L'art de la confusion.    Après la découverte d'une bombe à M'chedallah, les villageois réclament la sécurité    Emeutes à Si Mustapha (Boumerdès) : la population se révolte en signe de soutien au président d'APC    Dans les coulisses de : Naïma Salhi «chassée» de Naciria et de Chabet ElAmeur    Mouvement au sein des chefs de sûreté de wilaya    Ouverture demain du Salon international des dattes    Exploitation des mines d'or dans le Sud : les discussions avec les partenaires étrangers avancent    Turquie 9 morts et 86 blessés dans un accident de train à Ankara    Défi de survie pour le mouvement des «gilets jaunes»    Natation : Sahnoune éliminé sur 50 mètres en Chine    CNAS : tenter de réduire les accidents du travail    Ouadhias (Tizi Ouzou) : Deux voleurs de batteries de relais téléphoniques identifiés par la police    Soins des Algériens en France : Y a-t-il un changement ?    Yacine Mahideb. Poète : Des mots pour panser des blessures    Issiakhem : Il aurait sans doute ri !    Issiakhem de A à Z    La menace terroriste plane à nouveau sur la France    Bouira : Le DJS sur la sellette !    Tournoi de beach-volley demain et dimanche à Oran    Sidi-Saïd prend de vitesse ses détracteurs    L'auto-satisfecit algérien    Le FLN part en favori    Une bonbonne de gaz explose dans un restaurant mobile    Gâteau aux raisins secs    «Tôt ou tard, le tarif de l'électricité doit être revu»    Trio malien pour JS Saoura-IR Tanger    Votre week-end sportif    La revanche des riches    Déclaration de politique générale du gouvernement: Ouyahia dément tout empêchement de la présidence    Démission du SG et menaces du RCK: La FAF et la LFP retombent dans leurs travers    Un individu sous les verrous: Chantage sur le Net    Aïn El Turck: Cinq femmes tuées par le monoxyde de carbone    10 familles d'El Djebass relogées    Division nationale amateur - Ouest: Le dauphin à l'assaut du leader    Défaitisme    Bouchareb ne va pas durer longtemps    L'histoire à méditer    Coup d'envoi de la première rencontre culturelle «Voix de femmes»    Une ville au passé révolutionnaire    Réminiscences de mots à l'Espaco    Répression meurtrière à la suite de manifestations de l'opposition    Brexit : Theresa May à la peine dans son tour d'Europe pour obtenir des concessions    Commerce : Engagement de l'Algérie dans tout projet pour le développement de l'Afrique    Chine et Etats-Unis … les "nouveaux rivaux"    Inter Partner Assistance Algérie fête ses dix ans en triplant son capital social : Le meilleur est à venir    Mondial des clubs: Vers une finale River Plate-Real Madrid    Hydrocarbures : Sonatrach et la compagnie russe Transneft signent deux contrats    Un monument à Soljenitsyne inauguré à Moscou le jourde son centenaire    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La production du fer et de l'acier relancée
Publié dans La Nouvelle République le 18 - 11 - 2018

Après plusieurs jours d'arrêt technique programmé, la zone chaude principale source d'approvisionnement en matière première du Haut fourneau du complexe sidérurgique El Hadjar reprendra normalement ses activités.
Cette tendance positive à l'accalmie est consolidée par la bonne ambiance socio-professionnelle qui prévaut dans l'ensemble des secteurs d'activités au complexe sidérurgique El Hadjar depuis la mise à l'écart des membres de l'ancien Conseil syndical. Ils avaient été poussés à la porte de sortie par la direction générale appuyée par plus de 5.300 salariés. Poussés aussi après la suspension de fonctions avec menace de licenciement de leur désormais ex-secrétaire général du conseil syndical de l'entreprise et son adjoint. Tous deux figurent au nombre des plus importants syndicalistes perturbateurs manipulés par le député et promoteur immobilier Baha Eddine Tliba. Cette accalmie a fait dire à de nombreux cadres, que leur entreprise revient aux choses sérieuses. C'est-à-dire aux activités de production des ateliers du complexe «Sider» El Hadjar. Cette situation intervient après que le directeur général de l'entreprise Matallah Chemsedine ait révélé un plan de mise en faillite de l'entreprise. Il avait été fomenté et mis en pratique par le député et ses deux complices du syndicat Sider.
