-19: Confusion et incompréhension    Tlemcen: Plus de 280 pochettes de sang collectées    SEUL UN VACCIN    Un e-Aïd inédit !    Tébessa: Youkous, un site naturel à valoriser    Une reprise graduelle et prudente    'l'automobile est trés complexe et tout est une question de compétitivité'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déstabilisations cycliques
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 05 - 2019

A peine 200.000 tonnes de niveau de production d'acier liquide atteint pour un objectif fixé à 1,1 million tonnes/an planifié pour l'année 2019 et une tentative de suicide du haut du Laminoir à Chaud d'un jeune recruté sous contrat de travail à durée déterminée. Selon ses camarades il aurait été menacé de licenciement pour mauvais comportement.
Cette tentative intervient alors que circule depuis quelques jours, la rumeur indiquant le départ pour fin de fonctions de Khair-Eddine Maatalah directeur général de l'entreprise Complexe Sider El Hadjar (CSEH) au capital 100% algérien. Rumeur démentie par l'intéressé lui-même et par son employeur Lakhdar Aouchiche le P-dg du groupe Sider qui compte une dizaine d'entreprises publiques. Hormis le CSEH constamment soumis à des perturbations, elles sont toutes concernées, de près ou de loin, par la production et la commercialisation des produits sidérurgiques. En fait, cette rumeur et ces perturbations devenues presque mensuelles auxquelles est confronté en permanence le CSEH employant plus de 5.000 salariés, sont dues à un enchaînement de nombreux facteurs. Dans le lot des plus importants, les grèves déclenchées par les travailleurs pour l'amélioration de leur situation socio-professionnelle. Il y a également des mouvements de déstabilisations cycliques à l'image du tout récent provoqué sous la forme d'un sit-in. Il a été observé par quelques travailleurs devant le siège de la DG. Il répond à l'appel du syndicat de l'entreprise. Ce dernier aurait réagi à l'information portant sur une demande du P-dg du Groupe des Industries Métallurgiques et Sidérurgiques IMITAL. Contacté, le P-dg du groupe Sider Lakhdar Aouchiche a catégoriquement démenti cette information. «Le DG du CSEH est toujours à son poste de travail. Nous produisons du fer et de l'acier et notre préoccupation première est d'augmenter la production pour atteindre les objectifs fixés en ce sens. Et ce n'est pas ce type de mouvement basé sur le faux qui érodera notre volonté d'y arriver». Il reste tout de même que les multiples arrêts de production indépendantes de la volonté des dirigeants sidérurgistes, posent problèmes. Il y a eu d'abord les conséquences des inondations générées par les fortes pluies des 26 et 27 janvier 2019. Elles ont entraîné la dégradation de plusieurs équipements dont le Haut-Fourneau N° 2. Leur réhabilitation est intervenue plusieurs jours après. Il y a eu ensuite la rupture des stocks de minerai de fer en provenance d'Ouenza et Boukhadra (Tébessa). Elle a duré 44 jours pour prendre fin avec des négociations. Elles ont réuni les représentants des travailleurs des mines et les responsables de Ferphos et ceux du groupe Sider menés par son P-dg Lakhdar Aouchiche et le DG du complexe Sider. Ont suivi les déraillements de wagons de minerai sur la voie ferrée Bouchegouf /El Hadjar ; Ils sont devenus une véritable hantise pour les gestionnaires du complexe car il s'agit de la seule voie ferrée existante pour l'approvisionnement en minerai du complexe. Bien que saisi depuis plusieurs mois, le wali de Souk-Ahras et le directeur général de la Société Nationale des Transports Ferroviaires (SNTF) n'ont jamais réagi. Ces derniers temps, avec les fortes pluies qui n'ont pas cessé, la dégradation de cette ligne ferroviaire stratégique pour l'approvisionnement en minerai de fer du Haut-Fourneau, s'est accentuée avec de grands retards. Ce qui, faute de minerai, se répercute négativement sur le niveau de production des équipes du CSEH. «Si cette situation perdure malgré les alertes lancées par notre Direction générale, cela laisse supposer qu'elle est préméditée par ceux menés par un député qui, les précédentes années, a été derrière l'instabilité de nos activités. Trop c'est trop ! Il faut que cela cesse à défaut de quoi, nous allons être contraints de réagir pour sauver notre complexe. Les auteurs de cette instabilité de nos activités sont connus. Il est indispensable que les plus hautes autorités interviennent pour y mettre un terme», affirme un des syndicalistes contacté téléphoniquement. Rappelons que le même député avait lancé, via certains titres de presse qui lui sont totalement acquis, une véritable campagne de dénigrement contre Khair Eddine Maatalah qu'il a accusé de tous les maux. En arrière fonds, les contrats juteux dans divers travaux importants à réaliser au complexe au titre de l'opération (inachevée à ce jour) de réhabilitation évaluée à 900 millions de dollars à débourser par le Trésor public national.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.