Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Les travailleurs du groupe de médias « Temps nouveau » d'Ali Haddad protestent devant la maison de la presse Tahar Djaout    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    L'UGTA n'a pas obtenu d'autorisation    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    Les Harambee Stars depuis hier au Caire    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi revient chez les Crabes    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    "La transition politique est une nécessité"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Nouvelles d'Oran    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Début des inscriptions le 20 juillet    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Manifestation «Tlemcen, capitale de la culture islamique 2011» : Le chapiteau de tous les scandales    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Déstabilisations cycliques
Publié dans La Nouvelle République le 19 - 05 - 2019

A peine 200.000 tonnes de niveau de production d'acier liquide atteint pour un objectif fixé à 1,1 million tonnes/an planifié pour l'année 2019 et une tentative de suicide du haut du Laminoir à Chaud d'un jeune recruté sous contrat de travail à durée déterminée. Selon ses camarades il aurait été menacé de licenciement pour mauvais comportement.
Cette tentative intervient alors que circule depuis quelques jours, la rumeur indiquant le départ pour fin de fonctions de Khair-Eddine Maatalah directeur général de l'entreprise Complexe Sider El Hadjar (CSEH) au capital 100% algérien. Rumeur démentie par l'intéressé lui-même et par son employeur Lakhdar Aouchiche le P-dg du groupe Sider qui compte une dizaine d'entreprises publiques. Hormis le CSEH constamment soumis à des perturbations, elles sont toutes concernées, de près ou de loin, par la production et la commercialisation des produits sidérurgiques. En fait, cette rumeur et ces perturbations devenues presque mensuelles auxquelles est confronté en permanence le CSEH employant plus de 5.000 salariés, sont dues à un enchaînement de nombreux facteurs. Dans le lot des plus importants, les grèves déclenchées par les travailleurs pour l'amélioration de leur situation socio-professionnelle. Il y a également des mouvements de déstabilisations cycliques à l'image du tout récent provoqué sous la forme d'un sit-in. Il a été observé par quelques travailleurs devant le siège de la DG. Il répond à l'appel du syndicat de l'entreprise. Ce dernier aurait réagi à l'information portant sur une demande du P-dg du Groupe des Industries Métallurgiques et Sidérurgiques IMITAL. Contacté, le P-dg du groupe Sider Lakhdar Aouchiche a catégoriquement démenti cette information. «Le DG du CSEH est toujours à son poste de travail. Nous produisons du fer et de l'acier et notre préoccupation première est d'augmenter la production pour atteindre les objectifs fixés en ce sens. Et ce n'est pas ce type de mouvement basé sur le faux qui érodera notre volonté d'y arriver». Il reste tout de même que les multiples arrêts de production indépendantes de la volonté des dirigeants sidérurgistes, posent problèmes. Il y a eu d'abord les conséquences des inondations générées par les fortes pluies des 26 et 27 janvier 2019. Elles ont entraîné la dégradation de plusieurs équipements dont le Haut-Fourneau N° 2. Leur réhabilitation est intervenue plusieurs jours après. Il y a eu ensuite la rupture des stocks de minerai de fer en provenance d'Ouenza et Boukhadra (Tébessa). Elle a duré 44 jours pour prendre fin avec des négociations. Elles ont réuni les représentants des travailleurs des mines et les responsables de Ferphos et ceux du groupe Sider menés par son P-dg Lakhdar Aouchiche et le DG du complexe Sider. Ont suivi les déraillements de wagons de minerai sur la voie ferrée Bouchegouf /El Hadjar ; Ils sont devenus une véritable hantise pour les gestionnaires du complexe car il s'agit de la seule voie ferrée existante pour l'approvisionnement en minerai du complexe. Bien que saisi depuis plusieurs mois, le wali de Souk-Ahras et le directeur général de la Société Nationale des Transports Ferroviaires (SNTF) n'ont jamais réagi. Ces derniers temps, avec les fortes pluies qui n'ont pas cessé, la dégradation de cette ligne ferroviaire stratégique pour l'approvisionnement en minerai de fer du Haut-Fourneau, s'est accentuée avec de grands retards. Ce qui, faute de minerai, se répercute négativement sur le niveau de production des équipes du CSEH. «Si cette situation perdure malgré les alertes lancées par notre Direction générale, cela laisse supposer qu'elle est préméditée par ceux menés par un député qui, les précédentes années, a été derrière l'instabilité de nos activités. Trop c'est trop ! Il faut que cela cesse à défaut de quoi, nous allons être contraints de réagir pour sauver notre complexe. Les auteurs de cette instabilité de nos activités sont connus. Il est indispensable que les plus hautes autorités interviennent pour y mettre un terme», affirme un des syndicalistes contacté téléphoniquement. Rappelons que le même député avait lancé, via certains titres de presse qui lui sont totalement acquis, une véritable campagne de dénigrement contre Khair Eddine Maatalah qu'il a accusé de tous les maux. En arrière fonds, les contrats juteux dans divers travaux importants à réaliser au complexe au titre de l'opération (inachevée à ce jour) de réhabilitation évaluée à 900 millions de dollars à débourser par le Trésor public national.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.