La réaction du DG fut à la mesure de la confiance placée en lui par sa hiérarchie. D'autant que son entreprise Sider comptabilisait plus de 5.300 emplois directs, côtoyait depuis des semaines, le dépôt de bilan. Ce qui aurait pu arriver n'était la ténacité des travailleurs et des cadres dirigeants. Ils s'étaient clairement opposés à la tentative du député et promoteur immobilier Baha Eddine Tliba de faire du CSEH un cimetière des illusions perdues de la sidérurgie algérienne. C'est qu'il était stimulé par l'absence de réaction des travailleurs muselés par un syndicat totalement acquis à Tliba, Pour preuve, «la mise en garde» que ce même syndicat avait adressée le 9 septembre 2018 au directeur général du groupe Sider. Il s'agissait d'un brûlot pour la liquidation professionnelle du DG qui représentait le dernier obstacle à la prise en mains totale du CSEH par Tliba. C'est que, depuis l'avènement de Amouri Nourredine à la tête du secrétariat général du syndicat et président du comité de participation non élu de l'entreprise, le député avait la main-mise sur tout sans avoir à payer une quelconque contrepartie.
Quiconque s'opposait à la sortie de ses camions chargés de fil et rond et acier était systématiquement mis à l'écart. Ce n'était plus le cas depuis la mi-septembre 2018 avec la mise à l'écart des ex-syndicalistes proches de Tliba. La suspension et la procédure de licenciement entamée par la DG du CSEH à l'encontre de l'ex-SG du syndicat du complexe ainsi que l'interdiction d'accès au complexe de Tliba, ont fait le reste. Depuis, tout est rentré dans l'ordre avec des prévisions de production consolidées et même des améliorations de la qualité des produits fers plats, fers longs, la modernisation et le renforcement des installations totalement réhabilitées, des effectifs motivés pour relever les défis, tel est, actuellement, le tableau de fond qu'offre le complexe sidérurgique d'El Hadjar «Sider». C'est du moins ce que laissent entendre des sources proches de la direction qui parlent, tout de même, de l'existence de quelques problèmes techniques.
Cette situation «de paix sociale» est intervenue quelques jours avant que ne soit décidée la tenue d'une conférence de presse. Elle est prévue pour aujourd'hui dimanche et sera animée par le directeur général de la société. Il sera question, nous a-t-on dit, de relance de la zone chaude où est fabriqué le fer, de Haut-fourneau, de gueulard, d'aciérie, de minerai de coke et autre castine. Il reste qu'au-delà des questions techniques, celles que devraient poser les représentants de la presse seront certainement orientées sur la responsabilité du désormais ex-secrétaire général du syndicat et ses acolytes. Ils sont pointés du doigt dans une multitude de comportements de nature à provoquer le trouble à l'entreprise.
Ils auraient pu entraîner la dégradation irréversible des installations de production (la zone chaude notamment) après leur réhabilitation pour 900 millions de dollars puisés du Trésor public. A cette conférence de presse, la première du genre, animée par le DG du CSEH depuis des mois, cette conférence de presse regroupera certainement d'autres cadres dirigeants. Notamment, ceux de différentes unités de production aux côtés des syndicalistes dont le nouveau secrétaire général du syndicat issu des élections du 22 octobre 2018. «Tout le monde au rapport» tel paraît être, en tout cas, le mot d'ordre lancé par la DG du CSEH. Pour cette structure, il s'agit de mobiliser tout le monde autour des objectifs de production fixés, mettre à plat divers problèmes de gestion et de production en impliquant les syndicalistes et aller de l'avant dans la production sidérurgique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.